L'histoire

Petrita SwStr - Histoire

Petrita SwStr - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Petrita

(Sw Str: dp. 200; a. 1 pistolet)

Tôt le matin du 23 octobre 1846, un petit escadron commandé par le commodore Matthew Perry pénétra dans une ville endormie de Mexico située à 7 miles en amont de la rivière Grijalvn. Frontera (maintenant Alvaro Obregon) a été pris par surprise. Laissant la frégate à vapeur Mississippi à l'embouchure du fleuve à cause de son tirant d'eau, l'escadre captura 2 vapeurs et un certain nombre de goélettes côtières. La capture la plus importante était Petrita, un petit mais rapide bateau à vapeur de construction américaine. Elle fut ajoutée à l'escadre qui était composée des vapeurs McLane et V*en, et des goélettes Ponita et Nonata. Tôt le lendemain matin, Perry remonta la rivière Grijalva pour attaquer la ville de San Juan Bautista (aujourd'hui Villa Hermosa). À 9 heures du matin, l'escadron a dépassé le fort abandonné Aeaeehappa, où il s'est arrêté assez longtemps pour piquer les canons. Il était midi lorsque le Viee Commodore arriva à destination. Capturant 5 autres navires, l'escadre bombarda San Juan Bautista. Ne pouvant pas garnir la ville à cause du poireau des hommes, Perry se retira sur Anton Lizardo, et sur l'île juste au sud de Vera Cruz.

Petrita était inactif pour le reste de 1846 et le premier

partie de 1847. Cela était dû à une pénurie de ressources naturelles et à de violentes tempêtes venues du "nord" qui se produisaient pendant les mois d'hiver. Le 7 mars 1847, le commodore David Conner et le général Winfield Seott firent une reconnaissance de Vera Cruz à Petrita. Elle a couru près du fort San Juan de Ulua et a été chevauchée par des coups de feu. Cependant, aucun dommage n'a été subi. Petrita a participé à l'assaut amphibie de Vera Cruz. Le plan du commodore Conner était que les grands navires de guerre remorquent des péniches de débarquement d'Anton Lizardo à Isla Saerifieios, une distance de quelques milles. Les petits bateaux à vapeur relevaient ensuite le remorquage et acheminaient les péniches de débarquement jusqu'à la rive. Le sloop Saint Marys a transféré sa remorque à Petrita, et elle les a remorqués en toute sécurité. À 22 h. plus de 10 000 soldats avaient été débarqués. L'opération a été une réussite totale.

Souffrant de défauts de moteur, Petrita est inactif pour le reste de la guerre. En 1848, Petrita est perdue au large d'Alvarado. Toutes les mains ont été sauvées.


USS Petrita (1846)

USS Petrita était un bateau à vapeur qui a servi dans la marine des États-Unis de 1846 à 1848. Elle a servi dans la guerre du Mexique.

Histoire
États Unis
Nom: USS Petrita
Homonyme: Nom mexicain (un nom propre féminin espagnol) conservé
Acquis: 23 octobre 1846
Sort: Perdu 1848
Caractéristiques générales
Taper: Vapeur à vis
Déplacement: 200 tonnes
Armement: 1 pistolet

Petrita était un petit bateau à vapeur à vis rapide construit aux États-Unis et en service au Mexique lorsque la guerre du Mexique a éclaté en 1846. commandé par le Commodore Matthew C. Perry a surpris les forces mexicaines là-bas et l'a capturé avec les autres navires mexicains. Elle a été ajoutée à l'escadrille américaine.

Tôt le lendemain matin, Perry remonte la rivière Grijalva pour attaquer la ville de San Juan Bautista. À 9 heures du matin, l'escadron passa devant le Fort Acacchappa abandonné, où il s'arrêta assez longtemps pour piquer les canons. Il était midi lorsque l'escadre de Perry arriva à San Juan Bautista, où elle captura cinq autres navires mexicains et bombarda la ville. Incapable de mettre en garnison la ville en raison d'un manque d'hommes, Perry se retira sur Antón Lizardo, une île juste au sud de Veracruz, au Mexique.

Petrita était inactif pour le reste de 1846 et la première partie de 1847 en raison d'une pénurie de charbon et de violentes tempêtes appelées «nords» qui se produisent pendant les mois d'hiver.

Le 7 mars 1847, le commodore David Conner et le général Winfield Scott firent une reconnaissance de Veracruz en Petrita. Elle a couru près du château de San Juan de Ulúa et a été chevauchée par des coups de feu, mais n'a subi aucun dommage. Le siège de Veracruz a commencé deux jours plus tard.

Petrita plus tard a participé à l'assaut amphibie sur Veracruz. Le plan du commodore Conner était que ses grands navires de guerre remorquent des péniches de débarquement d'Anton Lizardo à Isla de Sacrificios, une distance de quelques milles (kilomètres). De petits bateaux à vapeur ramassaient alors le remorquage et acheminaient les péniches de débarquement jusqu'au rivage. Le sloop de guerre USS Sainte-Marie transféré sa remorque à Petrita, et Petrita les a remorqués en toute sécurité. À 22 heures, plus de 10 000 soldats américains avaient débarqué et l'opération était un succès complet.

Souffrant de défauts moteurs, Petrita était inactif pour le reste de la guerre mexicaine. [ citation requise ] Elle a été perdue d'Alvarado, Mexique avant le 6 mars 1848. [1] [2] Toutes les mains ont été sauvées. [ citation requise ]


1. Elle est la sœur cadette de Honeysuckle Weeks

Perdita admet qu'elle a suivi les traces de sa sœur aînée en commençant à jouer à l'âge de 12 ans, mais elle insiste sur le fait qu'il n'y a pas de rivalité fraternelle entre eux deux. Elle dit qu'elle a une grande admiration pour le travail que sa sœur a réalisé dans sa propre carrière d'actrice et qu'il y a beaucoup de place pour qu'elles s'épanouissent dans l'industrie. Perdita pense qu'avoir un bon exemple devant elle a beaucoup facilité son entrée dans la profession d'actrice.


