L'histoire

Cahuilla ATF-152 - Historique

Cahuilla ATF-152 - Historique


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cahuilla

Une tribu indienne du sud-est de la Californie.

(ATF-152 dp. 1240; 1. 205'; n. 38'6"; dr. 15'4"; s. 16
k.; cpl. 85 ; une. 1 3"; cl. Cherokee)

Cahuilla (ATF-162) a été lancé le 2 novembre 1944 par Charleston Shipbuilding and Drydock Co., Charleston, S.C.; parrainé par Mme W. V. Ballew, commandé le 10 mars 1945, sous le commandement du lieutenant A. C. Schoelpple, et relevant de la flotte de l'Atlantique.

Le premier service de Cahuilla dans la Marine fut une brève affectation en tant que professeur d'attaque anti-sous-marine à Norfolk, en Virginie. De là, il a navigué le 18 avril 1945 en remorquant le Pegasus (AK-48) pour Pearl Harbor. Après avoir livré son remorquage le 24 mai, le remorqueur de la flotte a navigué pour Guam, où il a pris une chaîne de barges de ponton en remorque pour Okinawa. Du 26 juillet au 6 août, il a servi à escorter des convois et à servir de remorqueur de sauvetage pour les copeaux traversant les eaux dangereuses au large d'Okinawa, sujet aux attentats-suicides désespérés d'avions japonais. La fin de la guerre trouva Cahuilla en mer, à destination des opérations de sauvetage à Eniwetok, d'où il revint pour prendre part à l'occupation de Nagasaki, au Japon, jusqu'au 16 octobre. À partir de ce moment, il était basé à Okinawa pour des opérations de sauvetage et de remorquage jusqu'au 14 février 1946.

Cahuilla a continué à offrir un service de remorquage aux unités de la flotte et des travaux de sauvetage aux navires de guerre et de commerce, faisant escale à Pearl Harbor, Kwajalein et les ports de la côte ouest et de la zone du canal de Panama jusqu'en janvier 1947. Elle a été désarmée à San Diego en Californie, 27 juin 1947, et mis en réserve. Cahuilla a été transféré en Argentine le 9 juillet 1961; elle sert comme commandant général Irigoyen.


Cahuilla

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Cahuilla, tribu indienne d'Amérique du Nord qui parlait une langue uto-aztèque. Ils vivaient à l'origine dans ce qui est maintenant le sud de la Californie, dans un bassin intérieur de plaines désertiques et de canyons accidentés au sud des montagnes San Bernardino et San Jacinto.

Les Cahuilla vivaient traditionnellement dans des maisons au toit de chaume ou en pisé ou dans des abris solaires sans murs et étaient habiles dans la vannerie et la poterie. Leur organisation sociale était patrilinéaire et apparemment divisée en moitiés, ou moitiés, qui guidaient des questions telles que la filiation et le mariage. Comme pour les autres Indiens de Californie, la subsistance traditionnelle des Cahuilla reposait sur les glands, le mesquite et une variété de petit gibier, ces ressources avaient tendance à être concentrées près des sources d'eau, qui étaient inégalement réparties dans le paysage désertique. Ainsi, de petites bandes basées sur la parenté fonctionnaient comme l'unité sociale typique, chacune étant généralement associée à un territoire de subsistance donné.

Les estimations de la population de la fin du 21e siècle indiquaient plus de 3 000 descendants Cahuilla.

Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Amy Tikkanen, directrice des services correctionnels.


Nous sommes interdépendants

Nous nous faisons confiance et travaillons en équipe vers nos objectifs communs. Nous reconnaissons que chacun de nous a un rôle tout aussi important dans la communauté et que nous sommes plus forts ensemble qu'individuellement.

Nous sommes résilients

Nous regardons vers l'avenir avec un optimisme inébranlable, un espoir et une foi en notre peuple. Nous nous adaptons au changement avec persévérance et détermination. Nous nous engageons dans des solutions créatives et supportons l'adversité avec courage.

Nous sommes responsables

Nous sommes ultimement responsables de l'accomplissement de notre mission et du service à notre peuple. Nous sommes fiables, travaillons avec intégrité et donnons l'exemple. Nous honorons nos obligations et corrigeons nos erreurs.

Nous sommes respectueux

Nous nous traitons les uns les autres avec dignité et gentillesse. Nous valorisons et embrassons notre diversité, nous respectons et comprenons les limites. Nous abordons chaque expérience avec gratitude et humilité.


Cahuilla ATF-152 - Historique

USS Bluebird ASR-19 - Navire de sauvetage sous-marin de classe Penguin

Le deuxième USS Bluebird (ASR-19) était un navire de sauvetage sous-marin de la classe Penguin de la marine américaine. Elle a été posée le 23 juin 1945 à Charleston, SC, par la Charleston Shipbuilding & Drydock Co. sous le nom de Yurok (ATF-164) redésigné ASR-19 le 7 novembre 1945 rebaptisé Bluebird le 3 décembre 1945 lancé le 15 février 1946 sponsorisé par Mme Paul Lambert Borden et mis en service au chantier naval de Charleston le 28 mai 1946, le lieutenant-commandant. P. R. Hodgson aux commandes.

Bluebird s'est présenté au commandant du groupe d'entraînement de la flotte de l'Atlantique à la mi-juillet et a terminé l'entraînement d'essai dans la baie de Chesapeake. Après les réparations post-shakedown à Charleston, le navire de sauvetage sous-marin s'est présenté pour le devoir avec la Force sous-marine, la Flotte de l'Atlantique le 28 août. Le jour suivant, cependant, elle a quitté Charleston sous l'ordre de rejoindre l'Escadron de sous-marins (SubRon) 5, la Flotte du Pacifique. Elle a transité le Canal de Panama le 5 septembre et, le 7, a repris son voyage à Pearl Harbor en compagnie de Tawakoni (ATF-114), Cahuilla (ATF-152) et deux remorqueurs. Le navire est arrivé à Pearl Harbor le 12 octobre et a relevé le Widgeon (ASR-1) en tant que navire de sauvetage pour le SubRon 5. Bluebird est resté à Pearl Harbor pendant les six mois suivants pour inspecter les équipements de sauvetage et de sauvetage à bord des sous-marins SubRon 5 et les assister dans les missions de formation. .

