L'histoire

Secrétaires des Anciens Combattants

Secrétaires des Anciens Combattants



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le ministère des Anciens combattants (VA) a été créé le 15 mars 1989, succédant à l'Administration des anciens combattants. Il est chargé de fournir des prestations fédérales aux anciens combattants et à leurs personnes à charge. Dirigé par le secrétaire aux Anciens combattants, VA est le deuxième plus grand des 15 départements du Cabinet et gère des programmes nationaux pour les soins de santé, l'aide financière et les prestations funéraires.

Termes du contrat de service

secrétaireÉtat d'origineAdministration

1989 - 1993

Edward J. DerwinskiIllinoisG.H.W. Buisson

1993 - 1998

Jesse BrownIllinoisBill Clinton

1998 - 2001

Togo D. West Jr.Washington DC.Clinton

2001 -

Anthony J. PrincipiCalifornieG.W. Buisson

Le secrétaire des Anciens combattants et des Affaires de la défense sert le Commonwealth de quatre manières essentielles.

Premièrement, il supervise le Virginia Department of Veteran Services (DVS), dont la mission est de servir les anciens combattants, les gardes, les réservistes et les membres de leur famille de Virginie, en veillant à ce qu'ils reçoivent une transition rapide, une aide à l'emploi et à l'éducation, des avantages sociaux, des soins de santé et de longue durée. les soins à long terme et la reconnaissance qu'ils ont acquises grâce au service rendu à notre nation et au Commonwealth. Le secrétaire distingue et élève les problèmes et les opportunités pour les anciens combattants et les membres du service en transition dans le Commonwealth de Virginie. Les besoins en matière d'emploi, de soins de santé et d'éducation de nos vétérans sont d'une importance primordiale. Avec la septième plus grande population d'anciens combattants de la nation et le plus grand nombre d'anciens combattants dans la main-d'œuvre par habitant, le Secrétariat met particulièrement l'accent sur l'emploi de notre nouvelle génération d'anciens combattants qui possèdent les compétences actuelles nécessaires ici dans le Commonwealth.

Deuxièmement, le Secrétariat sert de liaison principale entre le Commonwealth et le ministère de la Défense des États-Unis et ses communautés militaires. Il dirige les initiatives du Gouverneur axées sur l'établissement de relations et le soutien à nos installations militaires et de défense et aux communautés qui les entourent. Grâce au Conseil consultatif militaire du gouverneur de Virginie (VMAC) et à la participation active de la communauté du Secrétariat, le Commonwealth continue d'être un hôte engagé à l'appui des missions militaires et de défense dans l'État.

Ensuite, le secrétaire supervise le Virginia Department of Military Affairs (DMA). National Guard et Virginia Air National Guard) et les Virginia Defence Forces et pour assurer la sécurité des citoyens du Commonwealth pendant les situations d'urgence déclarées.

Enfin, le Secrétariat supervise la Veteran Service Foundation (VSF). Le VSF fournit un financement supplémentaire aux programmes, services et initiatives du ministère des Services aux anciens combattants lorsque les ressources étatiques et fédérales ne sont pas disponibles. Tous les dons de bienfaisance à VSF restent ici dans le Commonwealth et servent à fournir un accès et des services aux anciens combattants de Virginie.

Nous sommes honorés de servir le Commonwealth et nos anciens combattants, et nous sommes impatients de travailler avec vous pour continuer à faire de la Virginie l'État le plus favorable aux anciens combattants et aux militaires de la nation.


Les défis du ministère des Anciens Combattants en 2021

Le ministère des Anciens Combattants est l'un des organismes les plus importants et les plus complexes du gouvernement américain. Communément appelé l'Administration des anciens combattants (VA), le département dispose d'un budget annuel de 240 milliards de dollars pour l'exercice 2021. 1 Il compte actuellement environ 360 000 employés et entretient et exploite environ 6 000 bâtiments, dont 1 600 établissements de santé, 144 centres médicaux, et 1 232 sites ambulatoires de complexité variable. En plus de fournir des soins de santé à environ 9 millions d'anciens combattants chaque année par le biais de la Veterans Health Administration (VHA), il administre également le programme d'éducation GI Bill et un programme de prêt immobilier pour les anciens combattants, ainsi que 135 cimetières où les Américains peuvent enterrer le service courageux. membres qui ont tant sacrifié pour leur pays. 2

En rapport

Denis McDonough, le nouveau secrétaire des Anciens Combattants, n'est que le deuxième non-vétéran à prendre la tête du VA depuis qu'il est devenu un département au niveau du Cabinet en 1988 et seulement la deuxième personne que le Congrès n'a pas confirmée à l'unanimité pour le poste. 3 Il aura du pain sur la planche. Non seulement le secrétaire McDonough doit gérer une organisation vaste et complexe, mais il est également confronté à une série de défis sans précédent, tous aggravés par le fait que la haute direction de la VA est dans la tourmente à la suite de l'administration Trump, qui comptait cinq secrétaires adjoints 4 pendant le mandat de quatre ans de l'ancien président.

Les défis du secrétaire McDonough peuvent être classés en sept catégories :

  1. Faire face à l'augmentation du budget VA
  2. Élargir l’accès des anciens combattants aux prestations d’invalidité
  3. Réduire le taux de suicide des vétérans
  4. Ralentir la privatisation des soins de santé des anciens combattants
  5. Donner la priorité aux femmes et aux personnes LGBTQ qui ont été et servent toujours dans l'armée
  6. Reconstruction de l'infrastructure et du personnel du département
  7. Aider les vétérans à faire la transition vers la société civile

1. Aborder le budget VA en ballon

Le budget de l'AV a augmenté rapidement et de manière significative 5 depuis le 11 septembre. Au cours de l'exercice 2001, son budget était de 40 milliards de dollars en 2009, la première année au pouvoir du président Barack Obama et avant que le plein impact des guerres en Irak et en Afghanistan ne se fasse sentir, il était passé à 94 milliards de dollars. Le budget de l'exercice 2021 que le Congrès a adopté en décembre 2020 a alloué 243 milliards de dollars à la VA, soit une augmentation de plus de 200 milliards de dollars, ou 500%, depuis le 11 septembre. De l'exercice 2020 à l'exercice 2021 seulement, le budget de l'AV a augmenté de 14%, une augmentation supérieure à celle de toute autre agence fédérale. En conséquence, la VA dispose désormais du deuxième budget discrétionnaire du gouvernement fédéral, derrière le Pentagone. Son budget est supérieur aux budgets combinés du Département d'État, de l'Agence américaine pour le développement international, du ministère de la Justice et de l'ensemble de la communauté du renseignement. 6