Semaines Perdita : Carrière

Weeks a fait ses débuts à l'écran en 1993 avec un petit rôle dans la mini-série télévisée "Goggle Eyes". En 1995, elle a joué Dottie dans une autre série télévisée "Ghosts". De plus, la même année, elle est également apparue dans "The Cold Light of Day" en tant qu'Anna Tatour et dans "Robert Rylands’ Last Journey" en tant que Sue.

En outre, elle a également interprété le rôle de Moira dans une autre série télévisée « Screen Two ». Depuis lors, Perdita Weeks est apparu dans de nombreux autres films et séries télévisées. Au total, elle a plus de 30 crédits en tant qu'actrice.

Certains autres films et séries télévisées dans lesquels Weeks est apparu sont "Rebellion", "The Musketeers", "The Great Fire", "The Invisible Woman", "Flight of the Storks", "Titanic (TV Series)", "Great Attentes', 'La promesse', 'Prowl', 'Four Seasons', 'Inspector Lewis', 'Lost in Austen', 'The Tudors', 'Sherlock Holmes et l'affaire du bas de soie', 'Stig of the Dump ', 'Le Prince et le Pauvre', et 'Spice World' entre autres. De plus, Weeks n'a reçu aucune nomination pour un prix à ce jour.


Petrita SwStr - Histoire

Commanditez cette page pour 75 $ par année. Votre bannière ou annonce textuelle peut remplir l'espace ci-dessus.
Cliquez sur ici pour parrainer la page et comment réserver votre annonce.

1847 - Détail

27-29 mars 1847 - Douze mille soldats américains sous le commandement du général Winfield Scott prennent Vera Cruz, au Mexique, après un siège.

La stratégie des États-Unis dans leur conflit avec le Mexique avait été évidente dès avant son début. Président Polk, secrétaire à la Guerre W.L. Marcy et d'autres politiciens ont été clairs. Ils avaient un plan de destin manifeste et d'expansion du territoire des États-Unis et les désirs du régime combatif au sud de la frontière n'allaient pas les arrêter. Ainsi, en 1845, ils ont accepté l'annexion de la République du Texas aux États-Unis, l'ajoutant directement à l'Union en tant qu'État en décembre, même si le Mexique a averti de la guerre si cela se produisait. Bien que cet acte n'ait pas poussé le Mexique à s'engager dans le combat, lorsque la milice du Texas s'est déplacée sur un territoire contesté près du fleuve Rio Grande, les relations diplomatiques ont été rompues. Avec les premières actions de conflit engagées par le Mexique au printemps de 1846, le président et le secrétaire à la Guerre avaient fait leur ordres connus du général Kearny et de l'armée de l'Ouest qu'ils devaient prendre le Nouveau-Mexique et la Californie aux mains des Mexicains.

Pour le général Winfield Scott, la guerre américano-mexicaine était le prolongement d'une carrière militaire déjà vaste et stellaire. Il était dans l'armée des États-Unis depuis 1814, servant dans le Guerre de 1812, et en 1847, avait soixante ans et le 3e général commandant de l'armée des États-Unis, un poste créé après que George Washington avait été commandant en chef de l'armée continentale dans le la révolution américaine. Il occupait ce poste depuis cinq ans avant le début de la guerre du Mexique, et malgré une relation controversée avec le président Polk, ils s'étaient mis d'accord sur le fait que la stratégie ici était de prendre l'Alta California puis de rechercher la paix avec le Mexique. Zachary Taylor conduirait l'armée américaine au Mexique Scott resterait à Washington.

En 1847, la stratégie a commencé à changer. Polk, Marcy et Scott pensaient maintenant que le Mexique ne se rendrait pas si les États-Unis restaient seulement en possession du nord du Mexique. Ils devraient envahir, prenant le territoire mexicain encore plus au sud que celui déjà conquis par Kearny et Zachary Taylor. Scott quitterait son poste administratif et retournerait sur le terrain, le but était de s'emparer de Mexico. Veracruz, un port sur le golfe du Mexique, serait le début. La route nationale menait deux cents miles de cette ville à Mexico et serait une voie d'accès importante pour les douze mille hommes de l'armée américaine en marche pour la capturer. Une invasion navale et un siège ont été planifiés, le plus grand assaut du genre dans l'histoire jusqu'à ce point, et le plus grand jusqu'au Campagne d'Afrique du Nord de la Seconde Guerre mondiale.

Scott débarquait une force de douze mille hommes le 9 mars 1847, y compris des hommes qui deviendraient encore plus célèbres dans la guerre à venir, le Guerre civile. Robert E. Lee, George Meade, U.S. Grant et George B. McClellan n'étaient que quelques-uns de ceux qui, au sein de la structure de commandement de l'invasion, serviraient dans des capacités encore plus élevées pendant la guerre de rébellion. Le commodore David Conner dirigerait la partie amphibie de l'attaque. Le général Winfield Scott commanderait les forces terrestres dans un mouvement d'encerclement autour de la ville et assiégerait la ville pendant près de trois semaines.

Éléments du siège

Veracruz était bien défendu, et les rapports de renseignement avaient averti les forces mexicaines qu'une attaque était à venir. Trois forts étaient essentiels à sa défense Fort Santiago, Fort Concepción et Fort San Juan de Ulu'a. Au total, plus de quatre mille hommes étaient en garnison dans ces endroits. Ils commandaient deux cent vingt-quatre canons.

Le général Scott et le commodore Connor ont débarqué leurs forces à Collado Beach, à trois milles au sud de la ville, le 9 mars. Aucun des douze mille hommes n'a été perdu lors du débarquement. Une fois à terre, les divisions se dispersèrent pour envelopper la ville. Patterson, commandant la 3e division des volontaires, marche vers le nord. Le major-général William J. Worth, commandant la 1re division, et le major-général David E. Twiggs, commandant la 2e division, ainsi que la brigade Dragoon ont rempli ce qui allait devenir une ligne de sept milles s'étendant de Collado Beach à Playa Vergara en quatre jours. Une batterie navale a été construite sous la direction du capitaine Robert E. Lee. Sept navires avaient participé à l'invasion, dont le navire amiral USS Raritan, USS Mississippi, USS Potomac, USS St. Mary's, USS Petrita, USS Massachusetts, USS Ohio et la flotte Mosquito.