Le 29 avril 1947, il quitte Pearl Harbor pour l'Extrême-Orient. Le navire est arrivé à Yokosuka, au Japon, le 10 mai, mais y est reparti le lendemain. Le 14 mai, elle est arrivée à Tsingtao, en Chine, et a relevé Greenlet (ASR-10). Pendant les quatre mois suivants, Bluebird a mené une formation de sauvetage et de sauvetage avec des sous-marins à Tsingtao. Le 12 octobre 1947, elle a quitté ce port pour revenir à Hawaï. Le navire de sauvetage sous-marin est rentré à Pearl Harbor le 3 novembre 1941 et a commencé la révision au chantier naval de Pearl Harbor peu après. Le navire a terminé les réparations en avril 1948 et a repris le service avec les sous-marins basés à Pearl Harbor. Le 16 mai 1949, il sort de Pearl Harbor en compagnie du Queenfish (SS-393) en route vers le Pacifique occidental. Les deux navires ont effectué des exercices en cours de route avant d'arriver à Yokosuka, au Japon, le 20 juin 1949. Le navire de sauvetage sous-marin a opéré en Orient s'exerçant avec des sous-marins et des destroyers jusqu'au mois de novembre suivant. Elle a visité des ports tels que Hong Kong, Guam dans les Mariannes et Subic Bay aux Philippines. Le 25 juillet 1949, elle a aidé SS John C. Fremont dont le navire s'était échoué au large de l'île de Mayango. Le mois suivant, entre le 9 et le 10, Bluebird a remorqué le cache USNS désactivé (T-AO-67) jusqu'à Yokosuka.

Le 29 novembre, elle a quitté Hong Kong en compagnie de Sea Fox (SS-402) pour retourner à Hawaï. Les deux navires ont effectué des exercices en cours de route et ont fait escale à Midway Island avant de rentrer à Pearl Harbor le 13 décembre. Après la révision, elle a repris le service actif en mars l950 avec la Division sous-marine (SubDiv) 12. Elle a opéré avec des sous-marins et des plongeurs entraînés jusqu'au 20 mai, date à laquelle elle a quitté Oahu pour la côte est des États-Unis. Naviguant via le canal de Panama et San Juan, Porto Rico, le navire de sauvetage sous-marin est arrivé à New London, Connecticut, le 16 juin 1950. Affecté au service avec le SubRon 8, il a dirigé l'entraînement de l'équipage turc qui le reprendrait plus tard. l'été. Bluebird a été désarmé le 15 août 1950 et simultanément transféré à la marine turque. Elle a été commissionnée dans cette marine sous le nom de Kurtaran. Son nom a été rayé de la liste de la Marine le 26 septembre 1950.

USS Skylark ASR-20 et ASR-19 - un navire de sauvetage sous-marin de la classe Penguin

LA CLASSE PINGOUIN - USS PINGOUIN ASR-12

Le troisième USS Penguin (ASR 12) était un navire de sauvetage sous-marin de la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Il était le navire de tête d'une classe de trois navires (Penguin, Bluebird et Skylark) tous initialement prévus comme remorqueurs océaniques de la flotte avant d'être convertis en navires de sauvetage avant d'être achevés.

Penguin a été déposé comme Chetco (AT-99) par la Charleston Shipbuilding and Dry Dock Co., Charleston, Caroline du Sud, le 9 février 1943 lancé le 20 juillet 1943 parrainé par Mme HS Dickinson rebaptisé et reclassé USS Penguin (ASR 12), 23 septembre 1943 et mis en service le 29 mai 1944, le Lt. Comdr. G. W. Albin, Jr., aux commandes.

Opérations dans l'Atlantique Nord

Penguin, un navire de sauvetage et de sauvetage de sous-marins a pris ses fonctions avec le SubRon 1, à New London, Connecticut, le 9 juin 1944. Basé là-bas après une formation au shakedown, il a servi de navire de récupération de cibles et de torpilles pour la formation de sous-marins alliés dans la région et a effectué des missions de remorquage. participé à la plantation et au balayage de champs de mines expérimentaux et mené des opérations de sauvetage. Inclus dans ce dernier étaient des opérations sur un sous-marin coulé près de Block Island entre avril et juin 1945.

Passé à Portsmouth, New Hampshire, pour la période du 5 juillet au 7 septembre, Penguin a servi de navire cible et de navire de sauvetage et de sauvetage pour les sous-marins subissant des essais en mer, puis est retourné à New London et, pour le reste de l'année, a alterné entre ces deux bases sous-marines. Attaché de façon permanente à New London avec la nouvelle année 1946, il y est resté jusqu'en novembre lorsqu'il a participé à des opérations par temps froid au large de Terre-Neuve.

À son retour à New London, il a continué ses fonctions de navire de sauvetage et de sauvetage, de navire de récupération de cibles et de torpilles, et de navire d'escorte et de remorquage. En juin 1947, il rejoint la flotte de réserve de l'Atlantique, désarmé, à New London, le 4 septembre.

Réactivation pour les opérations atlantiques

Penguin, amarré à New London pendant quatre ans et demi, a été remis en service le 3 avril 1952. Le 28 avril, il s'est présenté au service des Forces sous-marines de la flotte de l'Atlantique et le 23 juillet, il est arrivé à Key West, son nouveau port d'attache. . Pendant les neuf années suivantes, avec seulement des interruptions occasionnelles pour des exercices sous-marins ou des opérations de sauvetage dans les Caraïbes, et, en août 1954, au large de Terre-Neuve, il a effectué sa mission dans la région de Key West pour le SubRon 12. Pendant cette période, cependant, il a établi un nouveau record pour les navires de sa classe en "sauvant", lors d'opérations d'entraînement, le personnel d'un sous-marin à 349" sous la surface, le 24 février 1955.

En 1961, Penguin a inscrit une autre première sur son record. Le 20 mars, il part pour Rota, en Espagne, devenant le premier ASR à être déployé dans la Sixième Flotte. Depuis lors, elle a poursuivi les opérations de sauvetage, principalement sur des avions abattus, et les tests d'évaluation des armes ont fourni des services de récupération de cibles et de torpilles et effectué des services de remorquage pour la flotte de l'Atlantique et, en 1963, 1964, 1967 et 1969, pour la 6e flotte. Alors qu'avec ce dernier, il a également servi de navire amiral pour la force sous-marine de cette flotte. Heureusement, cependant, en 1970, il n'avait pas été appelé à mener des opérations de sauvetage pour une véritable catastrophe sous-marine.


Rencontrez les membres de la tribu qui éveillent la langue cahuilla dans le sud de la Californie

Faith Morreo, à gauche, Michelle Morreo, au centre, et Christina Morreo, à droite, posent pour une photo à l'intérieur du bâtiment linguistique Torres Martinez le lundi 22 mars 2021, à Thermal, Californie (Photo : Vickie Connor/The Desert Sun)

En cahuilla, la langue parlée par les peuples autochtones dans et autour de la vallée de Coachella depuis des milliers d'années, il existe certains sons que l'on ne trouve pas en anglais.

L'un, dit William Madrigal Jr., membre de la Cahuilla Band of Indians, consiste à arrêter votre souffle au milieu d'un mot, semblable à la pause rapide dans la phrase « uh-oh ». Ce son distinct est représenté par sa propre lettre à Cahuilla, a déclaré Madrigal.

"Cahuilla existe dans un domaine complètement différent de l'anglais", a-t-il déclaré.

Pendant de nombreuses années, la langue était au bord de l'extinction. Mais au cours des dernières décennies, les membres de la tribu ont travaillé pour enseigner des cours de langue directement aux nombreuses nations cahuilla réparties dans la région. Maintenant, la pandémie de coronavirus, avec son bilan déséquilibré sur les Amérindiens et en particulier les anciens des tribus, souligne l'importance de l'enseignement des langues pour certains.