De plus, l'American Rescue Plan (ARP), que le Congrès a adopté en mars 2021, a accordé à la VA 17 milliards de dollars supplémentaires 7 pour l'exercice 2021 afin de prodiguer des soins aux anciens combattants dont la santé ou la situation économique a été affectée par la pandémie de coronavirus. L'ARP a porté le budget total du département à 260 milliards de dollars, soit une augmentation de 220 milliards de dollars, ou 550 %, au cours des 20 dernières années, et les chiffres devraient encore augmenter au cours de l'exercice 2022. En fait, le plan d'infrastructure proposé par le président Joe Biden de 2 250 milliards de dollars , le plan américain pour l'emploi, prévoit 18 milliards de dollars supplémentaires 8 pour l'AV, ce qui rend le budget total de l'AV supérieur à l'ensemble du budget de défense de la Chine 9 , le principal concurrent géostratégique des États-Unis.

Cette augmentation rapide est le résultat de plusieurs facteurs, notamment la grande cohorte de vétérans vieillissants de la guerre du Vietnam et l'augmentation du nombre de vétérans de toutes les générations utilisant l'AV pour les soins de santé, en particulier les 4,1 millions de vétérans post-11 septembre. 10 Cela est également dû au coût croissant des soins de santé aux États-Unis, à l'introduction de programmes fédéraux tels que le Post-9/11 GI Bill et à la pandémie de COVID-19.

Bien que la plupart des analystes ne soient pas préoccupés par le déficit fédéral actuel, qui est supérieur au PIB du pays 11 , la croissance ne peut pas se poursuivre indéfiniment. Si le budget de la VA doit continuer à croître de manière exponentielle, l'administration doit déterminer d'où viendra l'argent une fois la crise du COVID-19 passée et le pays de plus en plus préoccupé par le déficit. L'administration pourrait, par exemple, réduire certaines prestations VA ou promulguer un impôt de guerre dédié pour financer les prestations. Notamment, cependant, une telle taxe devra continuer à être payée pendant des décennies.

Tous les deux ans, juste avant l'assermentation d'un nouveau Congrès, le Congressional Budget Office publie un rapport proposant des recommandations sur la manière dont le nouveau Congrès pourrait remédier au déficit budgétaire croissant du pays. Le rapport controversé de cette année 12 propose plusieurs propositions pour l'AV. Malheureusement, ces propositions incluent la fin des allocations individuelles de chômage et d'invalidité de la VA aux anciens combattants handicapés lorsqu'ils atteignent l'âge de la retraite à taux plein pour la sécurité sociale et l'exclusion des anciens combattants dont le taux d'invalidité est inférieur à 30 % de la perception d'une indemnité d'invalidité.

2. Élargir l'accès des anciens combattants aux prestations d'invalidité

Le secrétaire McDonough devra décider si la VA continuera ou non à étendre l'admissibilité aux prestations d'invalidité et autres à plusieurs groupes qui s'en sont vu refuser auparavant. Ces groupes comprennent les vétérans de la Blue Water Navy - qui peuvent souffrir de maladies telles que l'hypertension, le cancer de la vessie ou la maladie de Parkinson 13 en raison de l'utilisation généralisée et irresponsable de l'agent Orange pendant leur temps de service sur des navires au large des côtes du Vietnam - ainsi que ces vétérans qui étaient stationnés dans des pays frontaliers du Vietnam, à savoir le Laos, le Cambodge et la Thaïlande, dans ce conflit désastreux qui a duré des décennies. Parmi les autres vétérans qui se sont vu refuser des prestations figurent les vétérans des guerres au Moyen-Orient dont les tumeurs cancéreuses pourraient avoir été causées par les produits chimiques toxiques et les radiations, y compris les foyers de brûlure, 14 avec lesquels ils sont entrés en contact pendant leur séjour dans ces théâtres. La VHA rapporte que 25 pour cent de ces anciens combattants signalent déjà des problèmes de santé, et environ 200 000 d'entre eux sont inscrits dans le registre des brûlis. 15 D'autres groupes comprennent ceux qui ont reçu une décharge moins qu'honorable qui les a rendus inéligibles aux prestations d'ancien combattant parce qu'ils ont agi de manière inappropriée en raison d'un TSPT ou d'un traumatisme sexuel militaire, ceux qui ont été expulsés 16 pour leur orientation sexuelle avant que le Pentagone ne modifie sa politique sur les lesbiennes, les personnes homosexuelles et bisexuelles servant dans l'armée et les membres de la Garde nationale et des réserves qui n'ont pas servi en service actif fédéral assez longtemps pour être admissibles aux prestations.

Le secrétaire McDonough doit également s'efforcer de réduire l'énorme arriéré 17 d'examens d'indemnisation et de pension de la VA, qu'un ancien combattant doit recevoir pour obtenir des prestations d'invalidité. De nombreux examens ont été retardés en raison de la pandémie de COVID-19 : en mars 2021, 357 000 demandes d'examen étaient en attente. C'est près de trois fois le nombre d'examens en attente en février 2020. Selon le Government Accountability Office (GAO) des États-Unis, 18 dirigeants VA n'ont pas encore élaboré de plan clair à long terme pour résoudre le problème.

3. Réduire le taux de suicide des vétérans

Le secrétaire McDonough devrait prendre des mesures pour réduire le risque de suicide chez les anciens combattants et sensibiliser le public à ce problème. Au cours de la dernière décennie, plus de 60 000 vétérans se sont suicidés et 20 vétérans se sont suicidés chaque jour. Entre 2005 et 2017, près de 79 000 anciens combattants se sont tués, plus que le nombre total de soldats morts dans les guerres du Vietnam, d'Irak et d'Afghanistan réunis (environ 65 000). 19 Au cours de sa campagne présidentielle, Biden a promis 20 qu'au cours de ses 200 premiers jours au pouvoir, il publierait une approche globale de la santé publique et du secteur de crise pour lutter contre le suicide chez les anciens combattants, les militaires et leurs familles. Le secrétaire McDonough doit travailler avec le président Biden sur ce plan et mettre rapidement en œuvre ses recommandations.

