L'histoire

Actes officiels de la rébellion

Actes officiels de la rébellion


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Palais de justice de la bataille de Hanovre.

Le soir du 26 mai, l'officier en chef des transmissions fut informé qu'une force commandée par le général Fitz John Porter se déplacerait à la lumière du jour pour attaquer l'ennemi au palais de justice de Hanovre. Il a été chargé de fournir une partie de signal pour l'accompagner. Un groupe de transmission de 7 officiers, avec leurs hommes, entièrement équipés et avec des rations de trois jours, a reçu l'ordre de se déplacer avec les troupes à la lumière du jour. Le chef des transmissions accompagnait ce groupe. Il avait plu pendant la nuit et une partie de la veille. Le 27 au matin, il pleuvait encore. Les colonnes se déplaçaient avec difficulté et lentement.

Vers 11 h. m. les avant-postes de l'ennemi ont été rencontrés. Vers midi, la tête de notre colonne près du palais de justice de Hanovre tomba soudain sur une force ennemie apparemment avançant à sa rencontre.

[241]

Les lignes des deux armées furent formées à la fois et la bataille commença avec l'artillerie.

A peu près à la droite de notre ligne, notre batterie principale était postée et aussitôt engagée. A quelques centaines de mètres à droite de cette batterie, et devant notre ligne, se trouvait un bosquet d'où l'on avait une bonne vue sur l'ennemi et aussi sur les champs qu'il occupait. Les lieutenants Marston, quaranteième volontaires de Pennsylvanie, et officier des transmissions par intérim, et Gloskosky, vingt-neuvième volontaires de New York, et officier des transmissions par intérim, ont reçu l'ordre d'établir une station ici pour observer l'ennemi et faire rapport par signaux au lieutenant Horner, sixième du New Jersey. Volontaires, et officier des transmissions par intérim, qui a été placé à la batterie, et au poste de commandement, près du commandant général.

Lieut. G. H. McNary, Tenth Pennsylvania Reserve Volunteer Corps, et officier des transmissions par intérim, était posté dans une maison à une certaine distance à l'arrière de la batterie et avait une vue sur les champs devant. Il a reçu l'ordre de se présenter à la gare centrale. (Il était prévu d'utiliser cette station pour communiquer avec le front au cas où notre ligne avancerait au combat.)

Le lieutenant Thickstun, quatre-vingt-troisièmes volontaires de Pennsylvanie et officier des transmissions par intérim, était placé sur une maison à gauche, d'où il pouvait voir la campagne, afin de signaler tout mouvement de l'ennemi venant de cette direction. Les lieutenants Norton, Tenth Pennsylvania Reserve Volunteer Corps, et officier des transmissions par intérim, et Wiggins, Third New Jersey Volunteers, et officier des transmissions par intérim, étaient tenus en réserve. Tous les officiers mentionnés étaient à portée de tir d'artillerie.

L'incendie sur les stations occupées par les lieutenants Marston et Gloskosky, Horner et McNary était particulièrement grave. A peine le drapeau fut-il hissé sur le poste avancé qu'il fut accueilli par une salve de mousqueterie. Bien qu'immédiatement masquée derrière des arbres, sa position a été très exposée tout au long de l'action. Le lieutenant Horner, posté avec la batterie, reçut, bien entendu, sa part des tirs dirigés vers les canons, tandis que le lieutenant McNary, posté à l'arrière de la batterie, était en ligne de tirs, qui la survolaient, et semblaient par son position élevée pour attirer pas mal de personnes destinées à lui-même.

Des messages étaient reçus de la station avancée par la station à la batterie, dirigeant la visée des canons, annonçant la retraite de l'ennemi, et répondant à une question sur la nationalité d'un corps de troupes qui se présentait sur le terrain ; ce dernier, heureusement, juste à temps pour empêcher nos propres forces, qui, s'avançant, avaient ce moment en vue, de recevoir le feu de nos canons.