Faith Morreo, membre des Torres Martinez Desert Cahuilla Indians, enseigne Cahuilla à différentes tribus dispersées dans la vallée – aux côtés de sa mère, Christina Morreo, 74 ans, et de sa nièce Michelle Morreo.

"Il y a de nombreuses tribus qui perdent certains de leurs derniers locuteurs de langues indigènes qui disparaissent", a déclaré Faith. "Il est important que nous commencions à emprunter différentes voies et façons de partager la langue afin qu'elle reste préservée et continue."

Torres Martinez a un bâtiment dédié à la langue à Thermal, en Californie (Photo : Vickie Connor/The Desert Sun)

L'enseignement supérieur en Californie du Sud ajoute également à l'élan qui vient des tribus locales. L'Université de Californie à Riverside a été le premier campus de l'UC à proposer Cahuilla en tant que série linguistique accréditée – et a continué à le faire sur Zoom au cours de la dernière année. Madrigal, qui a grandi dans la réserve de Cahuilla à Anza et prépare un doctorat en études amérindiennes, enseigne trois des quatre cours de la série.

"Nous voulions créer un programme où les étudiants seraient immergés dans la culture et l'histoire de Cahuilla, afin que la langue soit plus que la classe ou le niveau à atteindre, mais une véritable entité vivante", a-t-il déclaré.

Cahuilla est actuellement dans la phase de "revitalisation" de la langue, a déclaré Madrigal, ce qui signifie que les enseignants s'efforcent d'inverser son déclin. L'étape suivante est la « maintenance », ou lorsque la langue ne se perd plus et que le nombre de locuteurs a augmenté.

Pourtant, il y a une colline escarpée à gravir.

Pour Arkamez Blankenship, linguiste tribal de la Cabazon Band of Mission Indians qui a enseigné à Cahuilla dans toute la région pendant 20 ans, il a été dévastateur de perdre des anciens et leurs connaissances approfondies, même avant l'ère de COVID-19. Plusieurs anciens de la tribu qu'il connaissait et dont il avait appris sont morts il y a une dizaine d'années, à peu près à la même époque.

"Ce passage a définitivement allumé un feu sous ceux d'entre nous qui restent", a-t-il déclaré. "Leurs sacrifices sont incompréhensibles dans le monde d'aujourd'hui. Ce qu'ils ont enduré et ce qu'ils ont fait vivre la langue est vraiment formidable."

« Passer à travers les mailles du filet » de l'assimilation forcée

Un effet de sourdine sur le cahuilla et d'autres langues indigènes a commencé à s'accélérer vers la fin des années 1800, a déclaré Madrigal.

Dans tout le pays, les enfants amérindiens ont été emmenés de chez eux dans des internats publics, où l'objectif était de s'assimiler à la culture anglophone. Richard Henry Pratt, un général qui a fondé la première école gérée par le gouvernement fédéral en Pennsylvanie, a à l'époque inventé la phrase : « Tuez l'Indien, sauvez l'homme. » Les élèves n'étaient pas autorisés à parler leur propre langue ou à pratiquer leur propre culture.

À cette époque, Cahuilla est passé d'être maintenu – ou transmis de parent à enfant ou de grand-parent à petit-enfant – à « un état de crise ou d'être complètement perdu », a déclaré Madrigal.

"Donc, vous avez toute une génération de Cahuilla qui a essentiellement grandi sans la langue, sans leurs chansons et leurs histoires", a-t-il déclaré. "Mais certains sont passés à travers les mailles du filet de l'assimilation et l'ont en fait récupérée, puis sont devenus enseignants."

Une plaque reconnaissant Christina Morreo est suspendue à l'intérieur du bâtiment linguistique de la tribu. (Photo : Vickie Connor/Le soleil du désert)

Cette période d'assimilation forcée a également eu un impact sur la langue elle-même. Certains mots plus modernes, comme réfrigérateur, ventilateur ou même lunettes, n'ont pas d'équivalent Cahuilla précis à la place, ils sont décrits avec quelques mots, a déclaré Faith Morreo.

"La langue n'a pas pu grandir avec cette génération", a-t-elle déclaré. "C'est là que le cycle s'est en quelque sorte rompu."

Pour Christina, la mère de Faith, sa première langue était le cahuilla du désert, l'un des trois dialectes cahuilla avec le cahuilla des montagnes et du col. Mais à l'école primaire, les élèves étaient obligés de parler anglais, a-t-elle confié à The Desert Sun pour un article publié au début des années 2000.

Les enfants de Christina ont appris plus tard l'anglais en grandissant, bien que Faith ait dit qu'elle entendrait toujours ses parents se parler à Cahuilla. Christina leur a également appris les bases : comment compter et quelques couleurs.

"Peut-être, inconsciemment, nous ne voulions pas que nos enfants vivent ce que nous avons vécu", a déclaré Christina. "Alors nous avons parlé anglais et ils étaient prêts pour l'école."

Maintenant, cela a changé. Vers les années 1990, Faith a déclaré que sa mère avait vu le nombre de locuteurs de cahuilla diminuer dans la communauté, juste au moment où de nouveaux programmes linguistiques surgissaient dans la réserve de Torres Martinez.

Christina est devenue l'une des "professeurs des instituteurs" de Cahuilla, a-t-elle précisé.

Le matériel pédagogique Cahuilla de Michelle Morreo se trouve à l'intérieur du bâtiment linguistique de la tribu. (Photo : Vickie Connor/Le soleil du désert)

Ensemble, leur famille a élaboré une sorte de programme pour les cours de langue cahuilla à partir de zéro, en utilisant à la fois les connaissances des anciens de la tribu et les informations glanées dans les programmes d'été de l'American Indian Language Development Institute, auquel Christina et Michelle, la nièce de Faith, ont assisté pendant des années. .

Leurs cours pour différentes tribus de la région se sont poursuivis en ligne tout au long de la pandémie, parfois jusqu'à trois jours par semaine, pour les personnes de tous âges. Michelle a également précédemment aidé à piloter et à enseigner un programme « d'immersion pour tout-petits » Torres Martinez pour les enfants de trois ans et plus.

"C'est tellement bien que notre langue s'éveille à nouveau", a déclaré Christina. "Sans notre langue, nous serions perdus."

Cours à l'UCR, conversations à domicile

À Riverside, à environ 100 miles à l'ouest des terres tribales de Torres Martinez, l'objectif de Madrigal a été de garder ses cours informels.

Il termine toujours le cours par un chant d'oiseau, même virtuellement. Et l'accent est moins mis sur les règles, la répétition et les mi-sessions, ce qui peut parfois être de rigueur pour les cours de langue au lycée ou à l'université. En d'autres termes, a-t-il dit, les étudiants ne seront pas « jetés en prison linguistique ».