4. Ralentir la privatisation des soins de santé des anciens combattants

Le secrétaire McDonough doit équilibrer l'utilisation croissante des soins de santé privés par les anciens combattants avec des fonds pour entretenir les installations médicales de la VA et ralentir la privatisation des soins de santé. La loi de 2014 sur l'accès aux soins des anciens combattants par le choix, la responsabilité et la transparence et la loi sur la mission de 2018 21 ont assoupli les règles qui ont rendu difficile pour les anciens combattants de recevoir des soins de routine ou spécialisés en dehors du système VA. Dans le cadre du système actuel, les anciens combattants peuvent choisir de recevoir des soins de routine d'un médecin non VA s'ils devaient attendre plus de 20 jours ou conduire plus de 30 minutes pour un rendez-vous de santé primaire ou mentale dans un établissement VA. Pour les soins spécialisés, les règles actuelles sont de 20 jours et 60 minutes. En conséquence, le prédécesseur du secrétaire McDonough, Robert Wilkie, a encouragé ce qui est devenu une augmentation significative au cours des deux dernières années de l'administration Trump chez les patients recevant 22 soins de santé via le réseau de prestataires privés de la VA.

Alors que de nombreux groupes d'anciens combattants conservateurs, tels que Concerned Veterans for America, une organisation à but non lucratif financée par les frères Koch, aimeraient que le VA externalise complètement ses soins de santé, la plupart des anciens combattants jugent que les soins de santé fournis par le VA sont positifs. En outre, une évaluation indépendante 23 a révélé que, par rapport aux soins de santé du secteur privé, les soins de santé VA sont meilleurs et plus efficaces. 24 Le secrétaire McDonough devrait être disposé à déclarer publiquement que la privatisation totale du système médical de la VA n'est plus envisagée par le département ou l'un de ses dirigeants et que son augmentation budgétaire garantira qu'il existe un équilibre approprié entre la fourniture soins et achat de soins.

5. Prioriser les femmes et les personnes LGBTQ qui servent dans l'armée

Le VA doit également donner la priorité à l'égalité d'accès aux femmes et aux membres des services LGBTQ aux avantages acquis, ainsi qu'à mettre fin au harcèlement sexuel à leur encontre. Les femmes constituent le segment de la population des anciens combattants qui connaît la croissance la plus rapide. Depuis 2000, le nombre de femmes dans l'armée est passé de 63 000 à 473 000 – une augmentation de 310 000, soit près de 300 % 25 – et le nombre de femmes utilisant les soins de santé VA a également triplé depuis lors, passant de 160 000 à 475 000. 26 Les femmes représentent désormais 16 % de la force militaire américaine actuelle. Le personnel LGBT, quant à lui, représente 6,1 % 27 des militaires. Un rapport du GAO de 2020 28 a révélé que la collecte incohérente de données sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre par la VA a limité sa capacité à évaluer les résultats pour la santé des vétérans LGBT.

Malgré tous les services indispensables que les femmes en uniforme fournissent aux États-Unis, un grand nombre de ces femmes ont été victimes d'agressions sexuelles, 29 et beaucoup ont choisi de ne pas se réengager 30 en conséquence. En avril 2021, la VA a fait un pas 31 dans la bonne direction pour améliorer les soins aux femmes et aux vétérans LGBTQ, ainsi qu'aux environ 25 % des vétérans qui sont des personnes de couleur, en s'engageant à revoir ses politiques existantes en vue de faire les rendre plus inclusifs et concevoir et mettre en œuvre des politiques plus inclusives à l'avenir.

En attendant, le secrétaire devrait au minimum envisager d'augmenter les prestations pour les anciens combattants qui ont choisi de ne pas se réengager en raison de harcèlement sexuel ou d'agression afin d'honorer leur service et leur sécurité. En outre, les priorités du secrétaire devraient inclure la création d'un nouveau bureau de la santé des femmes assurant qu'il y ait un gynécologue à temps plein 32 dans chaque hôpital VA mettant fin au harcèlement sexuel des femmes dans les installations VA et supprimant les poursuites 33 des cas d'agression sexuelle militaire de la chaîne de commande. Il devrait également fournir des services de garde d'enfants dans les installations de VA, nommer la première femme vétéran à être directrice adjointe ou secrétaire adjointe des Anciens combattants de VA. De plus, le secrétaire devrait changer la devise de VA, qui se lit actuellement : « Prendre soin de celui qui aura supporté la bataille, ainsi que de sa veuve et de son orphelin. » 34

6. Reconstruction de l'infrastructure et du personnel du ministère

Dans sa prochaine demande de budget, le secrétaire McDonough doit mettre de côté des fonds spécifiquement pour commencer à pourvoir les 50 000 postes vacants du ministère et s'attaquer à l'infrastructure vieillissante du ministère, qui est en place depuis 58 ans en moyenne. 35 De plus, lorsque le secrétaire nomme son équipe de direction, il doit s'assurer que ses choix reflètent la diversité qui existe au sein de la communauté des actifs et des vétérans.

7. Aider les vétérans à faire la transition vers la société civile

Le VA doit travailler plus efficacement avec le ministère de la Défense (DOD) pour améliorer les politiques et les systèmes qui peuvent aider les militaires à faire la transition vers la société civile. La VA et le DOD devraient s'efforcer d'améliorer la compréhension des anciens combattants et leur accès aux soins de santé, à l'éducation et aux prestations de logement de la VA qui leur sont disponibles. Les ministères devraient également accroître la sensibilisation aux autres ressources qui sont à la disposition des anciens combattants au moment de quitter le service pour les aider à réintégrer la vie civile. Ils peuvent le faire par le biais de campagnes d'information publiques, notamment en téléphonant aux anciens combattants nouvellement séparés. Ils devraient également continuer à augmenter les ressources disponibles pour les anciens combattants. Comme le sénateur John Tester (D-MT), le nouveau président du comité sénatorial américain sur les anciens combattants l'a dit dans une interview avec Temps Militaire, « Nous faisons un excellent travail pour transformer des civils en guerriers. Mais nous ne faisons pas un aussi bon travail en transformant des guerriers en civils. 36

De plus, la VA devrait rapidement sévir contre les collèges à but lucratif, dont beaucoup exploitent l'échappatoire 90/10 37 qui leur permet de compter les avantages des anciens combattants dans les 10 pour cent du financement qu'ils doivent recevoir du secteur privé pour être admissibles à prêts et subventions fédéraux tels que le GI Bill. En outre, la VA devrait couper le financement du GI Bill pour les écoles confrontées à des actions légales ou punitives de la part du gouvernement pour avoir utilisé des publicités erronées, trompeuses ou trompeuses.

