L'histoire

Des archéologues découvrent un potager sous-marin vieux de 3 800 ans

Des archéologues découvrent un potager sous-marin vieux de 3 800 ans


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Pièce par pièce, les archéologues découvrent des preuves de techniques d'ingénierie créatives pratiquées par des peuples anciens innovants. Un de ces exemples fait la une des journaux archéologiques – la découverte d'un jardin marécageux vieux de 3 800 ans en Colombie-Britannique, au Canada. Cette découverte intéressante fournit la première preuve archéologique directe de la gestion des plantes non domestiques chez les peuples de l'Holocène moyen à supérieur de la côte nord-ouest. Il a également fourni aux peuples autochtones locaux un lien doux-amer avec leurs ancêtres.

Les humains ont utilisé une variété de moyens pour manipuler l'environnement qui les entoure. Bien que certains soient certainement plus destructeurs que d'autres, le désir de modifier l'environnement et d'améliorer la survie est une histoire séculaire. D'innombrables techniques innovantes qui ont été utilisées pour aider l'humanité, tout en laissant peu d'impact négatif sur la nature, ont été perdues pour la société moderne. Cependant, la découverte récente dans les terres humides de Pitt Polder en Colombie-Britannique fournit de nouvelles informations sur ce genre d'activités.

Comme le rapporte Live Science, les archéologues ont découvert 3 767 tubercules de wapato entiers et fragmentés dans un jardin sous-marin artificiel. En utilisant des roches compactes et de taille uniforme pour créer une fondation, les habitants de cette région ont pu empêcher les plantes de pousser trop loin sous terre, facilitant ainsi la récolte.

Cette chaussée rocheuse découverte sur le site aurait beaucoup facilité la récolte des tubercules de wapato. ( Société en commandite de développement Katzie )

L'environnement marécageux du site s'est également avéré d'une grande aide pour la conservation. Certains des tubercules de plus de 3000 ans ont été si bien conservés qu'ils ont même leur intérieur féculent. Les tubercules de wapato étaient de couleur brun foncé à noir. Des outils en bois ont également été conservés dans le site gorgé d'eau.

  • La personne d'il y a longtemps : traquer l'homme des glaces canadien
  • Ligue iroquoise : l'ancienne et puissante union des Six Nations
  • Un camping vieux de 12 000 ans et des centaines d'artefacts découverts au Canada

Tubercules de wapato (Sagittaire latifolia) , également connues sous le nom de pomme de terre canard, pointe de flèche à feuilles larges ou pomme de terre indienne, sont des plantes qui poussent dans les zones humides peu profondes. Le rapport sur la découverte dans Science Advances explique que ces plantes « étaient une ressource alimentaire historiquement prisée et fortement commercialisée pour les populations indigènes le long des fleuves Fraser et Columbia, y compris le Katzie. Généralement récolté d'octobre à février, le wapato était une source importante d'amidon alimentaire pendant les mois d'hiver.

1918 dessin d'une pointe de flèche à larges feuilles (Sagittaria latifolia).

Les fouilles ont également fourni la preuve que les tubercules étaient utilisés comme ressource économique ou sociale. Comme l'ont écrit les chercheurs : « Près de 150 pointes de bâtons à creuser durcies au feu, plusieurs d'entre elles trouvées enfoncées dans la chaussée montrent comment les tubercules de wapato ont été récoltés en masse. »

Le rapport de Science Advances montre également que les personnes vivant dans la colonie près du jardin de la zone humide ont soigneusement surveillé et conçu son hydrologie pour créer un environnement où les tubercules ont prospéré.

UNE: Échantillon de pointes de bâton à creuser en bois conservé. B : Anciens tubercules de wapato (préconservation) excavés dans le jardin du site humide des zones humides de Pitt Polder. ( Hoffmann et al .)

Il est intéressant de noter que l'impact humain sur les milieux humides a semblé favoriser le milieu floral alors que le site était habité. Debbie Miller, qui travaille avec la société de conseil en archéologie appartenant à la nation Katzie, a déclaré à News Network Archaeology que "le site s'est rapidement acidifié et asséché" après que les habitants l'aient quitté il y a environ 3 200 ans. L'analyse sédimentaire a confirmé cette croyance.

  • Mystérieux visage géant trouvé sur une falaise au Canada – artificiel ou naturel ?
  • Les plus anciennes empreintes humaines jamais découvertes en Amérique du Nord trouvées en Colombie-Britannique
  • Utilisation ingénieuse du mortier de riz gluant dans la Chine ancienne

Tanja Hoffmann de Katzie Development Limited Partnership et de l'Université Simon Fraser en Colombie-Britannique a dirigé l'excavation et l'analyse des tubercules de wapato. Elle était accompagnée d'un équipage de 90 personnes, dont plusieurs membres de la Première Nation Katzie. Miller dit que plusieurs jeunes étaient également impliqués, qui ont utilisé le projet «pour mieux se connecter avec leur patrimoine». Elle a dit:

Culturellement, nous avons parlé de ce que signifiait être sur terre avec nos ancêtres et toucher leur vie. Nous venons de nous promener dans la maison des ancêtres. C'était pour beaucoup, beaucoup de nos gens un lien absolu avec leur histoire, quelque chose qu'ils n'auraient pas pu gagner d'une autre manière. »

Cependant, le projet s'est avéré doux-amer pour Miller et bien d'autres - le jardin sous-marin a été découvert pendant les travaux routiers, mais a été pavé une fois les fouilles terminées.