"C'est exactement comme on m'a appris quand j'étais enfant, et j'ai découvert que les étudiants peuvent vraiment réagir à cela", a déclaré Madrigal.

Les membres de Cahuilla qui ne sont pas étudiants à l'UCR peuvent également suivre ses cours, a-t-il déclaré, ce qui a conduit une poignée de membres à s'inscrire plus tard au collège et à obtenir leurs diplômes. Le premier cours Cahuilla a été proposé en 2018.

Blankenship, linguiste tribal de la tribu Cabazon, a déclaré que dans un monde idéal, les cours de langue cahuilla ne seraient pas du tout nécessaires. La meilleure façon d'apprendre est de demander aux parents de parler cahuilla à la maison avec leurs jeunes enfants de cette façon, les premiers souvenirs d'une personne sont filtrés à travers la langue, a-t-il déclaré.

"Je pense que lorsque cela se produira, nous verrons un changement sismique dans le niveau de maîtrise et l'état de la langue", a-t-il déclaré.

Par exemple, il ne reste aucun locuteur courant connu dans la bande d'Indiens Cahuilla Agua Caliente, a déclaré John Preckwinkle, président du comité de préservation culturelle de la tribu. Mais la tribu travaille à changer cela.

Christina et Michelle Morreo enseignent des cours de Cahuilla aux membres de la tribu Agua Caliente au milieu de la pandémie et, avant le virus, Preckwinkle utilisait des jeux culturels ou de société convertis dans la langue pendant les soirées de jeux. Une vingtaine d'étudiants assistent régulièrement aux cours, a-t-il déclaré.

"En tant que défenseur de la préservation, je pense que nous devrions protéger la langue et essayer de la ramener du mieux que nous pouvons", a déclaré Preckwinkle.

Madrigal a ajouté que les mesures concernant le nombre de locuteurs couramment ne donnent souvent pas une image complète du mouvement de revitalisation de Cahuilla. Ce qui est plus précieux, c'est de savoir qu'il y a des "centaines" de personnes qui réapprennent à parler la langue, a-t-il déclaré.

"Cela enseigne une appréciation et un respect pour les nations indiennes de Californie, pas seulement pour les Cahuillas", a-t-il déclaré.


USS Oiseau bleu (ASR-19)

La deuxième USS Oiseau bleu (ASR-19) était un manchotNavire de sauvetage sous-marin de classe - dans la marine des États-Unis.

Histoire
États Unis
Posé : 23 juin 1945
Lancé : 15 février 1946
Commandé : 28 mai 1946
Déclassé : 15 août 1950
Sinistré: 26 septembre 1950
Sort: transféré à la marine turque
Turquie
Nom: JCC Kurtaran
Acquis: 15 août 1950
Sort: Torpillé et coulé lors d'un exercice d'entraînement le 15 septembre 2000 [ citation requise ]
Caractéristiques générales
Déplacement: 1780 tonnes
Longueur: 251 pi 4 po (76,61 m)
Brouillon: 14 pi 3 po (4,34 m)
La vitesse: 16 nœuds
Complément: 102 officiers et enrôlés
Armement: 2 x 3 po (76 mm)/50 canons

Oiseau bleu a été établi le 23 juin 1945 à Charleston, Caroline du Sud, par la Charleston Shipbuilding & Drydock Co. en tant que remorqueur océanique de la flotte Yourok (ATF-164). Il a été rebaptisé navire de sauvetage sous-marin ASR-19 le 7 novembre 1945 et renommé Oiseau bleu le 3 décembre 1945. Oiseau bleu a été lancé le 15 février 1946, parrainé par Mme Paul Lambert Borden, et commandé au chantier naval de Charleston le 28 mai 1946, avec le lieutenant Comdr. P. R. Hodgson aux commandes.

Oiseau bleu a fait rapport au commandant du groupe d'entraînement de la flotte de l'Atlantique à la mi-juillet et a terminé l'entraînement de préparation dans la baie de Chesapeake. Après les réparations post-shakedown à Charleston, le navire de sauvetage sous-marin s'est présenté pour le devoir avec la Force sous-marine, la Flotte de l'Atlantique le 28 août. Le jour suivant, cependant, elle a quitté Charleston sous l'ordre de rejoindre l'Escadron de sous-marins (SubRon) 5, la Flotte du Pacifique. Elle a transité par le canal de Panama le 5 septembre et, le 7, a repris son voyage vers Pearl Harbor en compagnie de l'USS Tawakoni (ATF-114) , USS Cahuilla (ATF-152) et deux remorqueurs. Le navire est arrivé à Pearl Harbor le 12 octobre et a relevé l'USS Canard siffleur (AM-22) comme navire de sauvetage pour SubRon 5. Oiseau bleu est resté à Pearl Harbor pour les six prochains mois inspectant l'équipement de sauvetage et de sauvetage à bord des sous-marins SubRon 5 et les aidant dans les missions de formation.

Le 29 avril 1947, il quitte Pearl Harbor pour l'Extrême-Orient. Le navire est arrivé à Yokosuka, au Japon, le 10 mai, mais y est reparti le lendemain. Le 14 mai, elle est arrivée à Tsingtao, en Chine, et a relevé l'USS Greenlet (ASR-10) . Pour les quatre prochains mois, Oiseau bleu a mené une formation de sauvetage et de sauvetage avec des sous-marins à Tsingtao. Le 12 octobre 1947, elle a quitté ce port pour revenir à Hawaï. Le navire de sauvetage sous-marin est rentré à Pearl Harbor le 3 novembre 1941 et a commencé la révision au chantier naval de Pearl Harbor peu après. Le navire a terminé les réparations en avril 1948 et a repris le service avec les sous-marins basés à Pearl Harbor. Le 16 mai 1949, il sort de Pearl Harbor en compagnie de l'USS Poisson reine (SS-393) en route vers le Pacifique occidental. Les deux navires ont effectué des exercices en cours de route avant d'arriver à Yokosuka, au Japon, le 20 juin 1949. Le navire de sauvetage sous-marin a opéré en Orient s'exerçant avec des sous-marins et des destroyers jusqu'au mois de novembre suivant. Elle a visité des ports tels que Hong Kong, Guam dans les Mariannes et Subic Bay aux Philippines. Le 25 juillet 1949, elle assiste la SS John C. Frémont, quel navire s'était échoué au large de l'île de Mayango. Le mois suivant entre le 9 et le 10, Oiseau bleu remorqué l'USNS handicapé Cacher (T-AO-67) à Yokosuka.

Le 29 novembre, elle a quitté Hong Kong en compagnie de l'USS Renard de mer (SS-402) pour retourner à Hawaï. Les deux navires ont effectué des exercices en cours de route et ont fait escale à Midway Island avant de rentrer à Pearl Harbor le 13 décembre. Après la révision, elle a repris le service actif en mars 1950 avec la Division sous-marine (SubDiv) 12. Elle a opéré avec des sous-marins et des plongeurs entraînés jusqu'au 20 mai, date à laquelle elle a quitté Oahu pour la côte est des États-Unis. Naviguant via le canal de Panama et San Juan, Porto Rico, le navire de sauvetage sous-marin est arrivé à New London, Connecticut, le 16 juin 1950.