Reportages du débarquement

New York Tribune, 3 avril 1847, article partiel

Investissement de Vera Cruz
Débarquement réussi du général Scott

ESCARMANDES CHAUDES
TOUTES LES REDOUTES EFFECTUÉES
CAPT. ALBURTIS DE VIRGINIE TUÉ
AIDANTS ROGERS SAUVE
PLAN D'ATTAQUE.
TOUTES LES FOURNITURES COUPE

Par Express de Philadelphie, nous avons reçu une copie du Philadelphia North American, contenant les renseignements importants suivants de Vera Cruz :

Par le schr. Portia, à la Nouvelle-Orléans, de Sacrificios, le 15, nous avons des nouvelles intéressantes des forces terrestres et navales coopérant devant Vera Cruz. Le récit du Delta indique que les troupes ont été débarquées par les généraux Scott, Patterson, Worth, Pillow, Quitman et Twiggs avec les aides et le corps topographique, qui se sont approchés près du rivage, en direction du château, les canons de San Juan de Ulua ouvrant le feu sur l'équipe, lançant des obus et des balles rondes mais sans causer de dommages à l'équipe de reconnaissance - la balle ronde passant ou tombant court, et l'obus, bien que lancé avec précision, éclatant à une élévation considérable, ne faisant pas de mal - un obus passant sur le vapeur Petrita, (le navire employé dans la reconnaissance) et un autre éclatant sous sa proue, sans lui faire aucun mal.

La reconnaissance a été faite alors que les transports et les convois reposaient à Anton Lizardo après leur retour et le moins de retard possible, les transports et les convois ont levé l'ancre et se sont arrêtés au sud de Sacrificios, se dirigeant vers la terre ferme, avec une bonne brise et dans style galant, lorsqu'ils venaient mouiller, les convois prenant position de manière à protéger le débarquement des troupes - les 6 000 premiers étant débarqués à 14 heures le 9, et le reste le lendemain. L'atterrissage est évoqué, par des témoins oculaires, à une scène (sp) de magnificence rarement vue plus d'une fois dans une vie. Les troupes s'élevaient au nombre exact de 12.100.

Après le débarquement, les différentes colonnes ont repris leur ligne de marche pour les positions qui leur étaient assignées dans l'importante action et siège de Vera Cruz.

Les vapeurs Vixen et Spitfire, passant sous la pointe de Hornos, s'ouvrirent sur la ville à travers la pointe et dans la direction du château, avec obus et balles rondes, qui furent renvoyées par le château, mais sans effet.

La division du général Worth qui, dit-on, a été affectée aux opérations du flanc gauche de la ville, depuis les lieux du débarquement au sud, et sous la pointe de Hornos, devait nécessairement se déplacer en échelon vers l'arrière au-delà de la droite, afin de gagner sa position propre - pour l'exécution de laquelle, il est devenu nécessaire d'attaquer et de prendre possession de deux redoutes élevées par l'ennemi dont l'une était une pièce d'artillerie, et toutes deux remplies d'infanterie.

Les redoutes ont été attaquées, chargées et prises, une résistance vive étant faite par l'ennemi qui a perdu plusieurs tués, blessés et prisonniers - notre perte quelque sept tués et plusieurs blessés. Le capitaine Alburtis du 2e d'infanterie a été tué par un coup de feu censé provenir du château, le même coup enlevant le bras d'un batteur (un garçon) et blessant un soldat. Le capitaine Alburtis était un Virginien et dirigeait auparavant un journal à Fredericksburg. Le colonel Dixon a été blessé à la poitrine par un coup de mousquet.

L'escarmouche ne fut cependant pas un échec pour la colonne qui avançait, qui passa régulièrement en avant jusqu'à sa position sur la gauche et l'arrière de la ville, où elle s'arrêta et commença le travail de retranchement.

Les canalisations utilisées pour approvisionner la ville en eau douce ont été découvertes et rompues, coupant complètement l'alimentation des réservoirs, qui sont situés à une certaine distance de la ville.

Au cours de l'avance sur l'arrière de la ville, l'aspirant de marine Rogers, qui n'avait pas encore été envoyé de Vera Cruz, a été attaché sur une charrette et a reçu l'ordre d'être transporté sous garde à la prison de Perote, mais heureusement ils ont été rencontrés par nos forces, et M. Rogers a été secouru et se trouve maintenant à bord de son navire.

La ville est maintenant complètement encerclée par nos troupes, chaque division ayant pris une position forte et avantageuse avec des retranchements coupant complètement toute communication par mer ou par terre, et en même temps à l'abri du feu du château. Les positions des divisions furent établies le 15, s'étendant de la pointe de Hornos, à droite, à la pointe de la Catita, à gauche, en une ligne ininterrompue, et des préparatifs actifs étaient en cours pour l'assujettissement immédiat de cette place formidable.

Vera Cruz est maintenant assiégée de si près, et tous les moyens de communication sont coupés, que dans très peu de jours la nouvelle doit nous parvenir que la ville et le château sont occupés par nos troupes victorieuses. .

Le siège se termine

Le 22 mars, Scott a demandé la reddition de l'armée mexicaine. Le général de brigade Juan Esteban Morales, commandant, a refusé. Scott a répondu au démenti en ordonnant qu'un bombardement commence à 16h15. A 18h00 les canons navals au large se sont joints aux vapeurs Spitfire et Vixon, ainsi que cinq goélettes. Le fort Santiago a été abandonné et de nombreuses structures civiles à Veracruz ont été endommagées. Le bombardement a continué le 23 mars, avec la batterie navale sous Lee maintenant montée et participant par le 24. Les deux jours de bombardement précédents ont touché les murs de la ville et ceux du fort, obligeant certains des artilleurs mexicains à abandonner leurs positions. Scott a planifié un assaut pour le 25 mars alors qu'un Conseil de guerre mexicain débattait d'un passage sûr pour les consuls, les femmes et les enfants comme premiers mandats, l'offrant à Scott. Il a refusé la reddition complète étaient les seules conditions. Morales a démissionné lorsque la cession a été approuvée le 26 mars. Les conditions ont été convenues tard le 26 mars, selon certaines sources, le lendemain. Le 29 mars, le drapeau des États-Unis flottait sur les remparts de San Juan de Ulu'a. Le général Winfield Scott et les forces américaines pousseraient vers Mexico au cours des six prochains mois avant la chute de Mexico en septembre.