L'emplacement du site. La ligne pointillée représente l'étendue historique approximative des zones humides de Pitt Polder. ( Hoffmann et al .)


Percée archéologique: un trésor d'épave de 38 millions de livres sterling découvert dans le «jardin d'or»

Lien copié

Australie : des plongeurs découvrent des sites archéologiques sous-marins

Lorsque vous vous abonnez, nous utiliserons les informations que vous fournissez pour vous envoyer ces newsletters. Parfois, ils incluront des recommandations pour d'autres newsletters ou services connexes que nous proposons. Notre avis de confidentialité explique plus en détail comment nous utilisons vos données et vos droits. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Au total, environ 38 millions de livres sterling de lingots d'or, de pièces de monnaie et de poussière ont été découverts, représentant la récupération de ce qui a été décrit comme le plus grand trésor perdu de l'histoire des États-Unis. Les 3 100 pièces d'or, 45 lingots d'or et plus de 36 kilogrammes de poussière d'or récupérés de l'épave du navire à vapeur S.S. Central America ont été découverts par Bob Evans. Il était le scientifique en chef du voyage et a trouvé l'épave en 1988. Comme l'ont dit les pièces de monnaie et l'or que M. Evans a nettoyés pièce par pièce en 2018 : « C'est une toute nouvelle saison de découvertes.

Tendance

&ldquoNous regardons maintenant sous la crasse et la rouille qui se trouvent sur les pièces de monnaie, enlevant ces objets et ces substances et en apprenant à regarder le trésor tel qu'il était en 1857.&rdquo

Dwight Manley, l'associé directeur du California Gold Marketing Group, a fait l'éloge du trésor et a déclaré qu'une pièce à elle seule pouvait valoir 1 million de dollars (764 millions de livres).

Il a dit : &ldquoC'est quelque chose dont, dans des centaines d'années, les gens continueront à parler, à lire, à regarder en arrière et à collectionner des choses.

Actualités de l'archéologie : le trésor valait 38 mn & livres (Image : Getty/Reuters)

Actualités archéologiques : le trésor a dû être nettoyé (Image : Reuters)

"Il n'y a pas d'autres navires qui ont coulé et qui n'ont été récupérés qui rivalisent avec celui-ci ou qui soient similaires à celui-ci, donc c'est vraiment une situation unique dans une vie."

Evans était à bord de l'expédition dirigée par le capitaine Tommy Thompson à la fin des années 1980 lorsqu'ils ont repéré pour la première fois ce qu'ils ont appelé le « jardin d'or » à plus d'un mile sous la surface.

Evans a déclaré: "Des lingots et des pièces d'or. légèrement recouverts de sédiments. C'est un peu ce qui est fascinant à certains égards. Vous avez ce corail qui ressemble à un bloc d'or."

À l'aide d'un véhicule robotisé qu'ils avaient construit dans un garage, ils ont pu récupérer environ 38 millions de livres sterling (50 millions de dollars) en or.

Articles Liés

Actualités archéologiques : Thompson a commencé à rechercher le SS Central America en 1983 (Image : shipofgoldinfo.com)

Actualités archéologiques : Tommy G. Thompson a organisé une expédition pour retrouver le navire épique (Image : facebook)

M. Manley a ajouté: "Il y a cette fois des dizaines de pièces qui sont les plus belles connues.

"Ce sont comme de petites capsules temporelles à chaque fois que vous en tenez une, qui l'avait avant, à quoi elle servait."

Une découverte similaire a été faite sur le navire espagnol &ndash Nuestra Senora de las Mercedes, qui a coulé dans une bataille au large du Portugal & rsquos Cape St Mary en 1804.

Actualités archéologiques: il a été trouvé près de la Caroline du Nord (Image: getty)

Articles Liés

Les chercheurs ont trouvé 594 000 pièces d'or et d'argent d'une valeur de 308 millions de livres sterling sur le site en 2007.

Ivan Negueruela, directeur du Musée national espagnol d'archéologie sous-marine, a déclaré : "Les découvertes ont une valeur scientifique et historique inestimable".

On pense que le navire a été abattu avant que l'Espagne ne rejoigne les guerres napoléoniennes contre la Grande-Bretagne. Lorsque le traité d'Amiens de 1802 a échoué, la Grande-Bretagne a déclaré la guerre à la France au milieu d'une paix difficile avec l'Espagne.


Une tombe égyptienne antique trouvée contenant une momie de 3 800 ans

Les archéologues ont découvert une tombe vieille de 3 800 ans où le frère de l'un des gouverneurs les plus importants de la XIIe dynastie de l'Égypte ancienne a été enterré.

La tombe intacte a été découverte dans la nécropole de Qubbet El-Hawa, qui se traduit par Hill of Wind, par la mission archéologique espagnole à Assouan, en Égypte.

Alejandro Jimenez-Serrano, de l'Université de Jaen, a déclaré à Ahram Online qu'une momie bien conservée avait également été trouvée.

Il a dit qu'il était recouvert d'un cartonnage polychrome, de colliers et d'un masque.