Histoire

La mer de Salton a été ainsi nommée en 1905, mais son histoire commence dans le bassin de Salton dans l'Antiquité, une époque reculée de 10 000 ans.

L'actuelle mer de Salton est un plan d'eau qui occupe actuellement le bassin de Salton, mais ce n'est certainement pas le premier à le faire. Des preuves historiques et des études géologiques ont montré que le fleuve Colorado s'est déversé dans le bassin de Salton à de nombreuses reprises au cours des millénaires, créant des lacs intermittents. Le premier lac à surgir était le lac Cahuilla en 700 après JC, qui s'est formé lorsque le fleuve Colorado a envasé sa sortie normale vers le golfe de Californie et a basculé vers le nord à travers deux canaux de débordement.

Les preuves d'un ancien rivage suggèrent que le lac Cahuilla occupait le bassin jusqu'à il y a environ 300 ans. De 1824 à 1904, le fleuve Colorado a inondé le bassin de Salton pas moins de huit fois. Par exemple, une inondation de 1840 a créé un lac salé de trois quarts de mile de long et un demi-mile de large et, en juin 1891, une autre effusion d'eau du fleuve Colorado a créé un lac de 30 miles de long et 10 miles de large. On ne sait pas combien de fois l'eau a rempli le bassin au cours des siècles, mais l'intervention humaine n'est responsable de l'inondation du bassin qu'une seule fois.

En 1901, la California Development Company, cherchant à exploiter le potentiel de la vallée impériale pour une productivité agricole illimitée, a creusé des canaux d'irrigation à partir du fleuve Colorado. Cependant, de lourdes charges de limon ont empêché l'écoulement et les nouveaux habitants de la vallée se sont inquiétés. Cela a incité les ingénieurs à créer une tranchée dans la rive ouest du Colorado pour permettre à plus d'eau d'atteindre la vallée. Malheureusement, de fortes crues ont traversé le canal aménagé et presque tout le débit de la rivière s'est précipité dans la vallée. Au moment où la brèche a été fermée, la mer de Salton actuelle a été formée. Au lieu de s'évaporer sur une période de plusieurs années, la mer de Salton actuelle est maintenue, en grande partie, par le ruissellement agricole provenant de l'irrigation dans les vallées Imperial et Coachella. L'irrigation de ces vallées fertiles soutient la mer de Salton et une industrie qui aide à nourrir le monde. Les champs agricoles de la région se joignent à la mer de Salton pour soutenir un écosystème qui attire des centaines d'espèces d'oiseaux et d'autres animaux sauvages. C'est un maillon crucial de la voie migratoire du Pacifique et une partie très importante du delta du fleuve Colorado.

Comme son prédécesseur, le lac de Cahuilla, la mer a été soumise aux caprices de la nature au cours de son existence. Et, son existence continue repose, en partie, sur la dissipation des mythes et la rectification des perceptions erronées. Aujourd'hui, la mer, comme le fleuve Colorado qui lui a donné vie, est sur un parcours sinueux vers son avenir.

10 000 av. J.-C. (environ) : Les Amérindiens occupent d'abord le bassin de Salton.

700 après JC : Le lac Cahuilla naît dans le Salton Sink lorsque le fleuve Colorado s'envase jusqu'à sa sortie normale vers le golfe de Californie et bascule vers le nord à travers deux canaux de débordement. Le lac est soumis à des cycles climatiques humides et secs au cours des années intermédiaires, se remplissant et s'asséchant quatre fois.

700 après JC : Les tribus riveraines le long de la frontière orientale actuelle du comté impérial pratiquent l'agriculture. La présence du lac est un ajout attrayant à leur cycle annuel d'économie domestique. Après avoir planté des graines et des grains dans la plaine inondable du Colorado, ils traversent les dunes impériales pour exploiter les rives du lac et rentrer chez eux pour la récolte estivale.

1500 (environ): Un important afflux d'eau du golfe remplit le lac jusqu'à un plan d'eau 26 fois plus grand que l'actuelle mer de Salton. Son ancienne ligne d'eau est encore visible sur les montagnes voisines.

1540: Delta du fleuve Colorado exploré pour la première fois par les Espagnols. Melchior Diaz remonte l'embouchure d'une rivière maintenant connue sous le nom de Colorado depuis le golfe et envoie des expéditions de la rivière à la vallée impériale actuelle.

1604: Don Juan de Ornate, gouverneur espagnol du Nouveau-Mexique, explore le fleuve qu'il nomme le « Colorado ».

1700-1750: Le dernier grand remplissage du lac Cahuilla a lieu.

1774: Don Juan Bautista de Anza dirige le premier grand groupe européen à travers ce qui est maintenant la vallée impériale sur le chemin des missions de San Gabriel. Salton Sink est à nouveau un lit de lac asséché.

1774: Les espagnols entrent en contact avec le peuple Cahuilla, ancêtres des Indiens Cahuilla du désert de Torres Martinez. Il y a 6 000 membres de la tribu.

Vers 1825 : Des trappeurs, dont Kit Carson, Jedediah Smith et Wm. Wolfskill, faites des excursions dans le bas Colorado et à Salton Sink.

1840: Inondations du fleuve Colorado enregistrées à l'évier Salton. La New River s'est peut-être formée à cette époque.

1849: Oliver M. Wozencraft enregistre une inondation par le fleuve Colorado dans le Salton Sink.

1849: Les 49ers commencent à traverser Imperial Valley en route vers les champs aurifères de Californie, traversant les montagnes via Carriso Creek et Warner's Hot Springs.

1852: Plus d'inondations du fleuve Colorado enregistrées à l'évier Salton.

1853: Vallée impériale reconnue comme un « coin jardin » potentiel du désert si elle peut être irriguée de manière adéquate.

1859: Plus d'inondations du fleuve Colorado enregistrées à l'évier Salton.

1867: Plus d'inondations du fleuve Colorado enregistrées à l'évier Salton.

1876: Le gouvernement américain établit la réserve indienne Torres Martinez Desert Cahuilla avec une subvention de 640 acres.

1891: Plus d'inondations du fleuve Colorado enregistrées dans le Salton Sink, formant un lac de 100 000 acres. Les explorateurs découvrent l'embouchure de la rivière Alamo et la connexion entre la mer et le fleuve Colorado.

1891: 20 000 acres de terre sur le côté nord du Salton Sink sont retirés de l'usage public pour la bande Torres Martinez des Indiens Cahuilla du désert.

1892: La nouvelle Liverpool Salt Company extrait du sel d'un marais salé centré à l'ouest de la voie ferrée dans le Salton Sink.

1901: Le canal impérial amène l'eau du fleuve Colorado à la vallée impériale.

1904: Le limon bloque le canal impérial l'empêchant de fournir de l'eau à la vallée impériale.