En outre, la VA devrait supprimer la limite de temps pendant laquelle les anciens combattants ou leurs familles doivent utiliser les avantages éducatifs du GI Bill pour ceux dont les études ont été affectées par la pandémie de COVID-19. Le secrétaire McDonough devrait également permettre aux anciens combattants qui sont admissibles à la fois au Post-9/11 GI Bill et au Montgomery GI Bill 38 - qui a été promulgué en 1984 et offre des avantages éducatifs similaires à ceux inclus dans le Post-9/11 GI Bill - à ceux militaires qui paient des frais d'inscription de 1 200 $. Essentiellement, cela permettrait aux anciens combattants qui utilisent leurs 36 mois de prestations d'éducation post-11 septembre GI Bill d'accéder à 12 mois de prestations supplémentaires s'ils payaient les frais d'inscription pour les deux. Enfin, la VA devrait continuer à différer les recouvrements, qui ont commencé au printemps 2020 39 , sur les factures médicales que les anciens combattants doivent après septembre 2021, date à laquelle la période de report prend fin.

Conclusion

Bien que la VA ait certainement des défis sans précédent, il est important de noter que les États-Unis ont fourni et continueront de fournir plus d'avantages à ceux qui servent que tout autre pays dans le monde. Fournir des soins de qualité aux anciens combattants a un précédent fort dans l'histoire américaine, remontant jusqu'en 1776, lorsque le Congrès continental a décidé pendant la guerre d'Indépendance qu'il verserait des pensions de 40 % aux soldats devenus invalides au combat.

L'administration Biden, ainsi que le secrétaire McDonough et son équipe, doivent agir rapidement pour relever ces défis. Comme ni le président Biden ni le secrétaire McDonough ne sont des anciens combattants, ils doivent travailler en collaboration avec les 76 anciens combattants actuellement au Congrès, dont 53 sont républicains, 41 et les nombreux groupes, tels que la Légion américaine et les anciens combattants des guerres étrangères, qui représentent les anciens combattants américains. afin de développer des solutions globales. Et la nation doit comprendre qu'aller en guerre signifie non seulement envoyer des femmes et des hommes au combat, mais aussi subvenir aux besoins de ceux qui reviennent de la bataille pour le reste de leur vie.

Lawrence J. Korb est chercheur principal au Center for American Progress. Kaveh Toofan est un assistant spécial pour la sécurité nationale et la politique internationale au Centre.


Secrétaires des Anciens Combattants - Histoire

Les vétérans constituaient une circonscription cruciale pour Trump, qui a élargi ses options pour recevoir des soins de santé privés en dehors du système VA. Biden, sans s'engager à mettre fin aux soins privés, a déclaré qu'il s'efforcerait de renforcer le système géré par le gouvernement en comblant des milliers de postes vacants pour les médecins, les infirmières et autres membres du personnel médical.

Ancien chef de cabinet de la Maison Blanche

McDonough était le chef de cabinet d'Obama pendant son deuxième mandat, mais il a auparavant été conseiller adjoint à la sécurité nationale et chef de cabinet du Conseil de sécurité nationale.

2021-01-19 Qui est Denis McDonough – Secrétaire des Anciens Combattants : biographie, vie personnelle et carrière Biden continue de constituer son administration entrante avec des membres éminents de l'équipe d'Obama, et McDonough est le dernier choix, selon une personne familière avec la sélection. Cette personne n'était pas autorisée à discuter de la nomination avant l'annonce officielle et a parlé sous couvert d'anonymat.

L'équipe de transition de Biden a officialisé l'annonce dans un e-mail jeudi matin. Un membre de l'équipe de transition, s'exprimant de manière anonyme, a déclaré que Biden avait choisi McDonough parce qu'il est un "fonctionnaire en situation de crise" avec "l'empathie, le caractère, l'intégrité et l'éthique, et l'éthique de travail implacable que le poste exige.

Tout d'abord, méfiez-vous des « conseils » profondément ancrés et bureaucratiques que vous entendrez de vos dirigeants. À mon humble avis, le principal problème qui afflige l'AV est que ses dirigeants n'ont pas réussi à imaginer de nouvelles solutions aux anciens problèmes, principalement parce qu'ils n'ont pas la capacité de poser les bonnes questions. Heck, ils pourraient même ne pas se rendre compte qu'il y a des problèmes.

Deuxièmement, il est temps pour moins de pilules et plus de communauté. La réponse de VA à la crise de la santé mentale des vétérans et à l'épidémie de suicide est plus de pilules. Tort. La réponse est plus communautaire. Il est temps pour le VA de s'unir avec les communautés locales, notamment en créant et en dirigeant des événements en personne et virtuels pour les vétérans du monde entier. La dépression, l'anxiété et les problèmes de santé mentale sont souvent des symptômes sous-jacents de la solitude et de l'isolement, pas nécessairement la cause.

Troisièmement, il est temps pour le VA de créer une éducation de base gratuite et un cours de formation pour tout ce qui profite à VA. Il doit être simple et facile à comprendre pour tous les anciens combattants. Bien que je ne sois pas l'ampoule la plus brillante du porche, je ne suis pas stupide non plus. Mais il m'a quand même fallu sept ans de batailles apparemment sans fin et de multiples séries de refus après avoir quitté l'armée pour enfin obtenir les avantages de VA que je méritais pour mon service honorable. Et je me considère chanceux.

2021-01-11 Une lettre ouverte au secrétaire désigné de VA McDonough En regardant vers les quatre prochaines années et où le VA peut aller pendant l'administration Biden, je voudrais proposer six idées pour non seulement améliorer le statu quo, mais faire passer le VA au niveau supérieur et créer un système de continuum complet pour soutenir notre vétérans de la nation. En Virginie, nous avons ouvert la voie dans de nombreux aspects du soutien aux militaires en transition (TSM), aux anciens combattants, à la Garde nationale et aux membres de leur famille.