La tombe contenait également des objets funéraires tels que des poteries et des modèles en bois représentant des bateaux funéraires et des scènes de la vie quotidienne, ainsi qu'un cercueil extérieur et intérieur, tous deux en cèdre.

Des inscriptions sur le cercueil nomment le défunt Shemai, fils de Satethotep et Khema, qui fut gouverneur de l'île Éléphantine sur le Nil sous le règne d'Amenemhat II.

M. Afifi a déclaré que le frère aîné de Shemai, Sarenput II, a également été gouverneur d'Éléphantine sous le règne de Senwosret II et Senwosret III.

Trésors archéologiques de la Grèce antique

1 /9 Trésors archéologiques de la Grèce antique

Trésors archéologiques de la Grèce antique

Trésors archéologiques de la Grèce antique

Trésors archéologiques de la Grèce antique

Trésors archéologiques de la Grèce antique

Trésors archéologiques de la Grèce antique

Trésors archéologiques de la Grèce antique

Trésors archéologiques de la Grèce antique

Trésors archéologiques de la Grèce antique

Trésors archéologiques de la Grèce antique

Auparavant, 14 membres de la famille régnante d'Eléphantine avaient été découverts à Qubbet El-Hawa.

Conseillé

La nécropole de Qubbet El-Hawa était également le site où des gravures rupestres représentant des hommes masqués chassant une autruche, qui remontent à 6 000 ans, ont été trouvées.

Les peintures, piquées dans les rochers avec une pointe dure, sont désormais à peine visibles en raison de leur âge considérable.

Mais les égyptologues de l'Université de Bonn ont tracé les contours des marques visibles pour découvrir que les points représentent trois personnages : un chasseur avec un arc, un homme qui serait un danseur de chasse et une autruche africaine.

"Cette zone archéologique a environ un millénaire de plus que ce que nous savions auparavant", a déclaré Ludwig Morenz de l'Université de Bonn. Sciences en direct.


800 tombeaux égyptiens antiques découverts dans la nécropole du Moyen Empire

En Égypte, les archéologues ont découvert plus de 800 tombes qui remontent à environ 4 000 ans.

Le ministère égyptien des Antiquités a annoncé que les archéologues étaient au courant depuis plus d'un siècle de l'énorme transport de tombes lors d'une fouille dans un ancien cimetière.

L'archéologue et co-responsable de l'expédition, la professeure Sarah Parcak, a déclaré que les tombes auraient présenté des toits et même des chaussées menant à la berge voisine, bien qu'elles ne soient pas évidentes au-dessus du sol aujourd'hui.

"Compte tenu du nombre et de la densité des tombes, cela ressemblait probablement beaucoup aux cimetières de la Nouvelle-Orléans aujourd'hui", a-t-elle déclaré à Newsweek.

La tombe se trouve entre une paire de pyramides près de Lisht, un village au sud du Caire près d'Al Ayat, a rapporté National Geographic. "Lisht est un site antique assez bien connu et l'emplacement de la capitale égyptienne du Moyen Empire, appelée Itj-Tawy", a déclaré Parcak.

"C'est excitant parce que nous avons une réelle opportunité d'en savoir plus sur les diverses classes et groupes de personnes qui ont vécu puis sont morts à Itj-Tawy." La ville elle-même, a-t-elle ajouté, n'a jamais été découverte.

« [La découverte] ajoute beaucoup à ce que nous savons de l'Empire du Milieu, une époque qui a longtemps été négligée en faveur de l'Ancien Empire « l'Âge de la Pyramide » et de l'« Âge d'Or » plus tard du Nouvel Empire de Toutankhamon et de Néfertiti, " Le professeur Joann Fletcher de l'Université de York a déclaré à Newsweek.

En enquêtant et en protégeant finalement le site, connu pour ses pillages illégaux, Parcak et son équipe ont fait la lumière sur la période "souvent sombre", a-t-elle ajouté.

L'Empire du Milieu, qui s'étendait d'environ 2000 à 1650 avant notre ère, se caractérise par une « floraison » de l'art et de la culture, a déclaré Parcak à National Geographic. Cette période a également vu Osiris, dieu des enfers, prendre de l'importance parmi les divinités communément vénérées en Égypte.

Les pyramides près du cimetière marquent les tombes des pharaons Senusret I et de son père Amenemhet I, rois de la douzième dynastie d'Égypte. Cette période est souvent considérée comme un sommet de l'Empire du Milieu. "Ces tombes et les informations que nous en obtenons commenceront à combler ce manque d'informations sur la période de la Renaissance égyptienne", a déclaré Parcak à Newsweek.

La pyramide d'Amenemhet I, qui ressemble à celles de l'Ancien Empire égyptien, est mal conservée. Une grande partie de la structure s'est désintégrée et il a été très difficile pour les archéologues d'atteindre l'intérieur de la pyramide. Autrefois un monument très imposant, il mesure maintenant environ 65 pieds de haut.

Les chercheurs ont découvert les tombes lors d'une expédition menée par l'Université d'Alabama-Birmingham et le ministère égyptien des Antiquités. Ils ont cartographié le complexe de tombes et ont commencé à restaurer une tombe d'élite, a rapporté National Geographic.

"Dans cette région, il n'y a vraiment pas beaucoup de tombes connues, à l'exception des tombes royales là-bas", a déclaré à la publication Kathryn Bard, archéologue à l'Université de Boston qui n'était pas impliquée dans les travaux. "C'est pourquoi ce cimetière est important."