1905: La dérivation temporaire du fleuve Colorado, construite pour remplacer l'eau du canal bloqué, est interrompue par les eaux de crue. La rivière change de cours et se jette dans l'évier Salton.

1906: Les eaux de crue continuent de remplir la mer de Salton, emportant une chaîne de lacs le long de la route et menaçant l'industrie agricole naissante de la vallée impériale.

1906: George Wharton James explore les zones inondées et rapporte avoir vu de grandes concentrations d'oiseaux aquatiques, de pélicans et d'autres oiseaux dans la région de la mer de Salton.

1906: La mer de Salton est enregistrée à -195 pieds sous le niveau de la mer.

1907: Les eaux de crue continuent de remplir la mer de Salton jusqu'à ce qu'en février, la Southern Pacific Railroad ferme la brèche de la rivière.

1907: La pêche sportive a d'abord été promue à Salton Sea.

1908: Joseph Grinnell inspecte le lac rempli et trouve des colonies de reproduction de cormorans, de pélicans blancs et d'autres oiseaux.

1909: Pensant que la mer de Salton aurait disparu dans les années 1920, le gouvernement américain réserve en fiducie 10 000 acres supplémentaires de terres sous la mer au profit de la bande Torres Martinez.

1910: Harold Bell Wright raconte les inondations et les efforts pour fermer la pause dans son roman à succès, The Winning of Barbara Worth.

1911: Les discussions formées par le district d'irrigation impérial commencent à promouvoir un nouveau canal pour fournir de l'eau à la vallée.

1917-18 (environ): Le filet de mulet devient une industrie rentable à Salton Sea pendant la Première Guerre mondiale.

1920 (environ): L'île Mullet à l'extrémité sud de la mer de Salton et les pots de boue à proximité deviennent une attraction touristique populaire. [Retour à l'index des périodes]

1924: Le président Coolidge publie un décret mettant de côté des terres sous la mer de Salton en tant que réservoir de drainage permanent.

1928: Le Congrès autorise la construction du barrage Boulder et du canal All American, ce qui permettra de contrôler le Colorado et d'éliminer les inondations.

1930: Salton Sea Wildlife Refuge établi pour la protection des canards, des oies et des oiseaux de rivage.

1934: Début de la construction du canal All American.

1935: Le niveau de la mer de Salton mesuré à -248 pieds sous le niveau de la mer.

1938: Début de la construction du canal Coachella.

1941-45: Les pêcheurs commerciaux utilisent Salton Sea pour fournir du mulet aux marchés aux poissons côtiers après que les sous-marins allemands ont rendu la pêche océanique dangereuse.

1942: Le canal All American commence à fournir de l'eau à Imperial Valley.

1944-45: Des B-29 du 393e Escadron de bombardement lourd de l'armée américaine, commandés par le lieutenant-colonel Paul Tibbets, effectuent des vols d'entraînement réguliers mais hautement secrets depuis la base aérienne de Wendover dans l'Utah et larguent des mannequins d'une nouvelle bombe dans la mer de Salton. Le 6 août 1945, Tibbets et son équipage à bord de l'Enola Gay larguent la première bombe atomique sur Hiroshima, au Japon.

1948: La branche Coachella du canal commence à transporter de l'eau vers la vallée de Coachella.

1950: La corvina à bouche orange devient le premier poisson de gibier d'eau salée à s'établir avec succès dans la mer de Salton. Short fin corvina and gulf croacker are also successfully transplanted.

1951: 65 sargo introduced to the Salton Sea – they quickly multiply and become the most abundant fish caught in Salton Sea until their numbers begin declining presumably due to salinity.

1955: Salton Sea State Park dedicated at the time the second largest state park in California.

1956: Salton Sea’s level measured at -234.5 feet below sea level.

1958: M. Penn Phillips Co., a subsidiary of Holly Corp., maps out a community on the West Shore of Salton Sea, calling it Salton City.

1960: North Shore Beach and Yacht Club Estates opened on North side of Sea.

1961: The California Department of Fish and Game predicts the Salton Sea will eventually die because of increasing salinity levels by 1980 or 1990.

1968: Salton Sea’s surface elevation recorded at -233 feet below sea level.

1968: Tracey Henderson, in her book “Imperial Valley” writes that the Salton Sea’s “salinity threat is constant and is growing more serious each year.” She notes that by 1972, it may be too late to save the sea.

1974: A plan is discussed to reduce salinity levels with a diking system.

1976: Tropical storm Kathleen sweeps through Imperial Valley, flooding farmland and increasing level of Salton Sea. Above average rainfall for the next seven years, along with increased agricultural runoff and increased flows from Mexico, cause flooding of shoreline resorts.

1977: Tropical storm Doreen sweeps through Imperial Valley, the second “100 year storm” in two years.

1979: Salton Sea’s surface elevation recorded at -228 feet below sea level.

1980: Conservation efforts by the Imperial Irrigation District begin to somewhat stabilize the level of the lake, although fluctuations continue.

1985: Salinity of the Salton Sea exceeds 40 ppt.

1986: State issues advisory suggesting adults limit their intake of fish from the Salton Sea due to selenium threats.

1988: Salton Sea Task Force formed. It is the forerunner of the Salton Sea Authority, consisting of representatives from local government agencies.

1992: 150,000 eared grebes die on Salton Sea, capturing national attention.

1993: Salton Sea Authority formed in a joint powers agreement among the counties of Riverside and Imperial as well as the Coachella Valley Water District and the Imperial Irrigation District.

1994: Die-off of eared grebes claims 20,000 birds.

1995: Salinity of the Salton Sea approaches 45 ppt.

1996: Type C avian botulism causes large-scale mortalities of white and brown pelicans. This die-off focused national attention on the Sea. An estimated 15 to 20 percent of the western population of white pelicans and more than 1,000 endangered brown pelicans died. This was the largest reported die-off of an endangered species.

1997: Congressman Sonny Bono resolves to champion restoration of the Salton Sea and forms the Congressional Salton Sea Task Force.

1997: Interior Secretary Bruce Babbitt launches multi-agency effort to restore the sea.

1998: The Science subcommittee is organized early in the year to conduct research into environmental issues impacting Salton Sea. Dr. Milt Friend is executive director.

1998: Congressman Bono is killed in skiing accident. Mary Bono, his wife, is elected to Congress and picks up the banner for the Salton Sea.

1998: Congress passes Salton Sea Reclamation Act directing the Secretary of Interior, acting through the Bureau of Reclamation, to prepare a feasibility study on restoration of the Salton Sea and submit it to Congress by January 1, 2000.

1999: In August, 7.6 million tilapia and croakers die from oxygen being depleted due to algae in Salton Sea, yet scientific studies show the Salton Sea may have the most productive fishery in the world.

2000: Salton Sea Authority and Bureau of Reclamation release plans for Salton Sea restoration.

2000: Pilot projects are approved and years of just talking about the problem end.

2000: Several systems, including enhanced evaporation and solar ponds, are tested to determine the best way to reduce salinity.