Premièrement, les femmes vétérans. Ce n'est un secret pour personne que beaucoup espéraient qu'une femme dirige le DoD ou VA. Les femmes ont servi honorablement depuis la guerre d'indépendance. Le secrétaire désigné McDonough devrait tendre la main tôt et souvent aux femmes vétérans, et veiller à ce que chaque État ait créé des postes de personnel dédiés au soutien des femmes vétérans.

Deuxièmement, l'AV devrait s'associer à des médecins de médecine fonctionnelle, des « biohackers », des chercheurs universitaires en santé et des entrepreneurs technologiques de la Silicon Valley sur les avancées scientifiques, nutritionnelles et de pointe en matière de santé et d'intégrer ces pratiques, technologies et stratégies nutritionnelles dans les soins VA.

Troisièmement, la VA devrait poursuivre et étendre ses efforts pour intégrer les systèmes de soins de santé et d'archives au DoD. Le fait que les deux agences ne partagent pas ces informations précieuses ou ne travaillent pas en collaboration entre les hôpitaux militaires, les VAMC et les CBOC coûte des milliards de dollars aux contribuables et crée de la frustration, de la confusion et du chaos pour les militaires et les anciens combattants en transition.

Quatrièmement, en harmonie avec les recommandations ci-dessus, est de travailler avec le DoD pour améliorer les pratiques de nutrition, de formation et de résilience pour les membres des services actifs. Plus nos militaires sont en bonne santé pendant leur service – physiquement, mentalement et émotionnellement – ​​plus ils pourront servir longtemps et moins il y aura besoin de services VA une fois qu'ils se sépareront et deviendront des vétérans.

Cinquièmement, continuer à se concentrer sur la prévention du suicide, en renforçant les efforts des organisations à but non lucratif et des États. La Virginie a construit un continuum de systèmes de soins de pointe pour soutenir les vétérans ayant besoin de services de réadaptation et de santé comportementale en s'associant à des agences locales, des organisations à but non lucratif, des VSO et des universités pour créer une approche communautaire pour soutenir et servir nos vétérans.

Et enfin, concentrez-vous sur la planification stratégique et l'analyse des programmes des anciens combattants dans les États, au sein des VSO et d'autres organisations à but non lucratif et laissez la «crème atteindre le sommet». Les partenariats entre l'État fédéral et les partenariats public-privé devraient être encouragés. Le travail d'aide à la transition du statut de service actif au statut d'ancien combattant et le soutien à vie des anciens combattants est trop important pour un organisme, un État ou un groupe.

2021-12-22 Mon engagement envers les anciens combattants de notre pays Alors que j'attends avec impatience mon nouveau rôle de leadership au service des anciens combattants, le président élu Biden a clairement indiqué ce qu'il voulait que je fasse: "combattre comme un enfer pour nos anciens combattants". Je suis prêt à affronter ce combat. En tant que secrétaire, je travaillerai à rétablir la confiance et à restaurer VA en tant qu'agence principale pour assurer le bien-être général de nos anciens combattants.

Les anciens combattants de notre pays savent à quel point cela est nécessaire. De longues guerres ont fait des ravages chez nos anciens combattants et leurs familles, et les services de soins de santé physique et mentale offerts aux anciens combattants n'ont pas toujours été à la hauteur. De plus, les hommes et les femmes dévoués qui travaillent sans relâche pour servir le département ont été entravés par une mauvaise gestion, des pénuries de personnel, des lacunes en matière de leadership et des défaillances des systèmes informatiques.

2020-12-18 Le choix Surprise VA de Biden arrêtera-t-il le glissement vers la privatisation? Biden a nommé Denis McDonough, un ancien élève de 51 ans de la Maison Blanche d'Obama qui n'a jamais servi dans l'armée et n'a aucune expérience dans l'administration des soins de santé (une qualification pertinente, car la VA exploite le plus grand système hospitalier public du pays). Après avoir travaillé comme membre du personnel de Capitol Hill et membre principal du Center for American Progress, McDonough a d'abord rejoint l'administration Obama en tant que conseiller à la sécurité nationale, puis est devenu le chef de cabinet du président pour le deuxième mandat. Dans ce dernier rôle, McDonough est crédité d'être «profondément impliqué» dans la décision de la Maison Blanche de limoger Eric Shinseki et de le remplacer par McDonald en 2014. Ce bouleversement s'est produit après que quelques directeurs d'hôpitaux VA à Phoenix aient falsifié les données sur la durée des anciens combattants. attendaient des nominations, déclenchant un tollé politique majeur. Selon un collègue de la Maison Blanche à l'époque, McDonough est devenu « obsédé » par les temps d'attente pour les soins de santé et a aidé à résoudre le problème en utilisant ses contacts à Capitol Hill pour étendre l'externalisation des soins aux anciens combattants via le programme Veterans Choice, récemment salué comme l'un des Les « réalisations législatives les plus importantes du second mandat » d'Obama.

Néanmoins, McDonough a attiré des critiques mitigées de la part des défenseurs des vétérans, qui étaient en faveur du programme Choice il y a six ans, mais peuvent maintenant être un peu vexés par leur exclusion organisationnelle de l'équipe de transition VA de Biden. « Nous attendions un vétéran, peut-être un vétéran post-11 septembre. Peut-être une femme vétéran. Ou peut-être un vétéran qui connaît exceptionnellement bien le VA », a déclaré Joe Chenelly, directeur exécutif d'AMVETS. "C'est un choix scandaleusement déconnecté", a déclaré à Politico Paul Rieckhoff, fondateur d'Irak and Afghanistan Veterans of America. "Ils auraient pu sélectionner quelqu'un qui a été patient là-bas ou qui a une expérience directe avec cette communauté."