"Une découverte à cette échelle est incroyablement excitante", a déclaré Fletcher. "[It] a d'énormes ramifications pour ce que nous pourrons dire sur" les vrais gens "de l'Égypte du Moyen Empire, plutôt que simplement sur la famille royale."

Les autorités ont largement diffusé de récentes découvertes archéologiques telles que les vestiges d'un village néolithique. Le tourisme continue de souffrir en Égypte après la révolution égyptienne de 2011.

Le ministre des Antiquités Khaled al-Anani a récemment encouragé les visiteurs à voir une statue de sphinx récemment découverte, a rapporté Egypt Today.

Dans d'autres nouvelles anciennes, les archéologues ont récemment découvert un ancien jeu de société dans la chambre cachée d'un château situé dans la Russie d'aujourd'hui.

Les vestiges d'une ancienne cité perdue en Chine, quant à eux, transforment la compréhension qu'ont les scientifiques de l'histoire du pays.


Wapato

Le wapato est un légume communément appelé « pomme de terre indienne ». La texture est similaire à celle d'une pomme de terre, mais certains disent qu'elle a plus le goût d'une châtaigne.

Cette découverte unique nous donne un rare aperçu de ce qu'était le monde il y a 3 800 ans.

Selon les découvertes archéologiques publiées, les chasseurs-cueilleurs utilisaient des outils de jardin similaires à ceux que nous utiliserions aujourd'hui.

L'équipe de recherche a également trouvé près de 150 pointes de bâtons à creuser. Avec plusieurs d'entre eux coincés dans le trottoir, cela montre comment les tubercules de wapato ont été récoltés à l'origine.

À cette époque, le wapato était une marchandise commerciale précieuse. En raison de sa teneur élevée en amidon, c'était également un excellent ajout pendant les mois d'hiver.

L'équipe de chercheurs était principalement composée de membres de la Première Nation Katzie. Par conséquent, c'était une excellente occasion pour eux de se connecter avec leur patrimoine.

Une fois le processus d'excavation terminé, le jardin a été pavé pour faire place à d'autres voies publiques.


Le blog d'histoire

/> Entre 140 et 120 av. J.-C., un navire romain a coulé au large des côtes de l'actuelle Toscane. Il regorgeait de marchandises provenant de différentes escales : des amphores à vin de Rhodes, des coupes en verre de Syrie, des céramiques d'Athènes et de Pergame, une cruche de Chypre et des lampes d'Asie Mineure permettant de retracer les mouvements. du navire avant qu'il ne rencontre sa malheureuse disparition. La variété à elle seule en ferait une découverte exceptionnelle, mais les archéologues sous-marins ont également trouvé un coffre médical, appartenant probablement à un médecin sur le navire plutôt que d'être un produit à vendre.

À l'intérieur du coffre se trouvaient divers outils effrayants du commerce, y compris une coupe saignante et un crochet chirurgical, 136 flacons de médicaments en buis et, plus important encore, plusieurs boîtes de pilules vertes. Bien qu'ils soient restés assis au fond de la mer pendant plus de 2000 ans, où les plantes marines poussaient abondamment et autour de l'épave, les boîtes de conserve étaient toujours scellées et les pilules complètement sèches et intactes.

L'épave a été découverte en 1974, explorée par des archéologues en 1982 et fouillé à partir de 1989. Les archéologues sous-marins de la Surintendance archéologique de Toscane ont fouillé le navire pendant deux ans, mais ce n'est que récemment que la technologie de séquençage génétique a rendu possible une analyse détaillée de l'ADN. des pilules.

Le généticien Robert Fleischer du Smithsonian’s National Zoological Park, qui a présenté les résultats la semaine dernière lors du quatrième symposium international sur l'archéologie biomoléculaire à Copenhague, au Danemark, a pu analyser des fragments d'ADN dans deux des pilules.

Après avoir comparé les séquences à la base de données génétique GenBank maintenue par les National Institutes of Health des États-Unis, il a identifié de nombreuses plantes typiques d'un potager, notamment la carotte, le radis, le persil, le céleri, l'oignon sauvage et le chou. La luzerne, l'achillée millefeuille et l'hibiscus plus exotique faisaient également partie du mélange.

« Les plantes correspondent à celles décrites dans les textes anciens tels que ceux des anciens médecins grecs Dioscoride et Galien. Cependant, plus de travail doit être fait car nous n'avons pas la séquence complète pour chaque plante, mais seulement des fragments qui pourraient également appartenir à d'autres espèces », a déclaré Touwaide.

L'achillée millefeuille était connue pour avoir été utilisée comme coagulant, arrêtant le flux de sang provenant des blessures. Pedanius Dioscorides, un médecin qui exerçait à Rome au 1er siècle après J.-C., était un grand partisan des carottes pour prévenir les morsures de reptiles et aider à la conception.

Il y a eu aussi de grosses surprises. L'analyse des pilules a révélé la présence de tournesol, une plante du Nouveau Monde. Il pourrait s'agir d'un contaminant récent, une étude plus approfondie doit donc être menée, mais si cela confirmait qu'il y avait des tournesols dans l'ancienne Méditerranée, une certaine histoire botanique devra être réécrite.