L'ennemi fut chassé de sa première position après un combat d'une heure. Notre ligne s'avança vers le palais de justice de Hanovre à sa poursuite. Les stations d'abord établies furent abandonnées par ordre du général Porter. Les officiers des transmissions ont été envoyés en avant avec les premiers tirailleurs, en reconnaissance et en rapport depuis des points élevés dans le champ et à droite et à gauche de la ligne au fur et à mesure qu'elle avançait. Une gare fut érigée au sommet d'une grande maison dominant le champ de bataille près duquel elle se trouvait et la vallée dans laquelle se situe le village de Hanovre. De cette station un rapport a été fait que quelques régiments de l'ennemi avec de l'artillerie étaient visibles dans la vallée près de Hanovre. Notre avance peu après s'est déplacée rapidement vers ce village. Le groupe de transmission a été précipité au front pour chercher la position de l'ennemi, et a continué sur la route allant à l'ouest de Hanovre jusqu'à ce qu'un camp de l'ennemi soit visible. On apprit ici des troupes de retour que l'avance générale de l'armée n'était pas dans cette direction, tandis que les bruits de [242] l'artillerie annonça qu'un conflit avait recommencé près du premier théâtre de bataille. Se retournant à la hâte, le groupe est de nouveau arrivé sur le terrain au moment où les derniers coups de feu ont été tirés.

Le lendemain, l'armée occupa la même position. Les morts étaient enterrés ; les blessés ont été soignés. L'état du camp ennemi montrait avec quelle hâte ils s'étaient retirés.

Une station d'observation fut ouverte sur une maison proéminente près du lieu de bataille, d'où des rapports fréquents étaient faits au quartier général. D'autres stations mineures ont également été établies. Les officiers ont été appelés de ces stations au coucher du soleil. On pensait qu'il pourrait y avoir une bataille le lendemain, et un ordre fut envoyé au camp ordonnant à plus d'officiers de se présenter le lendemain matin. Le groupe bivouaqua sur le terrain.

Le lendemain matin, à la lumière du jour, le général Porter ordonna au chef des transmissions d'envoyer un groupe au général Emory, sous le commandement duquel des expéditions avaient été envoyées pendant la nuit. Le quartier général du général Emory a été trouvé dans une église ou une école au-delà de Hanovre. Ils étaient reliés par une ligne de stations répétitives à celles du général Porter encore sur le champ de bataille.

Le chef des transmissions a également reçu l'ordre de prolonger une ligne aussi loin que possible vers la gauche sur la route Ashland. Le quartier général du général Morell, commandant à gauche, était relié par des stations répétitives au quartier général général, et lorsque quelques heures après, le détachement de transmission commandé dans la nuit arriva, cette ligne fut prolongée d'un mile et demi vers Ashland. Une station de signalisation a été érigée sur le toit du manoir mentionné plus haut.

Vers 9 h. un épais nuage de fumée a été signalé comme visible depuis cette station. C'était à quelques milles de distance et dans la direction prise par une de nos expéditions. Peu de temps après, une dépêche du général Emory annonça que nos troupes avaient atteint Ashland et la destruction du pont de chemin de fer. Cela a été suivi par d'autres brefs messages et rapports. Peu de temps après, l'ordre fut donné au général Emory de faire appel à ses forces.

Le but de l'avance sur Hanovre (la destruction des communications de l'ennemi par le chemin de fer du nord) était atteint, et le corps d'armée allait rejoindre l'armée du Potomac. Les lignes de signal ont été ordonnées d'être rompues. Le dernier message – un de « Tout calme » – est venu de la gauche. Le groupe était concentré et déplacé pour leur camp sur le Chickahominy. A une heure toutes nos troupes étaient en mouvement à leur retour, et le quartier général du général Porter avait quitté le champ de bataille.

<-BACK | UP | NEXT->

Documents officiels de la rébellion : volume onze, chapitre 23, partie 1 : campagne péninsulaire : rapports, pp.240-242

page Web Rickard, J (19 novembre 2006)


Voir la vidéo: Bible audio - Actes des Apôtres - Bible MP3 en Français (Mai 2022).