McDonough a déjà été salué, par un membre républicain maintenant à la retraite, comme «une bouffée d'air frais» lorsqu'il était chef de cabinet d'Obama. En supposant que sa nomination passe par le Sénat, la priorité absolue du nouveau secrétaire de VA devrait être de défaire quelque chose, à savoir la privatisation partielle de la Veterans Health Administration (VHA). Ce processus a commencé avec la Choice Act en 2014, une loi qui comportait une disposition de temporisation et qui n'était pas destinée par le président du Comité sénatorial des affaires des anciens combattants, Bernie Sanders, à devenir une solution permanente pour élargir l'accès aux fournisseurs externes. Comme Sanders et d'autres l'ont fait valoir, les anciens combattants seraient mieux servis si le Congrès investissait davantage dans le propre système coordonné de soins directs et spécialisés de la VHA pour neuf millions de patients.


Secrétaire des Anciens Combattants : Eric Shinseki

Le général à la retraite Eric Shinseki.

Après sa nomination le 7 décembre en tant que secrétaire aux Affaires des anciens combattants du président élu Barack Obama, le général à la retraite de l'armée Eric Shinseki est devenu la preuve vivante qu'une poubelle d'un président peut être le trésor d'un autre président. Le vétéran décoré est surtout connu pour son rôle controversé en tant que chef d'état-major de l'armée dans l'administration Bush. Son témoignage devant la commission sénatoriale des forces armées concernant le besoin de plusieurs centaines de milliers de soldats en Irak a été contesté et rejeté comme « extrêmement faux » par le ministère de la Défense. Alerte spoiler: Shinseki a fini par avoir raison, mais sa dissidence publique de l'estimation de l'administration a irrémédiablement tendu ses relations avec ses supérieurs. Il a pris sa retraite sans ménagement en juin 2003.

• Né à Hawaï le 28 novembre 1942 de parents japonais-américains.

• Marié et père de deux enfants.

• Shinseki est le premier général quatre étoiles américano-asiatique de l'histoire des États-Unis.

Après avoir été diplômé de l'Académie militaire des États-Unis en 1965, Shinseki a fait une brève pause dans la vie militaire et a obtenu une maîtrise en littérature anglaise de l'Université Duke.

• A perdu une partie de son pied pendant les combats de la guerre du Vietnam.

Le président Bush, Donald Rumsfeld et Paul Wolfowitz étaient manifestement absents de la cérémonie de départ à la retraite de Shinseki en 2003.

« L'idée qu'il faudrait plusieurs centaines de milliers de soldats américains semble tout simplement farfelue. »
— L'ancien sous-secrétaire à la Défense, Paul Wolfowitz, selon l'estimation de Shinsaki

« J'étais le sénateur qui a posé la question qui a produit la réponse qui lui a fait ouvrir la porte. J'ai pensé que c'était tragique. L'administration Bush a eu tort de le maltraiter comme elle l'a fait. réponse. Il a dit la vérité au pouvoir.
— Le sénateur Carl Levin (D-MI), chef de la commission sénatoriale des forces armées à la suite du témoignage de Shinseki

• "Il avait raison"
— Le président élu Barack Obama sur la prédiction de Shinsaki sur les effectifs de troupes nécessaires pour maintenir la paix en Irak

• "C'est un grand nom et cela montre qu'il [Obama] ne va pas traiter le secrétaire aux Anciens Combattants comme une faible priorité."
— Paul Reickhoff, directeur exécutif d'Iraq and Afghanistan Veterans of America, explique comment cette nomination va remonter le moral des anciens combattants

« Quelque chose de l'ordre de plusieurs centaines de milliers de soldats est probablement, vous savez, un chiffre qui serait nécessaire. lead to other problems. And so it takes a significant ground-force presence."
— Shinseki's testimony to the Senate Armed Services Committee on Feb 25th 2003 on his troop level estimates in Iraq

• "Beware a 12-division strategy for a 10-division army"
— Shinseki criticizing the Bush administration's Iraq war strategy during his retirement ceremony in 2003

• "I asked my Grandma Shinseki what I should say before I came here. She told me, 'tell them you come from a good family. and tell them you're a good American soldier.'"
— Shinseki at the 2006 opening of a gallery in his honor at the U.S. Army Museum in Hawaii

• "I do not want to criticize while my soldiers are still bleeding and dying in Iraq."
— Shinseki on keeping a low profile after retiring from his Army Chief of Staff post in 2003

• "I can think of no higher responsibility than ensuring that the men and women that who have served out nation in uniform are treated with the care and respect that they have earned."
— Shinseki accepting his nomination as Secretary of Veterans Affairs


Secretaries of Veterans' Affairs - History

Published: December 15, 2020

Denis Mcdonough Group Photo Feature

Denis McDonough, professor of the practice of public policy in the Keough School of Global Affairs at the University of Notre Dame, was nominated today by President-elect Joe Biden to serve as secretary of the Department of Veterans Affairs. The Cabinet appointment is subject to Senate confirmation.

“Denis is a dedicated public servant who, over the past three years, has been a valued member of our Keough School faculty, sharing his considerable expertise in public policy, international and domestic affairs and management with both graduate and undergraduate students,” Rev. John I. Jenkins, C.S.C., Notre Dame’s president, said. “I join his campus colleagues in extending congratulations on his nomination and wish him well in the confirmation process.”

R. Scott Appleby, the Marilyn Keough Dean of the Keough School of Global Affairs, added: “Professor McDonough is an invaluable member of our policy studies faculty at the Keough School. Generous with his many talents, he is a natural teacher and mentor of our global affairs graduate and undergraduate students. He is an outstanding role model of an American patriot who cares deeply about advancing human dignity globally and here at home. If confirmed, he will serve the Biden administration and the nation’s veterans with the same tireless dedication and skill he demonstrated in his years working closely with President Obama.”

McDonough joined the Notre Dame faculty in August 2017. He teaches courses on public policy analysis and formulation writing for policy, government and nongovernmental organization management and leadership and selected topics such as migration and refugees and national and international security. He also contributes policy expertise to the Keough School’s Global Policy Initiative. He will remain on the Notre Dame faculty on academic leave.

Most recently, McDonough is directing a Notre Dame research program called the Presidential Transition Index, which seeks to identify potentially weak areas of the current presidential transition process and to provide the public with an ongoing, near real-time assessment of the transition.

Chief of staff to President Barack Obama from February 2013 to January 2017, McDonough and Andy Card, chief of staff to President George W. Bush, were the featured speakers for the 2017 Notre Dame Forum, “Going Global: Exploring the Challenges and Opportunities of Globalization.” Addressing an audience of more than 1,000, they offered observations and commentary on foreign policy from their perspectives as chief confidants to Bush and Obama.