Touwaide espère également qu'une analyse plus approfondie trouvera la thériaque, un médicament Galen, du 2e s. A.D. Father of Pharmacology, décrit dans ses écrits qui contient plus de 80 extraits de plantes différents. Identifier les mesures exactes utilisées par les anciens médecins pour fabriquer les pilules serait non seulement tout simplement cool d'un point de vue historique, mais pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche pharmacologique.

Une autre question sans réponse est de savoir comment ces comprimés ont été utilisés. Ils mesurent 3 centimètres (1 & 8243) de large et un demi-centimètre d'épaisseur, ils n'auraient donc pas été très confortables à ingérer pour un patient. Ils pourraient avoir été dissous dans de l'eau et du vin pour faire une boisson semblable à du tussin, ou ils auraient pu être fondus et appliqués localement comme une pommade. La Surintendance archéologique de Toscane espère publier ses résultats finaux d'ici l'année prochaine.

Cette entrée a été publiée le mercredi 15 septembre 2010 à 23:54 et est classée sous Ancient, Modern(ish), Treasures. Vous pouvez suivre toutes les réponses à cette entrée via le flux RSS 2.0. Vous pouvez passer à la fin et laisser une réponse. Le ping n'est actuellement pas autorisé.


Jardin d'Eden TROUVÉ ? Comment un archéologue a découvert le « véritable emplacement » après la découverte de Jérusalem

Lien copié

Le jardin d'Eden pourrait être situé à Jérusalem, selon un archéologue

Lorsque vous vous abonnez, nous utiliserons les informations que vous fournissez pour vous envoyer ces newsletters. Parfois, ils incluront des recommandations pour d'autres newsletters ou services connexes que nous proposons. Notre avis de confidentialité explique plus en détail comment nous utilisons vos données et vos droits. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Le jardin d'Eden, également appelé paradis, est le jardin biblique de Dieu décrit dans le livre de la Genèse sur la création de l'homme. Le récit entoure le premier homme et la femme apparents &ndash Adam et Eve &ndash placés dans le jardin pour garder l'arbre de vie, avant d'être tentés par un serpent de manger d'un arbre interdit &ndash un mouvement qui les a vus expulsés. Beaucoup ont longtemps cherché son emplacement, sur la base d'indices donnés dans le texte biblique, mais la question séculaire a peut-être finalement été découverte.

Articles Liés

L'archéologue Jodi Magness a révélé lors du documentaire de Morgan Freeman : &ldquoThe Story of God&rdquo, comment une découverte dans une église de Jérusalem l'a amenée à croire qu'elle avait la réponse.

L'église du Saint-Sépulcre est située dans la vieille ville et serait le site où Jésus de Nazareth a été crucifié et plus tard ressuscité &ndash dans un endroit connu sous le nom de &ldquoCalvary&rdquo, ou &ldquoGolgotha&rdquo.

Le Dr Magness a révélé comment c'était aussi le lieu de sépulture apparent d'Adam.

Elle a déclaré en 2017 : &ldquo[L'indice vient de] sous le rocher du Golgotha, l'affleurement rocheux sur lequel les chrétiens croient que Jésus a été crucifié.

Le Dr Magness identifie une fissure (Image : WIKI/NETFLIX)

La découverte a été faite dans l'église du Saint-Sépulcre (Image : WIKI)

Le jardin d'Eden, ou paradis, devient conceptualisé comme l'endroit où la présence de Dieu habite

Jodi Magness

"En dessous se trouve la chapelle d'Adam et il y a une tradition qui remonte très loin dans le christianisme qui relie cet endroit à Adam &ndash le premier homme.

&ldquoLorsque Jésus a été crucifié au sommet du rocher au-dessus de nous, son sang a coulé à travers une fissure dans le rocher.

&ldquoEt Adam, le premier homme, était enterré en dessous, mais quand le sang de Jésus a coulé sur lui, il a été ressuscité.&rdquo

Cette idée contredit la description donnée dans la Bible.

Le livre de la Genèse énumère clairement quatre rivières en association avec le jardin, Pishon, Gihon, Chidekel et Phirat, suggérant que son emplacement était dans le sud de la Mésopotamie, maintenant connu sous le nom d'Irak.

Morgan Freeman et Jodi Magness ont visité l'église du Saint-Sépulcre (Image: NETFLIX)

Le Dr Magness a signalé une fissure dans le mur (Image: NETFLIX)

Cependant, le Dr Magness a expliqué en détail comment cela pouvait réellement soutenir une théorie qu'elle a.

Elle a ajouté : &ldquoEh bien, la version de l'histoire qui s'est retrouvée dans le livre de la Genèse semble situer le jardin d'Eden quelque part en Mésopotamie.

&ldquoMais je pense qu'Adam avait un lien très spécial avec Jérusalem.

&ldquoLe Jardin d'Eden, ou Paradis, devient conceptualisé comme l'endroit où la présence de Dieu habite.

&ldquoAu début du judaïsme et à l'époque de Jésus, la présence de Dieu résidait dans le temple, et c'est pourquoi Jérusalem a été conçue comme l'Éden [à cette époque].»