2000: A wildlife disease program is underway for early detection and response to disease outbreaks as a means for minimizing losses.

2000: The Salton Sea Authority enters into a partnership with the Salton Community Services District by funding a fish cleanup effort on the West Shore.

2000: A pet food manufacturer evaluates Salton Sea tilapia and commercial harvesting of the prolific fish becomes a possibility.

2001: Controlling phosphates is identified as a key component to reducing eutrophic conditions in the Salton Sea.

2002: The Salton Sea Authority passes resolution opposing water transfer projects that would significantly lower the level of the sea.

2002: The Salton Sea Authority approves a contract with the University of Redlands to develop an environmental education curriculum focused on the Salton Sea.

2002: The Salton Sea Authority and Kent SeaTech Corp break ground on an innovative project to remove nutrients from agricultural drain water through the use of a natural process involving high-rate algae ponds and algae-eating fish.

2002: U.S. Filter Corp proposes a restoration plan that will provide water to metropolitan Southern California by turning the Salton Sea into a wide, slightly saline river flowing around a salt-water marsh.

2003: Frustrated by the Interior Department’s failure to produce a Salton Sea feasibility study, The Salton Sea Authority Board votes to jump-start the Salton Sea Restoration efforts by taking the lead in developing a restoration plan.

2003: The Salton Sea Authority contracts with Tetra Tech and URS Corp to conduct sea floor core sampling to determine the feasibility of building dikes in the Salton Sea.

2003: After years of negotiations, Southern California’s water districts sign-off on the Quantification Settlement Agreement. The QSA calls for the transfer of as much as 300,000 acre feet of water from the Imperial Irrigation District to San Diego County Water Authority and Coachella Valley Water District. It also provides approximately $133 million for mitigation projects at the Salton Sea.

2003: Arnold Schwarzenegger replaces Gray Davis as State Governor in a historic recall election.

2003: California Regional Water Quality Control Board, Imperial Irrigation Board and others pass resolutions urging “local control” of Salton Sea restoration efforts.

2004: The Water Supply Reliability and Environmental Improvement Act of 2004 (P.L. 108-361) requires the Secretary of the Interior, in coordination with the State of California and the Salton Sea Authority, to complete a feasibility study on a preferred alternative for Salton Sea restoration.

2006: USGS and Reclamation construct Shallow Saline Habitat Ponds (SHPs) on the southern end of the Salton Sea to evaluate the ecological risk to birds from selenium of a blended water strategy in created saline habitat ponds.

2006: Pacific Institute publishes Hazard: The Future of the Salton Sea with No Restoration Project released May 1, 2006 (Pacific Institute, 2006).

2007: The Water Resources Development Act of 2007 (P.L. 110-114) authorizes $30 million for Salton Sea Restoration (money was
not appropriated).

2007: In fulfillment of Water Supply and Reliability and Environmental Improvement Act of 2004, Reclamation releases a summary report titled Restoration of Salton Sea.

2007: State of California finalizes Programmatic Environmental Impact Report on Salton Sea Restoration.

2009: Brown Pelican (Pelecanus occidentalis) is removed from the list of threatened and endangered species. Its range includes the Salton Sea.

2009: IID completes Phase 1 (365 acres) of managed marsh complexes in Niland, CA (QSA mitigation).

2010: USGS and Reclamation SHPs at the southern end of the Salton Sea are decommissioned. USGS publishes “An Ecological Risk Assessment” documenting that SHPs are a viable alternative for restoration of wetlands at the Salton Sea (Case III, H.L. et al. 2013).

2011: The U.S. Army Corps of Engineers (USACOE) and the State of California release the Draft EIR/EIS for the Salton Sea Species Conservation Habitat Project (SCH).

2012: State of California’s Financial Assistance Program awards $1,194,154.00 to FWS to fund a portion of the Red Hill Bay Project (south end of the Salton Sea within the Sonny Bono Salton Sea National Wildlife Refuge), which will create 420 acres of shallow saline habitat for migratory birds $692,819.00 to IID/Sephton to fund a portion of the Salton Sea Water Habitat Pilot Project on the south end of the Salton Sea and $1,113,027.00 to Torres Martinez Tribe/SSA to fund a portion of the Tribe’s wetlands rehabilitation project, on the north end of the Salton Sea.

2013: AB – 71 (Perez) becomes law and directs the Salton Sea Authority to work in cooperation with the California Natural Resources Agency to ensure the beneficial uses of the Salton Sea.

2013: The USACOE and the State of California release the Final EIR/EIS for the SCH. The preferred alternative permits 3,770 acres of shallow saline ponds at the mouth of the New River. (A Record of Decision has not been issued as of June 2015.)

2013: The University of California, Irvine (UCI), commences The Salton Sea Initiative (Initiative). The purpose of the Initiative is to harness the research, teaching, and service resources of the UCI campus to help address the multiple sustainability challenges faced by the Salton Sea region.

2014: IID completes Phase 2 (approximately 396 acres) of managed marsh complexes in Niland, CA.

2014: DOI and SSA enter into a Memorandum of Understanding on February 27, 2014, to facilitate collaboration and exchange of technical and scientific information regarding the resources of the Salton Sea.

2014: Genetics analyses prove that the endangered bird formerly known as Yuma Clapper Rail (Rallus longirostris yumanensis) is a subspecies of the newly designated Ridgway’s Rail (Rallus obsoletus yumanensis), also classified as endangered.

2014: USGS convenes meetings for stakeholders, scientists, and managers to review all the Salton Sea science conducted to date to assess knowledge gaps, and make recommendations for immediate and near future science and monitoring needs, including anticipated funding requirements for Salton Sea management decisions.

2014: Pacific Institute publishes Hazard’s Toll: The Costs of Inaction at the Salton Sea released on September 3, 2014 (Pacific Institute, 2014).

2014: The SSA and the Water Research Institute at Palm Desert Campus of Cal State San Bernardino establishes a Salton Sea Repository (includes materials of interest to the history and development of the region including the Coachella Valley and the Lower Colorado Watershed). http://wripdc.csusb.edu

2015: The California State Water Resources Control Board convenes a workshop on March 18, 2015, in Sacramento California regarding the status of the Salton Sea and revised Water Rights Order 2002-0013, in response to a petition from IID in November 2014.

2015: The Little Hoover Commission (LHC) holds a public hearing on April 28, 2015, at the University of California Riverside Palm Desert Campus, to review the State of California’s Salton Sea environmental mitigation and restoration governance strategy. (LHC conducted a subsequent hearing on June 25, 2015, in Sacramento). Their report was published on September 24, 2015.

2015: The IID Salton Sea Restoration and Renewable Energy Initiative (SSRREI) kick-off meeting is held on January 16, 2015 in Imperial, CA. The initiative is a collaborative incremental restoration approach designed to minimize environmental and air quality impacts, while using revenue generated by renewable energy projects to fund larger scale environmental mitigation and restoration efforts at the Sea. The SSRREI was released in July 2015.