As Obama’s chief of staff, McDonough managed the 4,000-member White House staff, as well as Cabinet secretaries and agency leaders. He provided strategic advice to the president on the most significant domestic policy, national security and management issues facing the federal government and enforced plans and accountability for performance and goals.

McDonough also planned and coordinated efforts to recruit and retain key talent — including an unprecedented expansion of technology experts, engineers and content generators within the White House and across the federal government.

Prior to his role as chief of staff, McDonough served from September 2010 to February 2013 as assistant to the president and principal deputy national security adviser. He chaired the National Security Council’s Deputies Committee, leading a multiagency team that addressed complex national security challenges, including crisis management as well as policy decisions related to the Iran nuclear negotiations, strategic arms reductions talks with Russia, the United States re-balance to Asia, the Afghanistan surge and the Iraq drawdown. He was among the small group joining Obama in the White House Situation Room on May 1, 2011, when Navy SEALs raided Osama bin Laden’s compound in Pakistan.

McDonough previously served in senior leadership and policymaking positions with the House International Relations Committee and Senate Majority Leader Ken Salazar of Colorado.

McDonough also currently serves as senior principal at the Markle Foundation, where he has worked to address the labor market skills gap, particularly in light of the looming artificial intelligence revolution.

McDonough graduated summa cum laude from St. John’s University in Minnesota with bachelor’s degrees in history and Spanish. He also holds a master’s degree from Georgetown University’s Walsh School of Foreign Service.


90.1 FM WABEWhere ATL meets NPR Where ATL meets NPR

Denis Richard McDonough, U.S. secretary of Veterans Affairs, says an estimated 19 million veterans live in the United States, and the Department of Veterans Affairs has administered vaccines to roughly 3 million veterans so far.

On Monday’s edition of “Closer Look,” McDonough told show host Rose Scott that more than 94,000 veterans in Atlanta are not vaccinated and the Department of Veterans Affairs is working to make sure vaccines are available to every veteran and their families.

“I’m not going to rest on this until we vaccinate everyone who wants to get vaccinated,” McDonough said. “The reason why is we know that health outcomes are better when you’re vaccinated. We know that the vaccine is safe, and we know that with vaccination comes greater freedom to move to see families.”

McDonough says the VA is contacting veterans directly to combat vaccine hesitancy and is also making sure every veteran has access to the vaccine by deploying staffed mobile units to administer it.

McDonough also shared his top priorities as the new leader of the Department of Veterans Affairs.

To listen to the full conversation, click the audio player above.


SECRETARY OF VETERANS AFFAIRS

Dictionary entry overview: What does Secretary of Veterans Affairs mean?

SECRETARY OF VETERANS AFFAIRS (nom)
Le nom SECRETARY OF VETERANS AFFAIRS has 2 senses:

1. the person who holds the secretaryship of the Department of Veterans Affairs

2. the position of the head of the Department of Veterans Affairs

Informations de familiarité : SECRETARY OF VETERANS AFFAIRS used as a noun is rare.

Détails de l'entrée du dictionnaire

SECRETARY OF VETERANS AFFAIRS (noun)

The person who holds the secretaryship of the Department of Veterans Affairs

Bush appointed Edward J. Derwinski as the first Secretary of Veterans Affairs

Hypernyms ("Secretary of Veterans Affairs" is a kind of. ):

secretary (a person who is head of an administrative department of government)

The position of the head of the Department of Veterans Affairs

Noms désignant des actes ou des actions

the post of Secretary of Veterans Affairs was created in 1989

Hypernyms ("Secretary of Veterans Affairs" is a kind of. ):

secretaryship (the position of secretary)

Holonyms ("Secretary of Veterans Affairs" is a member of. ):

United States Cabinet US Cabinet (a board to advise the President members are the secretaries of executive departments the United States constitution does not provide for the cabinet)


Secretaries of Veterans' Affairs - History

The Department of Veterans Affairs (VA) is responsible for providing vital services to America&rsquos veterans. VA provides health care services, benefits programs and access to national cemeteries to former military personnel and their dependants. The department carries out its duties through three main administrative divisions: Veterans Benefits Administration Veterans Health Administration and National Cemetery Administration. All three divisions have run into trouble while carrying out their missions, including controversies involving VA hospitals and longstanding delays in providing services.

(PBS NewsHour with Jim Lehrer)

(by Ashish K. Jha, Jonathan B. Perlin, Kenneth W. Kizer and R. Adams Dudley, New England Journal of Medicine)

(by Chris Adams, Seattle Times)

(by William R. Levesque, St. Petersburg Times)

  • Develop adequate cost estimates of project alternatives
  • Document key decisions or maintain complete project files
  • Conduct a privacy impact assessment
  • Review sufficient information before granting a waiver from independent verification and validation requirements.
  • Monitor and control project costs.

Commentaires

Department of Veterans Affairs

Given President Donald Trump&rsquos admiration for the military and disdain for the way the Department of Veterans Affairs has been run, it&rsquos somewhat surprising that his choice to lead that department not only hasn&rsquot been a soldier, but was the No. 2 person there under former President Barack Obama.

David Shulkin, who has run the Veterans Health Administration since March 2015, was confirmed by the U.S. Senate on February 13, 2017 to be Secretary of Veterans Affairs. He is the first non-veteran to run the agency.

Shulkin was born June 22, 1959, and is from Bala Cynwyd, Pennsylvania, a suburb of Philadelphia, where his father Mark was a psychiatrist. David&rsquos sister, Nedra, later became a psychologist.

Shulkin attended Hampshire College, graduating in 1982 with a B.A. in science. He returned to Philadelphia to attend medical school at the Medical College of Pennsylvania, earning his M.D. in 1986. Shulkin did his internship at Yale, and then his residency in internal medicine at the University of Pittsburgh, where his father had also done his residency. While at Pitt, he met the woman who would become his wife, Merle Bari, who was doing her residency in dermatology at the time. When Shulkin finished his residency a year before Bari, he remained at Pitt and studied business administration, which turned out to be excellent training for his career. In 1990-1991 he also was a Robert Wood Johnson Foundation Clinical Scholar at the University of Pennsylvania, studying the increasing cost of health care. He researched why doctors made the decisions they did and tried to use that to improve efficiency and outcomes in large healthcare organizations.