Adam et Eve dans le jardin d'Eden (Image : GETTY)

Le Dr Magness pense que le jardin est métaphorique (Image: NETFLIX)

On a demandé au Dr Magness si elle croyait que le jardin d'Eden est en fait une métaphore du début de la vie et est, en fait, partout où se trouve la présence de Dieu.

Elle a répondu : &ldquoEh bien, oui &ndash bien sûr.

&ldquoAdam fut le premier humain et, en hébreu, le mot &lsquoAdam&rsquo signifie &lsquoman&rsquo.

&ldquoAussi, si vous enlevez le &lsquoa&rsquo, il vous reste &lsquodam&rsquo, en hébreu qui signifie &lsquoblood&rsquo.

&ldquoEt si vous ajoutez &lsquoah&rsquo à la fin, &lsquoadamah&rsquo signifie terre.&rdquo


Chinampas, les jardins flottants du Mexique antique

Les Allemands de l'Est et les Italiens ont dominé la première manche d'aviron en duo masculin avec barreur aux Jeux olympiques de Mexico de 1968. Les Allemands de l'Est avaient des promesses, mais lors de la finale, les Italiens ont franchi la ligne d'arrivée près de 2 secondes complètes d'avance sur leurs plus proches rivaux, l'équipe des Pays-Bas qui remporterait la médaille d'argent pour cette épreuve. Les Allemands de l'Est ont perdu contre l'équipe du Danemark qui les a battus de seulement quinze centièmes de seconde pour remporter la médaille de bronze. Ces épreuves olympiques d'aviron se sont déroulées du 13 au 19 octobre 1968 sur le parcours olympique Virgilio Uribe dans le canal de Cuemanco. Le canal est situé dans les vestiges du lac Xochimilco dans la partie sud du district fédéral de Mexico et fait partie de la grande région métropolitaine de Mexico. Alors que la majeure partie de la nation mexicaine était ravie d'accueillir les Jeux Olympiques en 1968, de nombreux habitants de Xochimilco ne l'étaient pas. Pour créer le parcours d'aviron olympique dans les canaux de Xochimilco, le gouvernement mexicain a d'abord dû détruire plusieurs hectares carrés de chinampas, ou ce que l'on a appelé les « jardins flottants ». Certains anthropologues pensent que les habitants de Xochimilco s'occupent de ces chinampas depuis plusieurs centaines d'années, avec des histoires familiales individuelles impliquant l'élevage de chinampas remontant à trop de générations pour être comptées. Ainsi, alors que la majeure partie de la nation mexicaine applaudissait, les fermiers chinampa de Xochimilco pleuraient. Le parcours aquatique est encore utilisé aujourd'hui par les canoteurs, les kayakistes et les rameurs. Les jardins flottants détruits n'ont jamais été restaurés.

Le terme "jardin flottant" est quelque peu fantaisiste et romantique et ne décrit pas vraiment ce qu'est réellement un chinampa. Les Chinampas ne flottent pas, ce sont plutôt des parcelles de terrain carrées ou rectangulaires surélevées utilisées pour l'agriculture dans des lacs peu profonds. Un champ de chinampa est essentiellement une série d'îles artificielles reliées par une série de canaux. Comment sont-elles créées ? Le fermier chinampa construit le chinampa en créant d'abord une petite structure en forme de clôture et en la fixant à une série de piquets placés dans une formation carrée ou rectangulaire au fond du lac. Cette zone sous-marine clôturée est remplie en draguant le fond du lac. Finalement, une île se forme au-dessus du niveau d'eau du lac alors que le fermier empile de plus en plus de boue et de débris au centre de la zone clôturée. Parfois, les agriculteurs plantent des types de cyprès ou de saules dans chacun des 4 coins du chinampa pour sécuriser la clôture sous-marine. Parce que les sédiments et la végétation en décomposition au fond du lac sont riches en nutriments, le chinampa devient un endroit très fertile pour la culture. Périodiquement, les agriculteurs de chinampa éliminent les sédiments et les débris des canaux et les empilent sur le chinampa, assurant ainsi des saisons de croissance productives successives en introduisant des matériaux frais riches en nutriments. Les Aztèques appelés chinampas chinamitl ce qui signifie « carré fait de bâtons ». Les Chinampas ont été mesurés en mati, avec une mati égal à 1,667 mètres. En utilisant les codex aztèques et certains documents coloniaux comme guides, les archéologues et autres chercheurs ont émis l'hypothèse que la plupart des chinampas aztèques mesuraient environ 100 pieds sur 10 pieds. Parfois, ils avaient de petits fossés au milieu d'eux pour s'assurer que toutes les plantes du chinampa avaient accès à l'eau, en particulier pendant les périodes de faibles précipitations ou de sécheresse. En général, un agriculteur de chinampa pouvait faire sept récoltes par an et cultiver une variété de cultures sur ces îles artificielles fertiles.

