L'histoire

Quand les filles du podium sont-elles apparues pour la première fois ?

Quand les filles du podium sont-elles apparues pour la première fois ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

C'est une question liée au cyclisme de compétition, ainsi qu'à la course automobile de compétition. Je m'intéresse aux aspects politiques et sociaux, mais je demanderais gentiment de les exclure de la question spécifique posée ici.

Est-ce que quelqu'un sait quand et où les premières filles du podium sont apparues lors d'une course cycliste ? (je n'exclus pas de répondre moi-même à la question dans un futur proche, je pose la question au cas où quelqu'un aurait déjà fait cette recherche)


Ce qui suit n'est qu'une première approximation et se concentre sur le Tour de France.

La plupart des livres que j'ai consultés ne mentionnent jamais tout féminin en rapport avec la race et à la place célébrer l'héroïsme masculin pur (et les méfaits occasionnels). Peu mentionnent vaguement les filles du podium, mais essaient ensuite de convaincre ses lecteurs qu'elles étaient simplement (comme insinué sur un autre SE) « toujours là » :

Fleurs et peluches - A l'arrivée, toujours le même rituel. Hôtesses, fleurs, baisers offerts au vainqueur et au maillot jeune.
- Mustapha Kessous, Clément Lacombe : "Les 100 histoires du Tour de France", Que sais-je, 2013.

Mais cela n'a peut-être pas vraiment été le cas dès la toute première course, qui semble être initialement une course peu populaire et réservée aux hommes. Ce n'est qu'avec une popularité croissante que les spectateurs se sont « diversifiés » :

Et Marcel Viollette a pu écrire en 1912

Peu de courses sont aussi populaires que le Tour de France. Il n'y a aucune autre race qui produit un tel soutien. Pensez aux régions qu'il traverse, dont certaines ne voient jamais d'autre événement sportif d'une année sur l'autre ! [… ] Il faut avoir suivi la course pour bien comprendre la foule qui se presse autour des postes de contrôle ou la joyeuse surprise des bons paysans en voyant la bande de jeunes gens de bonne humeur sillonner les rues de leur village à 35 km/h en trouver le temps pour une blague ou un baiser soufflé à une jolie fille. Et les jolies filles ne manquent pas le long du parcours !

- Hugh Dauncey & Geoff Hare : "Le Tour de France 1903-2003. Un siècle de structures sportives, de significations et de valeurs", Frank Cass : Londres, Portland, 2003.

Un fan apparemment dévoué a eu autant de mal à déterminer cette histoire d'origine que nous l'avons montré ici jusqu'à présent pour déterminer quand une 'podium girl', des 'hôtesses du Tour', 'Miss Etape' ou une 'Reine de Sables' (c'est ici : 'reine de beauté locale') est apparue pour la première fois au Tour de France.

Les filles du podium étaient à l'origine sélectionnées parmi la population de la ville où se déroulait l'étape d'arrivée de chaque jour, et les seules exigences étaient qu'elles aient moins de 30 ans et qu'elles aient à peu près la même taille les unes que les autres. (PT)

Ce que l'on peut dire, c'est que lors de la course de 1928 et à sa 6e station, une beauté locale a reçu l'ordre de se présenter et d'embrasser le vainqueur Oppermann, mais évidemment toujours avec un «podium»…

C'est ainsi que se terminent la plupart des courses cyclistes : le vainqueur monte sur le podium, et se voit offrir un bouquet de fleurs et quelques bisous d'une jolie fille.

Il est difficile de dire quand la tradition remonte à l'Antiquité (dès 752 avant JC, le champion olympique reçut une couronne d'olivier sauvage et une branche de palmier).

Si l'on regarde l'histoire du cyclisme, on peut voir sur les illustrations qu'en 1896, à l'occasion de la toute première édition de Paris-Roubaix, le vainqueur Josef Fischer a reçu deux splendides bouquets de fleurs. C'est ainsi dans la continuité d'une tradition bien établie qu'en 1903, Maurice Garin, vainqueur de la première édition du Tour de France, reçoit également son bouquet.

Voilà pour l'histoire du bouquet. Mais le baiser de la dame… c'était quand ?

Cela aussi est difficile à dire. Sur les photos des premiers arrivages du Tour, on voit surtout des hommes à moustaches. La première dame est apparue en 1928. Sur la photo, prise à l'arrivée aux Sables d'Olonne, on voit le vainqueur de l'étape félicité par une "Reine des Sables".

Quelques années plus tard, en 1930, le Tour revient aux Sables d'Olonne. André Leducq, vainqueur de l'étape et futur vainqueur du Tour, a alors reçu un baiser d'amour, non pas d'une mais de deux Reines !

Désormais, ce sont souvent des dames en costumes folkloriques qui remettent au vainqueur son bouquet de fleurs, accompagné de quelques baisers. La tradition est lancée et elle coïncide avec la naissance des concours de beauté, et les premières élections Miss France (à partir de 1927).

- 'Mart1' : "Petite histoire du podium et de ses Miss", le 10 novembre 2009

C'est aussi loin que j'en ai. Sauf que la plus ancienne photo avec une femelle au moins dans le cadre que j'ai trouvée était celle d'Henri Pélissier de 1923 :

Tout cela n'empêche pas l'apparition des filles du podium avant 1928.

Au contraire, certains livres prétendent que l'arrivée stricte du « podium » est une condition requise des « filles du podium ». (A History of Cycling in 100 Objects par Suze Clemitson, Bloomsbury Publishing, 2017, p164) C'est lors de la première course que cela aurait été une affaire entièrement masculine, puis les femmes ont été progressivement introduites «pour la décoration» et la forme reconnaissable est devenue en 1947, bien que la seule image disponible à partir des recherches ait à nouveau principalement des hommes sur la plate-forme, malgré le fait que le gagnant Jean Robic reçoive clairement une présence féminine :

À titre de comparaison, La plus belle femme de France a été choisie pour la première fois en 1920, appelée « Miss France » en 1926 et en effet, ce « concours » a également subi des changements importants en 1947.


Note : le journal qui suit de plus près les événements de cette course L'Auto est archivé à la BnF Gallica. Une recherche sur cette OCR pas toujours parfaitement effectuée quotidiennement avec des chaînes plus intelligemment choisies que ce que j'ai essayé pourrait mieux affiner cette recherche. D'après la portée présumée, il pourrait également valoir la peine d'essayer de consulter "le meilleur livre d'histoire du sport jamais écrit", auquel je ne peux pas accéder, Benjo Maso: "The Sweat Of The Gods: Myths And Legends Of Bicycle Racing", 2005.


Voir la vidéo: VLOG DE LA SEMAINE 109 #164 (Juin 2022).