Shulkin remained in Philadelphia, becoming chief medical officer of the University of Pennsylvania Health System in 1990. In 1999, he started an online site, DoctorQuality.com, where patients could check their physicians&rsquo backgrounds for quality and safety.

He returned to healthcare management in 2002 when he was named chief quality officer for the Drexel University College of Medicine and chief medical officer for the Medical College of Pennsylvania. He was also co-founder and president of the nonprofit Patient Safety Officer Society.

In March 2004 Shulkin became chief medical officer of Temple University Hospital and the following year was named president and CEO of Beth Israel Medical Center in New York, posts he held for four years.

Shulkin&rsquos work has frequently involved looking at managed and accountable care, in which patients, especially the chronically ill, get the right care at the right time, while avoiding unnecessary duplication of services and preventing medical errors. In 2008, for example, he studied why patients who are admitted at night are more likely to die than patients admitted during the day. Also in 2008 he edited the book Questions Patients Need to Ask: Getting the Best Healthcare.

Beginning in July 2010, Shulkin was president of the Morristown (N.J.) Medical Center, which is part of Atlantic Health System. One of his innovations there was to champion 24-hour visiting hours for its healing effect on patients. He was heavily involved with Atlantic Health System, as he was president not just of Morristown Medical Center, but of Goryeb Children&rsquos Hospital and Atlantic Rehabilitation Institute, as well as Atlantic Health System Accountable Care Organization and Atlantic Health Organization Primary Care Partners, and he was principal shareholder in Practice Associates.

Shulkin was nominated in March 2015 to lead the Veterans Health Administration. Given Trump&rsquos preference to put veterans into the private healthcare system, it&rsquos somewhat surprising Shulkin was nominated to lead Veterans Affairs. When members of a VA healthcare commission called for cutting government&rsquos role in veterans&rsquo care, Shulkin blasted the idea. &ldquoThis would be a terrible mistake, a terrible direction for veterans and for the country, to essentially systematically implement recommendations that would lead to the end of the VA health-care system,&rdquo he said.

Shulkin and Bari have two children, Daniel and Jennifer. Daniel is also involved in health care administration.

A Story of Three Generations in Health Care (by Daniel B. Shulkin, Mark W. Shulkin and David J. Shulkin, AMA Journal of Ethics)


Secretary of Veterans Affairs and Military

Ben retired from active duty with the U.S. Air Force as a Brigadier General in 2002. His nearly 34 years of active duty service includes combat operations in both the U.S. Air Force and the U.S. Army. Ben commanded two flying wings, two flying groups and a space center. He was a Director on the Air Staff in Washington DC and the Vice Commander of 8th Air Force. He held a command pilot rating with nearly 5,000 flying hours and over 250 combat missions.

General Ben T. Robinson is the Owner/President of Sentry One LLC, an aerospace industry consulting company specializing in a wide spectrum of expertise from military command and control operations to the growth and sustainment of American aerospace through investments in workforce development, business development and leadership. Prior to his current positions, Gen. Robinson served as the Executive Director of the Boeing Aerospace Operations, Oklahoma City Boeing Site. Robinson was responsible for supporting the programs and functions assigned to the Oklahoma City site, a role that covered over 2,100 employees in 70 locations worldwide.

Gen. Robinson retired from active duty with the U.S. Air Force as a Brigadier General in 2002. His nearly 34 years of active duty service includes combat operations in both the U.S. Air Force and the U.S. Army. He commanded two flying wings, a flying group and a space center. He was a Director on the Air Staff in Washington DC and the Vice Commander of 8th Air Force. He held a command pilot rating with nearly 5,000 flying hours and over 150 combat missions.

In 2010, Gen. Robinson was presented with the first Lifetime Achievement Award by the Oklahoma Aerospace Alliance for his contributions to the sustainment and growth of the Oklahoma Aerospace Industry. In 2012, Gen. Robinson was presented with the General Thomas P. Stafford Award for exceptional support and contributions to the Oklahoma Aerospace Industry.

Gen. Robinson earned his bachelor’s degree in Industrial Management from Eastern New Mexico University and a master’s degree in Industrial Management from Central Michigan University. In addition, he completed a one year course of study with MIT as an International Relations Fellow. Gen. Robinson and his wife Linda reside in Oklahoma City, Oklahoma. They have four children and ten grandchildren.

“The courageous men and women who served in our nation’s Armed Forces deserve a champion at the Oklahoma Department of Veterans Affairs, and I can think of few better to serve in that role than General Ben Robinson. As a combat veteran, he understands uniquely what veterans face when they return home from service. And as a leader at Tinker Air Force Base, he’s proven to be a judicious steward with the lives, resources, and mission entrusted to him. Governor Stitt has made a great pick with General Robinson, and I wholeheartedly endorse and support his appointment as Secretary of Veterans Affairs and Military.” – Senator Paul Rosino, USN, Ret. Oklahoma Senate Veterans Caucus Chairman

“Ben Robinson’s vision and leadership built the foundation upon which the nearly 3,500 Boeing employees in Oklahoma thrive today. I have every confidence Ben’s passion for Veterans and their families will propel Oklahoma into a top ten state for Veteran’s services. My colleagues and I at Boeing could not be more optimistic about the future of our Veterans services under Ben’s leadership.” – Steve Hendrickson, Director, Government Relations, Boeing Corporate Offices

“General Robinson is a great, experienced military leader who will bring tremendous capability to represent and serve our veterans and military community within Oklahoma. He has great ideas and energy, and he exhibits his love for our veterans and military community every day. He will be a champion for the Department of Veterans Affairs and a strong addition to help accomplish the governor’s vision moving forward. I think the governor has picked a winner.” –Major General Myles Deering, US Army, Retired

“General Ben Robinson is one of the most outstanding leaders that we’ve had in the United States Air Force. He commanded a very large and important organization at Tinker Air Force Base, the Airborne Warning and Control System (AWACS). He put lots of spirit into the organization, he developed tactics, and he responded quickly when we had national and international emergency. General Robinson is an outstanding leader and organizer, and I am very proud that he is being appointed as the Secretary of Veterans Affairs and Military for the State of Oklahoma.” – Major General William “Billy” Bowden, USAF, Retired


Voir la vidéo: Zao - Ancien combattant (Août 2022).