Bernal Díaz del Castillo, un conquistador sous le commandement de Hernán Cortés lors de la conquête de la capitale aztèque de Tenochtitlán, a été le premier Européen à décrire les chinampas. Comme les Espagnols étaient les invités de l'empereur aztèque Montezuma et vivaient parmi les Aztèques pendant des mois avant que les choses ne tournent au vinaigre, Bernal Díaz a eu amplement le temps d'observer et d'écrire. Ses journaux et notes sont finalement devenus son grand travail, Historia de la verdadera conquista de la Nueva España, ou en anglais, La véritable histoire de la conquête de la Nouvelle-Espagne. Bernal Díaz décrit les chinampas que les Espagnols ont rencontrées pour la première fois à Xochimilco, ce qui, dans la langue nahuatl des Aztèques, signifie de manière appropriée « champs de fleurs ». Ironiquement, Bernal Díaz décrivait exactement le même endroit utilisé pour les épreuves d'aviron olympiques de 1968. Voici ses mots :

« Les chinampas ont été formés en entasser la boue molle du lac sur les roseaux tressés afin de former des lits de semences pour les fleurs et les légumes, et ces jardins flottants ont progressivement augmenté en taille et sont devenus plus compacts grâce à la croissance des racines entrelacées de la les saules et autres plantes aquatiques jusqu'à ce qu'ils aient pu soutenir une petite hutte pour le propriétaire et sa famille, et que les racines allongées se soient finalement ancrées sur la marge peu profonde du lac.

Ces jardins sont divisés en longues bandes étroites avec des canaux juste assez larges pour le passage d'une pirogue. Le cultivateur indien pique son canot le long des canaux étroits et ramasse la boue molle du fond pour l'étendre sur la terre et éclabousse l'eau sur les plantes en croissance avec sa pagaie. C'est probablement cette méthode de culture qui a donné la disposition principalement rectangulaire des rues de la ville de Tenochtitlán, les canaux plus asymétriques montrant les voies navigables d'origine entre les bancs de boue, tandis que l'agrégation de chinampas a peut-être laissé une marge irrégulière de maisons et de jardins périphériques. . "

Bernal Díaz a décrit en outre comment les Aztèques ont divisé le lac au profit de l'agriculture chinampa. Il y avait 5 lacs en un, essentiellement, le lac Texcoco ayant ce qui pourrait être considéré comme des baies considérées comme des lacs séparés. Le lac Zumpango et le lac Xaltocan étaient les bras nord du lac Texcoco tandis que le lac Chalco et le lac Xochimilco étaient les bras sud. Les Aztèques ont construit leur capitale sur une île dans la partie sud-est du lac Texcoco, près de l'endroit où les lacs Chalco et Xochimilco se confondaient avec la plus grande partie du lac. Les eaux des lacs Chalco et Xochimilco étaient plus fraîches que la plupart du reste du système du lac Texcoco. Les ingénieurs aztèques ont donc construit une digue traversant le milieu de la partie sud-ouest du lac Texcoco pour conserver la majeure partie de l'eau douce favorable à l'agriculture dans un environnement plus concentré. forme dans la zone sud du système lacustre. Cela a laissé une grande partie du lac Texcoco impropre à l'agriculture à base de chinampa. Le riche royaume de Texcoco sur les rives orientales du lac du même nom n'avait pas de chinampas en raison de la nature saumâtre et marécageuse de sa partie du lac. Le petit royaume qui serait plus tard incorporé à l'empire aztèque travaillait souvent avec les Aztèques de Tenochtitlán sur des problèmes d'eau partagés, y compris la coopération pendant les périodes d'inondation. Pour plus d'informations sur le Royaume de Texcoco, veuillez consulter l'épisode numéro 133 de Mexico Unxplained : https://mexicounexplained.com//the-tragic-history-of-the-house-of-texcoco/. Au moment de l'arrivée des Espagnols, la ville insulaire de Xaltocan dans la partie nord du système du lac Texcoco était entourée de chinampas parce que l'eau y était un peu moins salée que les eaux immédiatement au sud, mais la majeure partie des chinampas était en qui a bouclé la partie sud-ouest du système lacustre. Les Espagnols ont noté que la ville insulaire de Tenochtitlán s'était probablement développée au fil des ans à cause de l'agriculture chinampa qui encerclait l'île. Les canaux des anciennes chinampas plus proches des côtes de l'île ont été progressivement comblés, donnant ainsi à la capitale aztèque de Tenochtitlán plus d'espace pour s'étendre. La majeure partie des chinampas de la région du lac existait à Xochimilco et Chalco où les gens cultivaient du maïs, des courges, des haricots, de l'amarante, des tomates, des poivrons, des fleurs et des herbes. Les chinampas autour de Tenochtitlán cultivaient également ces cultures traditionnelles, mais aussi des fruits et des légumes d'autres parties de l'empire. Les Espagnols s'émerveillaient de la variété des plantes poussant dans les chinampas entourant la capitale impériale. Les Espagnols ont également écrit que les chinampas se transmettaient par testaments et que de nombreuses familles s'occupaient du même groupe de chinampas depuis 6 ou 7 générations.

Alors que les chinampas sont souvent considérés comme une invention aztèque datant de moins de mille ans, il existe des preuves montrant que d'autres cultures utilisaient la méthode d'élevage des chinampas dans d'autres parties de l'ancien Mexique. À Laguna de Magdalena, dans l'État mexicain de Jalisco, à environ 35 au nord-ouest de Guadalajara, des archéologues ont découvert d'anciens chinampas datant d'entre 400 et 700 après JC. Cela précéderait les Aztèques de plusieurs siècles. L'archéologie de l'ouest du Mexique n'est pas aussi bien documentée que le centre du Mexique ou la région maya, de sorte que les chercheurs ont du mal à attribuer une culture aux constructeurs des chinampas du lac Magdalena. La plupart conviennent qu'ils appartenaient à la tradition peu comprise de Teuchitlán, une culture mystérieuse connue pour ses tombes à puits, ses bâtiments circulaires et ses figurines fantaisistes en argile. Personne ne sait si la méthode d'élevage du chinampa est originaire de l'ouest du Mexique et s'est propagée à la région centrale des lacs ou l'inverse.