2015: Reclamation records the salinity of the Salton Sea during the quarterly May sampling at approximately 57 ppt.

2015: The State of California announces Bruce Wilcox as the new Assistant Secretary for Salton Sea Policy for the Natural Resources Agency on September 2, 2015.

2015: Pacific Institute publishes the Salton Sea Export-Import Infographic/video at http://pacinst.org/publication/salton-sea-importexport-plans/ on September 29, 2015.

2015: November 5 groundbreaking event for FWS-IID Red Hill Bay wading bird habitat/dust suppression project.

2015: November-December: State of California convenes series of Salton Sea Management Plan agency stakeholder workshops.


Welcome to RivCoParks

Updates on safety, access, weather, events, and more.

Experience RivCoParks

Providing high-quality recreational opportunities for all people to enjoy, while preserving places of natural beauty and important cultural heritage.

mv2.png/v1/fill/w_170,h_170,al_c,usm_0.66_1.00_0.01,blur_3/RivCoParks-100th-Logo.png" />

This is a picture of the boat launch ramp at Lake Skinner.

Scenic Rancho Jurupa Regional Park offers a beautiful setting to come RVing. Two lakes and trails await visitors. A perfect get-away not too far from the city.

The equestrian trails at Lake Cahuilla offer the perfect desert horse riding experience with trails surround the pristine lake and leading into the rugged surrounding mountains.

This is a picture of the boat launch ramp at Lake Skinner.

Current Board of Directors, Commission & Committee meeting agendas

Southwestern Riverside County Multi-Species Reserve

Santa Rosa Plateau Ecological Reserve

mv2.jpg/v1/fill/w_128,h_96,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01,blur_2/Volunteers%202.jpg" />

There are many opportunities to help your community such as adopting a trail, volunteering, supporting our foundation,

or serving on a committee.

Book your wedding, corporate event,
or special occasion at Crestmore Manor.

mv2.jpg/v1/fill/w_128,h_96,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01,blur_2/sunrise.jpg" />

Seven regional parks open for day use, overnight camping (RV & tent), hiking, boating, fishing, horseback riding, special events and more.

mv2_d_2048_1536_s_2.jpg/v1/fill/w_128,h_96,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01,blur_2/Santa%20Ana%20River%20Trail%20Prop%2050%20DN%209-26-06.jpg" />

Trails and Nature Preserves

RivCoParks offers a variety of scenic trails, open-space and reserve areas, special nature centers, and history museums.

Start an adventure with our free, award-winning Historical Riverside County App:

All historically designated sites through the county included

GPS software based - find what's near you

Photo and info on each site

Visit a RivCoParks Nature Center or Historic Site and learn more about our environment and culture.


Pre-Cahuilla Lodges

Cahuilla Lodge has 4 distinct predecessor Lodges, 2 of which began in the 1930s and 2 in the 1950s.

Navajo Lodge # 98 et Tahquitz Lodge # 127 were the 2nd and 4th Order of the Arrow Lodges formed in California, founded in 1937 and 1938 respectively. Ho-Mita Koda Lodge # 380, part of the Redlands Area Council, existed between 1948 and 1952. Wisumahi Lodge # 478 became a Lodge in 1952. Finally, A-tsa Lodge # 380 was chartered in 1955 after the previous Lodge was disbanded.


Incomplete History of Cahuilla Lodge Chapters

Although only 6 chapters are currently operating in Cahuilla Lodge today, there have been (at least) 21 viable chapters that have operated in our history, including some clans, or subsets of chapters.

The chapter has been a necessary hierarchy for our lodge to operate because of our large geographical size, which from time to time has swept from Fort Irwin to Temecula, from Ontario to Quartzite, Arizona. Many members who do not participate long, or district members who are not in the Order may see the chapter, and their knowledge of the OA as an organization may not go beyond the chapter itself.

  • 1974: The original chapters of Cahuilla Lodge # 127 were probably: Agua Mansa, Agua Caliente, Chemehuevi, Luwillivon, Mojave, Serrano, Takik, Yamiwa, and Wanakik. A-tsa Lodge # 380 merged with Cahuilla and formed their own chapter.
  • 1982: Agua Mansa and Luwillivon merged to form the Whi-Al-Lum Chapter. Agua Mansa served the greater communities of Rialto and Colton and had roughly the same area of service as the Kaneeno Chapter.
  • 1985: In September, the huge Agua Caliente Chapter split into four pieces. The north area became the Chemehuevi Chapter, the west end became the Morongo Chapter. The Morongo Chapter served the Pass Area District of our council. The Palm Springs area because the Aswit Chapter and the rest remained the Agua Caliente Chapter. Also, the Takik Chapter was split into the Hutuk and Puyumak Chapters and the Big Bear Clan seperated from the Mojave Chapter.
  • 1986: In September, Soboba Chapter split from Wanakik Chapter. Takic was split into the Hutuk and Puyumak Chapters.
  • 1989: In September, Whi-Al-Lum Chapter was once again split into the Luwillivon and Kaneeno Chapters and Big Bear Clan remerged with Mojave Chapter. The Kaneeno Chapter was part of the Broken Arrow District.
  • 1992: In September, several changes took place. Morongo Chapter was absorbed by A-tsa Chapter. Aswit Chapter was absorbed by Agua Caliente Chapter. Memekis Chapter, formerly of Pang Lodge, became a chapter of Cahuilla after the Pang-Ashie merger.
  • 1993: In June, Luwillivon and Kaneeno Chapters merged to reform the Whi-Al-Lum Chapter. In March 1994, Aswit Chapter split from Agua Caliente. The Memekis Chapter was formed from area given to the Council that was originally in Pang Lodge.
  • 1994: In April, the Big Bear Clan was once again split from the Mojave Chapter. The Memekis Chapter was absorbed by the Agua Caliente Chapter. The Big Bear Clan was allowed to operate at times because being in the Mojave Chapter, it was extremely difficult to cover the distances required to actively participate. The group never became a recognized chapter but had an active group from time to time.
  • 1999: The Azwit Chapter was absorbed by the Agua Caliente Chapter.
  • 2000: The Chemeheuvi and Agua Caliente Chapters merged. The Chapter named itself Aca.
  • 2001: The Whi-Al-Lum chapter decided in 2001 to change their name to Wisumahi, the name of the Order of the Arrow Lodge in the old Arrowhead Council from 1952 - 1972.
  • 2004: Yamiwa Chapter reformed after Three Peaks District was split from Tahquitz District in March 2003.
  • 2005: Soboba Chapter was absorbed by Wanakik Chapter after Five Nations and Mt. Rubidoux Districts were merged.
  • 2015: Arrowhead Chapter was absorbed by A-tsa Chapter. Yamiwa Chapter was absorbed by Tahquitz Chapter. Hutuk Chapter was devided with the north going Navajo Chapter and the south to Wanakik Chapter.


Voir la vidéo: The Cahuilla People Of Southern California (Juin 2022).