Les pertes sont estimées entre deux cents et mille pour les soldats et les civils mexicains. Les pertes américaines étaient de soixante-huit tués et blessés.


Petrita Zoraida Sánchez Nécrologie

&ldquoNos condoléances à tous ceux qui étaient proches de Pita. Pita était une personne merveilleuse, toute ma famille a beaucoup de bons souvenirs de notre enfance. Lire la suite » &rdquo
1 sur 1 | Publié par: Felipe L. Sanchez Jr. - NM

  • Voir tout
  • Laisser un souvenir
  • Quitter la mémoire audio
  • Allumer une bougie
Fleurs de sympathie

Petrita (Pita) Zoraida Sanchez , 85, est entrée dans une nouvelle vie jeudi, 15 février 2018. Pita est née à Santa Rosa, NM. Ses parents, Jose Z. et Adelina R. Sanchez, l'ont élevée, son frère Joe et sa soeur Tina, dans une maison d'une chambre au 3e rue. Elle avait des liens étroits avec ses grands-parents qui vivaient dans une petite communauté près de Santa Rosa et Colonias de San Jose. Ces communautés catholiques ont joué un rôle important dans sa formation spirituelle. Toute sa vie tournait autour de l'église. En 1951, après avoir obtenu son diplôme de l'école secondaire Santa Rosa, elle entra dans l'Ordre des Sœurs de Saint-Joseph de Boston. Elle est entrée à l'université de Framingham & MA & Boston College & Boston State College & St. Michael & rsquos à Santa Fe & NM et UNM. Bien que son diplôme soit en éducation, Pita a également suivi des cours approfondis en conseil. Pita a enseigné dans les écoles paroissiales du Massachusetts / Santa Fe et Santa Rosa pendant 18 ans. En 1972, elle a commencé une nouvelle carrière dans l'enseignement dans les écoles publiques et l'éducation des adultes à Albuquerque. Après 40 ans, elle a pris sa retraite mais a commencé à faire du bénévolat. Elle aimait particulièrement le tutorat et aussi travailler avec les personnes âgées. Après avoir entendu une homélie inspirante sur l'intendance à Immaculée, elle s'est portée volontaire pour travailler avec les personnes âgées de la maison de retraite St. Mary, où elle a assisté à une messe hebdomadaire et à un service de prière. En plus d'aider à la maison de retraite, elle conduisait les personnes âgées pour l'épicerie et chez le médecin. Lorsque quelqu'un de la paroisse a été nécessaire pour servir en tant que ministre eucharistique extraordinaire à l'hôpital du cœur, non seulement elle s'est portée volontaire pour servir à ce titre, mais a également coordonné les horaires des ministres de l'hôpital du cœur. Assister à une étude biblique hebdomadaire à Immaculate, sous la direction du père Joe Vanderholt, était également l'une de ses activités préférées. En 1997, Pita a été sélectionnée pour recevoir le prix &ldquoAdult Educator of the Year&rdquo pour les nombreuses années qu'elle a consacrées à l'enseignement aux adultes. Puis, en 2009, à sa grande surprise, elle a reçu le &ldquoImmaculta Award&rdquo de sa paroisse. En 2002, Pita a rejoint les Associés des Sœurs de Saint-Joseph, qui sont des hommes et des femmes qui partagent les chemins de foi avec les sœurs de Saint-Joseph de Boston dans une mission d'unité et de réconciliation. Ainsi, depuis ses humbles débuts à Santa Rosa, elle a poursuivi sa vie de service à l'église Immaculée Conception à Albuquerque. La célébration de la vie de Pita commencera par un chapelet le mardi 20 février 2018 à 9h00 à l'église Immaculée Conception située au 619 Copper Ave NW, 87102, suivi d'une messe à 10h00. Une deuxième messe aura lieu le mercredi 21 février 2018 à 10h00 à Sainte-Rose de Lima situé au 439 S 3rd St à Santa Rosa et NM 88435. L'inhumation suivra les services au cimetière de San Jose à Santa Rosa&# 44 NM. Les porteurs seront Johnny Aragon & David Padilla & Ken Blaskovits & Arturo Cordova & Ernie Woodley & Charels Mitchell.

Envoyer des condoléances
RECHERCHER D'AUTRES SOURCES
Service funéraire

Église catholique de l'Immaculée Conception
619 Copper Ave NO
Albuquerque, NM 87102
(505) 247-4271

Service funéraire

Église catholique de l'Immaculée Conception
619 Copper Ave NO
Albuquerque, NM 87102
(505) 247-4271

Service funéraire

Église Sainte Rose de Lima
439 S 3e Rue
Santa Rosa, NM 88435
(505) 242-1133

Le magnifique et interactif Eternal Tribute raconte l'histoire de la vie de Petrita comme elle mérite d'être racontée dans mots, des photos et vidéo.

Créez un mémorial en ligne pour raconter cette histoire aux générations à venir, en créant un lieu permanent pour la famille et les amis afin d'honorer la mémoire de votre bien-aimé.

Sélectionnez un produit commémoratif en ligne :


« Je peux enfin la serrer dans mes bras » : des liens familiaux solides encouragent les aînés latinos à se faire vacciner contre le COVID-19 alors que les jeunes de Chicago aident à prendre des rendez-vous

Lorsque Jesse Flores a finalement reçu le vaccin COVID-19, il attendait avec impatience une chose une fois qu'il serait complètement vacciné : embrasser à nouveau sa grand-mère de 92 ans.

Il espérait que son abuela – la matriarche de la famille, qui riait et faisait des blagues pendant qu'elle prenait soin de lui et de ses cousins ​​quand il grandissait – se souviendrait encore de lui.