Do chinampas exist in the modern world? The 1968 Mexico City Olympics did not completely destroy the chinampa culture. The famous “Floating Gardens of Xochimilco” had been an attraction drawing foreign tourists long before the Olympics and for some decades after. Besides the all-but faded out tourist industry in the remaining canals, there are relics of the once great chinampa fields that survive into the present century. Many plots of land farmed by families since before the Spanish Conquest are still in use in the towns of Tlahuac, San Gregorio, San Luis and Mixquic, all around Xochimilco. These chinampas exist in canals and lagoons in the parts of Lake Xochimilco that haven’t been either purposefully drained or have just dried up. As Mexico City grows and its thirst for water increases, the chinampas farmers find it more difficult to maintain the canals in the face of uncertain water levels. The centuries old chinampas face threats from urban sprawl, the presence of pesticides and other toxins in the water, and a fading interest in this unique form of agriculture among the younger generations. While there have been some chinampa revitalization efforts in the first few years of the 21 st Century, many do not expect this way of life to last for more than 25 years into the future in Mexico.

While the unbroken link to the pre-Hispanic Aztecs might be severed in the coming decades, many permaculture groups in various parts of the world have been experimenting with chinampa agriculture in their local areas. Perhaps people in China, the Netherlands or even the United States may carry the torch and breathe new life into this fascinating and important part of ancient Mexican culture.

Calnek, Edward E., “Settlement Pattern and Chinampa Agriculture,” Antiquité américaine 1972, 37(104-15)

Popper, Virginia. “Investigating Chinampa Farming,” Backdirt, Cotsen Institute of Archaeology – UCLA, Fall/Winter 2000.

Williams, Eduardo. “Prehispanic West Mexico: A Mesoamerican Cultural Area.” Foundation for the Advancement of Mesoamerican Studies, Inc.


Massive Green Squash Smashes Record for World’s Largest

Over the weekend, history was made in New England. Retired cabinet maker Joe Jutras’ green squash weighed in at 2,118 pounds during a giant vegetable contest at Frerichs Farm in Warren, Rhode Island, securing the title of world’s largest, reports Michelle R. Smith at the Associated Press.

While growing the massive vegetable is a significant feat in and of itself, it puts Jutras in a rarefied category. This is the third record he’s set for growing giant vegetables, making him the first producer to win the world’s largest title in three categories. In 2006, he grew the world’s longest gourd, a 10-foot, 6.5 inch wonder. And in 2007, he produced the world’s heaviest pumpkin a 1,689 pound beast. Both of those records have since been surpassed, but the green squash record will hopefully stand for a little while longer.

“Oh it was like — my feet weren't on the ground,” the 62-year-old mega-veg master tells Amy Held at NPR. “I've been chomping at the bit for this one.”

As Smith reports, Jutras came close to the record a few years ago, but his squash split, disqualifying it from competition. This year, after retiring from his work as a cabinet maker, he dedicated more time to the vegetable. Jutras started with a genetic advantage, getting some seed from 2016’s record-setting squash, Scott Holub’s 1844.5 pound monster grown in Oregon last year.

Held reports that Jutras was meticulous about his squash. First, he grew mustard on his squash patch, which acts as a natural fumigant. After that he added chicken manure then covered the soil with black plastic to cook off any weeds or disease pathogens. He then selected the strongest plant from the two-dozen seedlings he grew, transferring it to the prepared ground.

Jutras with his squash-asaurus. (Frerichs Farm)

By mid summer, the plant was growing a foot a day, reports Held. Jutras fed it 15 gallons of fertilizer daily and 150 gallons of water, covering it with a blanket at night. He also surrounded it with sand so he could detect any rodents that might try to gnaw on the prize produce. He even cut vacations short to tend to his mega-squash. “You have to keep your eye on details,” Jutras tells Held. "It's the little things you do through the course of a year that make a difference. You can't take any shortcuts."

For his efforts, reports Tom Mooney at The Providence Journal, Jutras has earned a green jacket to go along with the orange jacket he earned for his mammoth pumpkin.

The giant squash will meet its end at the New York Botanical Garden where it will be carved into an enormous jack-o-lantern. But Jutras tells Held he wants the seeds, just in case he tries to break the record once more. Then again, he might try his hand at the bushel gourd, reports Smith. The record for that portly produce stands at 279 pounds.

Editor's Note, November 2, 2017: This article originally stated the squash was on display at the Brooklyn Botanical Garden. It is at the New York Botanical Garden.

À propos de Jason Daley

Jason Daley est un écrivain basé à Madison, dans le Wisconsin, spécialisé dans l'histoire naturelle, la science, les voyages et l'environnement. Son travail est paru dans Découvrir, Science populaire, À l'extérieur, Journal des hommes, et d'autres revues.


Voir la vidéo: VOICI CE QUI SE TROUVE AU FOND DU TROU LE PLUS PROFOND DE LA TERRE (Mai 2022).