En raison de son âge et de certains problèmes de santé, elle oublie parfois des choses, a déclaré Flores.

Le dimanche où il a finalement atteint la barre des deux semaines après avoir reçu son deuxième coup contre le nouveau coronavirus, il s'est rendu chez sa grand-mère à Back of the Yards, impatient de la revoir.

Même si au début elle était un peu confuse, elle a finalement reconnu Flores et l'a embrassé.

"Je peux enfin l'embrasser à nouveau sans peur", a déclaré Flores.

Des centaines de jeunes de Chicago travaillent ensemble pour aider les aînés latinos à s'inscrire au vaccin COVID-19 pour les réunir avec leurs proches. L'espoir de revoir de la famille a, pour beaucoup, été la source de force pour faire face au bilan de la pandémie, a déclaré Ana Lopez, l'une des créatrices du groupe Facebook Vaccinate Abuela.

Depuis février, les membres bénévoles du groupe Facebook basé à Chicago ont collectivement aidé à inscrire des milliers de personnes âgées qui ne parlent pas anglais ou qui manquent de compétences techniques pour trouver et prendre rendez-vous en ligne. Dans certains cas, des bénévoles ont également travaillé ensemble pour conduire certains aînés à leur rendez-vous, a-t-elle déclaré.

Le groupe a également intensifié ses efforts pour aider les personnes âgées noires et les autres immigrants qui pourraient faire face à des obstacles pour accéder au vaccin.

"L'une de mes plus grandes motivations pour le faire était d'aider à préserver nos parents et nos grands-parents pour préserver leur existence dans notre foyer, dans notre ville", a déclaré Lopez qui, en plus d'aider à gérer le groupe de bénévoles, a un travail et est un plein -étudiant étudiant en informatique à l'Université de l'Illinois à Chicago.

Les Latinos de Chicago continuent d'être touchés de manière disproportionnée par la pandémie, à la fois en termes de décès et d'atténuations telles que les tests. Jeudi, 1 725 des 5 162 personnes décédées des complications du COVID-19 à Chicago étaient des Latinos. Ainsi, alors qu'ils représentent 29% de la population de la ville, les Latinos représentaient 33% des décès dus au COVID-19 et seulement 15% des tests effectués.

Et bien que les premières données sur la distribution des vaccins aient montré des disparités importantes entre les résidents blancs et noirs et hispaniques, des chiffres récents ont montré que 52% des Latinos âgés de 65 ans et plus à Chicago ont reçu une première dose du vaccin COVID-19, contre 58% des Chicagoans blancs et 49% des Black Chicagoans dans le groupe d'âge.

Lopez, qui a 35 ans et vit à Pilsen, avait peur que si elle n'aidait pas à protéger ses parents et les autres personnes âgées de sa communauté, personne ne le ferait. Ces immigrants qui mouraient, a-t-elle dit, sont l'épine dorsale «de qui nous sommes dans ce pays».

Grâce à ses compétences techniques, elle a d'abord obtenu un rendez-vous pour ses parents, tous deux âgés de plus de 70 ans et souffrant de problèmes de santé sous-jacents. Elle a ensuite commencé à demander aux tantes, aux membres âgés de la famille et aux voisins s'ils avaient besoin d'aide pour prendre rendez-vous.

C'est alors que son ami Esteban Andres Cruz, qui utilise les pronoms « ils » et « eux », est intervenu pour l'aider.

Comme Lopez, Cruz a fait en sorte que leurs parents aient accès à un vaccin. Une fois cela fait, les deux ont décidé qu'ils devaient partager leurs connaissances et leurs compétences pour prendre rendez-vous en ligne avec des membres de leur communauté qui, comme les membres plus âgés de leur famille, ne parlaient pas anglais ou n'avaient pas accès à un ordinateur avec Internet.

"Pour nous préserver et préserver notre riche culture, nos traditions et notre histoire, nous devons préserver les auelos", a déclaré Cruz.

Cruz, acteur, vit à Archer Heights avec leur partenaire.

Cruz a déclaré que l'approche du groupe avait contribué à apaiser la peur et l'hésitation envers les vaccins COVID-19 dans la communauté latino-américaine, car elle a aidé les gens à se rendre compte que la seule façon de se réunir en toute sécurité et d'embrasser un être cher était de se faire vacciner complètement.

Lorsque Cruz a serré leur mère dans ses bras pour la première fois, tous les deux ont pleuré pendant quelques minutes.

"En tant que Latinos, nous sommes habitués à nous embrasser constamment, si vous ne serrez pas dans vos bras et n'embrassez pas quelqu'un bonjour, en particulier nos aînés, c'est un signe de manque de respect", a déclaré Cruz.

Il n'y avait pas que les jeunes qui manquaient à leurs aînés. Certains abuelas attendaient avec impatience le jour où leurs petits-enfants pourraient également les embrasser et les embrasser à nouveau.

Maria Isabel Salgado, 63 ans, de Logan Square n'a plus qu'une chance et remercie les bénévoles de Vaccinate Abuela d'avoir aidé sa fille – qui a rejoint le groupe pour demander de l'aide – à prendre rendez-vous.

Salgado est mère de quatre enfants et grand-mère de trois enfants.

La pandémie, a-t-elle dit, a séparé la famille, et cela a été déprimant.

"Mes petits-enfants me manquent, j'ai hâte de les embrasser et de passer du temps avec eux", a déclaré Salgado.

Lopez et Cruz entendent souvent parler d'autres enfants d'immigrés qui travaillent ensemble et partagent des ressources pour s'assurer que leurs aînés sont vaccinés.

Au-delà d'un devoir de s'assurer qu'ils sont en bonne santé, c'est un devoir de protéger le cercle familial et les liens qui maintiennent la communauté latino forte, disent-ils.

Jesse Flores, dont la grand-mère a 12 enfants, 35 petits-enfants et 44 arrière-petits-enfants, a hâte de passer à nouveau le dimanche avec elle "avant qu'il ne soit trop tard".

La pandémie et la détérioration de la santé de sa grand-mère au cours de l'année écoulée l'ont privé, ainsi qu'à sa famille, de « temps précieux », a-t-il déclaré. Son abuela a immigré à Chicago de Zacatecas, au Mexique, dans les années 1950 à la suite de son mari, le défunt grand-père de Flores. Ils ont établi la famille à Back of the Yards, où elle vit toujours.

Maintenant qu'il est complètement vacciné et qu'une plus grande partie de sa famille a accès aux vaccins COVID-19, Flores espère récupérer le temps perdu.


Omar Infante entre dans l'histoire

Omar Infante pourrait être un joueur All-Star cette année, mais ce serait tout à fait immérité. Les fans qui votent pour lui doivent en être conscients, mais hélas. c'est le système qu'on nous a donné.

Cependant, pourrions-nous considérer un gars comme un All-Star s'il entre dans l'histoire dans les mois précédant le All-Star Game ? Certes, un joueur sur le point d'entrer dans l'histoire justifierait de raisonner pour figurer parmi les grands jeux actuels non ? Un gars qui est à mi-chemin de la marque de home run de la saison, ou qui a 100 points produits à la pause, nous le placerions certainement dans le match des étoiles.

Omar Infante entre dans l'histoire en ce moment les gars. Malheureusement, ce n'est pas le bon genre d'histoire.

Nom Pennsylvanie BB% wRC+ GUERRE
Omar Infante 228 1.30% 45 -0.3
Salvador Pérez 241 1.70% 107 1.3
Chris Devoirs 242 2.50% 51 -0.5
Jean Segura 227 2.60% 79 0.3
Ender Inciarte 267 3.00% 85 0.8
Alexeï Ramirez 269 3.00% 45 -0.9
Wilmer Flores 248 3.20% 92 0.9
Dee Gordon 306 3.30% 121 3.1
Josh Harrison 274 3.60% 99 1
Juan Lagares 274 3.60% 85 0.5

Parmi les leaders qualifiés en 2015, Infante est dernier au classement général en BB%, et non loin derrière son coéquipier Sal Perez. Cependant, malgré le taux de marche épouvantable de Perez, il a été 7% meilleur que le frappeur moyen de la ligue. Pendant ce temps, Infante a été 55% pire que la moyenne de la ligue. Ce n'est pas particulièrement proche non plus car Infante a 120 points de base derrière le prochain membre de l'équipe non-Royals.

Maintenant, nous savons qu'Infant n'est pas connu pour son pourcentage de base ou ses promenades, mais une carrière

Le taux de marche de 6 % n'est pas nécessairement abyssal (le taux de marche moyen de la ligue au cours des dernières années a été

8%) et Infante a eu quelques saisons avec une ligne de frappeur proche ou meilleure que la moyenne malgré son allergie aux marches.

Cette saison, Omar fait cependant un grand pas vers l'histoire et vise le record de tous les temps BB% avec un impact fulgurant.

Saison Nom Pennsylvanie BB% K% wRC+ GUERRE
2015 Omar Infante 228 1.30% 15.40% 45 -0.3
1922 Shano Collins 504 1.40% 6.00% 64 -1.5
1949 Coupe d'étal de Virgile 589 1.50% 7.50% 55 -0.8
1997 Shawon Dunston 511 1.60% 14.70% 94 0.3
1966 Tito Fuentes 564 1.60% 10.10% 76 1.1
2015 Salvador Pérez 241 1.70% 13.70% 107 1.3
2007 Ivan Rodriguez 515 1.70% 18.60% 82 1.5
1946 Don Kolloway 500 1.80% 5.80% 80 1.6
1950 Don Mueller 539 1.90% 4.80% 77 -0.1
2007 Tony Pena 536 1.90% 14.60% 63 1.3

Ce n'est pas souvent que vous voyez l'histoire vraie se dérouler sous vos yeux, mais nous y sommes. Omar Infante est presque à mi-chemin pour avoir le pire taux de marche de l'histoire du baseball moderne ou du moins depuis le début de l'ère du ballon en direct.

À chaque apparition de plaque qui passe et à chaque coup, sa batte entre en contact avec le ballon, Infante se rapproche de l'histoire. Et hé regarde ! Non loin derrière lui se trouve Sal Perez.

Il y a encore de l'espoir pour Perez aussi. L'année dernière, au cours de la première moitié de la saison, il gérait un BB% assez respectable de 5,5% avant tout ce qui lui est arrivé dans la seconde moitié qui l'a cratéré, et son BB% est tombé à 1,1%. Une désurgence similaire en deuxième mi-temps pourrait le mettre au coude à coude avec la poursuite du titre record sans marche.

Alors peut-être que pour Infante, c'est un manque d'opportunités ? De toute évidence, vous devez arriver à la balle trois pour arriver à la balle quatre pour marcher, et peut-être qu'Infante n'a tout simplement pas compté autant de trois balles que les autres gars? Nous pouvons comprendre cela facilement bien sûr puisque nous sommes en 2015.

Nom Pennsylvanie BB% Balançoire% Contact% SwStr%
Omar Infante 228 1.30% 48.80% 79.60% 9.80%
Salvador Pérez 241 1.70% 54.50% 82.80% 9.40%
Chris Devoirs 242 2.50% 57.50% 75.60% 14.00%
Jean Segura 227 2.60% 53.20% 85.80% 7.40%
Ender Inciarte 267 3.00% 47.30% 89.60% 5.00%

Ce sont nos cinq derniers gars à pied. Il est intéressant de noter que le #1 et le #5 ont tous deux un Swing% proche. Infante ne se balance pas aussi souvent que Perez, Owings ou Segura, mais le gars avec qui il se balance presque autant qu'il marche plus de deux fois plus que lui. Ce n'est pas non plus comme si Infante avait été un frappeur à contact élevé (comme Inciarte/Segura) qui n'entrait pas nécessairement dans les comptes profonds parce que lorsqu'il balance, il frappe la balle. Infante n'est pas un frappeur à faible contact ou un gars à fort swing, car il se situe essentiellement dans le tiers moyen de tous les frappeurs qualifiés dans ces deux statistiques (à partir de choses qui regardent les yeux).

Qu'en est-il de trois comptes de balle?

Nom BB% Compte de 3 balles
Omar Infante 1.30% 24
Salvador Pérez 1.70% 36
Chris Devoirs 2.50% 28
Jean Segura 2.60% 59
Ender Inciarte 3.00% 31

Infante a donc le nombre le plus bas de trois balles et ne marche évidemment pas lorsqu'il les obtient. Perez semble un peu plus effrayant car il a plus de tentatives qu'Inciarte mais presque la moitié du taux de marche.

Nom BB% 3-0 compte
Omar Infante 1.30% 5
Salvador Pérez 1.70% 7
Chris Devoirs 2.50% 3
Jean Segura 2.60% 10
Ender Inciarte 3.00% 5

Infante est un peu plus proche du peloton en ce qui concerne les opportunités 3-0. Que diriez-vous des promenades 3-0?

Nom BB% 3-0 Marches
Omar Infante 1.30% 2
Salvador Pérez 1.70% 0
Chris Devoirs 2.50% 0
Jean Segura 2.60% 0
Ender Inciarte 3.00% 3

Notez que cela n'inclut pas les marches intentionnelles, mais Infante s'en sort bien ici (bien que cela puisse être plus sur le lanceur que sur le frappeur).

Regardons comment les lanceurs lancent à Infante avec 3 balles.

Donc Infante ne se rend pas service quand il se balance nécessairement sur 3 points. Les deux points les plus éloignés du centre sont des pas clairs, et Infante les a pris, mais la plupart des lancers en dehors de la zone qu'il a vus cette année ont été un mauvais contact. comme beaucoup de terrains extérieurs mis en jeu le sont.

La séquence chaude d'Infante a été agréable de parler et de voir. He's had a 145 wRC+ since June 15th, though the latter half of the eight-game hit streak has been all singles and 1-4 games. It still however doesn't put much of a bump in the crater that is Infante's overall line as he's still at a 45 wRC+ on the year.

At the end of the season, which will be higher for Infante: the number of walks he takes, or home runs and triples combined?


Strikeout to Walks Ratio (K/BB)
Compares the number of strikeouts a pitcher accumulates vs. their walks issued (strikeouts divided by walks). Effectively measures a pitcher’s ability to control their pitches. Phil Hughes set the MLB record for K/BB in 2014 at 11.625.

Strikeouts per 9 Innings Pitched (K/9)
The average number of strikeouts a pitcher accumulates every 9 innings. Calculated by dividing strikeouts by innings pitched and then multiplying that number by nine. An average K/9 rate is around 6-7 while the best pitchers can throw at a level of 9.0 or more. Randy Johnson is the all-time K/9 leader among starting pitchers (10.61).

Walks per 9 Innings Pitched (BB/9)
The average number of walks given up by a pitcher per nine innings pitched. This number includes intentional walks. BB/9 is derived by multiplying the pitcher’s walks by nine and dividing by the total number of innings the pitcher has thrown.

Walks plus Hits per Inning Pitched (WHIP)
Measures the number of base runners a pitcher allows per inning pitched. A WHIP near 1.00 or below is considered excellent. The lowest single-season WHIP is 0.7373 from Pedro Martínez in 2000.

Fielding Independent Pitching (FIP)
Evaluates the effectiveness of a pitcher, based solely on what he can control. The stat measures what a player’s ERA would look like if the pitcher were to have experienced league average results on balls in play. Thus, FIP attempts to identify how well a pitcher is performing outside of the defense his team fields behind him.

Expected Fielding Independent Pitching (xFIP)
Uses the same theory as FIP but replaces a pitcher’s actual home run total with an estimated home run total that the pitcher devrait have allowed based on the number of fly balls they surrendered. The purpose for the adjustment is to stabilize the inherently unstable number that is HR/Fly Ball ratio.

Earned Run Average Plus (ERA+)
Represents an adjustment to a pitcher’s ERA based on his home ballpark and also the the league-average ERA for a given season. An ERA+ over 100 is considered above average and below 100 is considered below average. The idea behind ERA+ is to better understand a pitcher’s ERA as it relates to other pitchers in the league and the stadiums in which they play.

Earned Run Average Minus (ERA-)
Similar to ERA+, ERA- takes a pitcher’s ERA and compares it to league-average, scoring from a center of 100. However, it is scaled differently, with numbers below 100 representing a higher quality pitcher than those above 100. For example, if a pitcher’s ERA- is 85, that means his ERA is 15% meilleur than league average on the season. An ERA- of 70 or better is typically considered excellent whereas an ERA- of 125 or worse is very poor.

Swinging Strike Rate (SwStr%)
Swinging strike rate offers insight into a pitcher’s true capability to miss bats. Strikeouts are king in fantasy baseball because not only do they accrue additional fantasy points, but they are also automatic outs. If a pitcher has a high swinging strike rate, he probably has the raw stuff necessary to also have a high strikeout rate. We can also analyze whether swinging strikes are coming on pitches inside or outside the strike zone. Some pitchers have nasty stuff that makes batters chase, while others beat batters by working within the zone.

Called Strike Plus Whiff Rate (CSW)
Called Strike Plus Whiff Rate (CSW) is a new statistic that has popped up in the last few years that takes pitcher metrics one step further. Everybody is probably familiar with Swinging Strike Rate, which is simply the number of swinging strikes a pitcher gets divided by the total number of pitches they throw. By adding in called strikes to this calculation, we now give credit to pitchers for strikes thrown that aren’t swung at.

Left on Base Percentage (LOB%)
Left on Base Percentage is simply the number of base-runners that a pitcher leaves on base at the end of an inning divided by the total base-runners that they allow. For example, if a pitcher allows five base-runners during his outing, and only one of them scores, that works out to be an 80% strand rate. Note that base-runners are only counted when a pitcher finishes the inning. If he leaves the game mid-inning and a reliever allows his inherited base-runners to score, that does not change the original pitcher’s strand rate.

Quantifying Fastball Deception
Quantifying Slider Deception
While we can easily quantify the stuff and the control, we don’t have a definitive metric for pitcher deception. How exactly do you quantify it? There is no radar gun or high-speed camera that could capture this. We have to get creative to have a shot at quantifying this, and that’s what I attempted to do in this analysis. My thought process was that I could use CSW Rate (called strike + swinging-strike rate) and data clustering to give this a try.

Minor League Stat Stickiness: Pitchers
The goal is to find which Minor League statistics are most predictive of Major League statistics at the individual player level. If we can find some statistical categories that players usually stay relatively consistent in from their Minor League career to their Major League careers, we might be able to be better at evaluating players in the future. This is especially useful for fantasy baseball purposes when you are trying to identify rookies that can contribute to your fantasy team.


Legacy of Sarita Kenedy East

Sarita Kenedy East

Who was Sarita Kenedy East?

What is the Kenedy Ranch?

Why did the Missionary Oblates of Mary Immaculate inherit the ranch headquarters?

How did Lebh Shomea come out of that turn of events?

The story begins in the 1850’s shortly after a handful of French Oblate missionaries arrived in Brownsville. On the Texas side of the Rio Grande River, which separates the United States from Mexico, the Oblate horseback apostolate fanned out in three geographical directions: (1) along the river itself from Brownsville to Laredo (2) along the Gulf coast as far as Corpus Christi and (3) out into the vast sand-dune covered interior between Laredo and Corpus Christi. The natives called that immense stretch of some 4,000 square miles “Wild Horse Desert,” and they dubbed the missionary team The Cavalry of Christ.

The Kenedy beach house on Bafflin Bay. Now it is part of Sarita’s bequest to the Oblates and Lebh Shomea. Seven members of the Cavalry of Christ (Photo taken in the early1900s)

About the same time, Mifflin Kenedy and Richard King arrived in South Texas with a small fleet of ships. They made a great deal of money ferrying passengers and running guns up and down the Rio Grande and to ports around the Gulf of Mexico. When the Civil War broke out, they transported cotton and other commodities out of northern Mexico for the Confederacy. After the war, however, Kenedy and King decided to get out of the shipping business and into the grand-scale acquisition of old Spanish land grants. Kenedy bought up approximately one million acres along the Gulf coast between Brownsville and Corpus Christi, while King acquired close to three million acres of interior tracts. Between the two of them, they owned most of Wild Horse Desert.

Mifflin himself was a Quaker, and he remained so all his life. He married, however, a devout Catholic widow, Petra Vela de Vidal — affectionately called “Petrita” — from the Mexican side of the river. She had a son and four daughters by her first marriage. Mifflin and Petrita had six children of their own, four of whom predeceased their parents. The two who survived them were John Gregory, Sr. and Sara Josephine. John Gregory, Sr. married Marie Stella Turcotte from Louisiana. They had two children: John Gregory, Jr. and Sarita (“Little Sara”), named after her aunt.

In the 1880’s Mifflin chose the highest sand dune in the vicinity of Baffin Bay (approximately half way between Brownsville and Corpus Christi) to serve as the site of his ranch headquarters. Actually, the elevation is only 38 feet above sea level. Yet, it is the highest point for miles in any direction – a very important asset during hurricane season. The first house built on the site was a relatively modest wooden structure shaped like a riverboat. The ranch operation grew by leaps and bounds, eventually employing some 200 cowboys plus their families. The sand dune and surrounding area was called “La Parra.”

The Kenedy beach house on Bafflin Bay. Now it is part of Sarita’s bequest to the Oblates and Lebh Shomea.

The Kenedy Ranch became an integral part of the Oblate horseback apostolate. Jean Breteau, OMI – or Padre Juanito as he was affectionately known by the rancheros – had the coastal route at the time. (He is the center person in the photo of the seven mounted Cavalry of Christ members above.) Padre Juanito made a special point to visit the Kenedys and to evangelize their employees on each trip up and down the Gulf coast. Breteau personally signed the official document dedicating the Kenedy family chapel in October 1897. This chapel is still used on Sundays and certain feast days.

Sacred Heart Chapel, the former Kenedy family chapel.

Inside the Sacred Heart Chapel, the former Kenedy family chapel.

Le présent Casa Grande or “Big House” — a massive multi-story stucco building with a look-out tower and a Gatling gun on top during the 1920’s and 30’s – was built around the time of World War I by Mifflin’s son, John Gregory, Sr., on the same sand dune in the place of the original wooden structure. His wife, Marie Stella Turcotte, who was of French descent developed a special affection for Jean Breteau. She admired greatly his gentle kindness toward all the people on the ranch, regardless of position or social status. She was deeply impressed by his unwavering commitment to putting their spiritual needs ahead of his own comfort and ease, by his straightforward integrity toward everyone, by his willingness to risk his health and even his life for the sake of the gospel.

Marie Stella realized that neither of her children – Johnny, Jr. and Sarita (who married Arthur Lee East) – could have children of their own. Hence, there would be no natural heir to the Kenedy estate after the death of the last one. Consequently, Marie Stella spoke to her daughter about bequeathing their homestead and surrounding acreage to the missionary society to which Padre Juanito belonged. When Sarita Kenedy East died on the feast of Our Lady of Lourdes in 1961, she did in fact will to the Oblates her ranch headquarters with the specification that it be used for some “religious purpose.”

The front of the “Casa Grande” or “Big House” viewed from the east.

Not quite knowing what else to do with the house and property, the administration of the Oblates’ Southern U.S. Province moved their St. Peter’s Novitiate from the Rio Grande Valley to La Parra in December 1961. In the early 1970’s, however, when religious vocations began to dry up all over the western world, the Oblate provincial administration decided to join the other four U.S. Provinces in a central novitiate in Godfrey, Illinois. This decision forced the original question to be posed again: What to do with the inheritance at La Parra? As the Provincial Council deliberated the issue, one of its members suggested: “Why not make it into a House of Prayer?”

Thus, the transition from Novitiate to House of Prayer occurred after the last class of novices made their first vows in the summer of 1973.


Voir la vidéo: Mi Papá me pidió ser su novia No lo vi venir. Esta es mi Historia (Juin 2022).