L'histoire

Jacques-Philippe Bonnaud, 1757-1797

Jacques-Philippe Bonnaud, 1757-1797



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Jacques-Philippe Bonnaud, 1757-1797

Jacques-Philippe Bonnaud (1757-1796) était un général français de la guerre de la première coalition qui a servi dans l'armée du Nord et l'armée de Sambre-et-Meuse, avant de mourir des blessures subies au combat de Giessen. Bonnaud est né à Bras (Yar) le 11 septembre 1757. Il s'engage dans l'armée en février 1776 comme dragon dans la légion dauphinoise et, le 17 juin 1792, il est promu capitaine.

Bonnaud est promu général de brigade le 28 janvier 1794 et est envoyé dans l'armée du Nord. Il participe à l'invasion de la Flandre maritime qui constitue l'aile gauche du plan de Carnot pour 1794. A la bataille de Willems (10 mai 1794), il commande la plus grande colonne française qui attaque sur la route Lille-Tournai. Son attaque a échoué, mais l'infanterie française a résisté à un certain nombre de charges de cavalerie, démontrant ainsi son niveau d'entraînement croissant. La division Bonnaud manqua la bataille de Courtrai (11 mai 1794), car elle était postée à Sainghin, à dix milles à l'ouest de la gauche alliée.

Au moment de la bataille de Tourcoing (17-18 mai 1794) Bonnaud n'avait pas été déplacé, mais le champ de bataille s'était étendu et il faisait maintenant partie de l'aile droite française. Le deuxième jour de la bataille, Bonnaud attaque au nord-est en direction de Lannoy et Roubaix, et passe près de piéger le contingent britannique dans l'armée alliée (Duc d'York), mais les Britanniques parviennent à s'en sortir. Lors de l'attaque française de Tournai (22 mai 1794), la division Bonnaud participe à l'attaque infructueuse de la gauche alliée. La position alliée dans les Pays-Bas autrichiens a commencé à s'effondrer après la victoire française à Fleurus. Cela permet à l'armée du Nord d'avancer en Hollande et, le 27 décembre 1794, Bonnaud se fraie un chemin à travers les lignes de Bréda.

Bonnaud est ensuite envoyé en Vendée pour rejoindre Hoche, puis à l'armée de Sambre-et-Meuse, où il commande la cavalerie de Jourdan lors de sa campagne d'Allemagne en 1796. Au combat de Forchhiem (7 août 1796) il avance autour l'Autrichien est parti forçant les Autrichiens à battre en retraite. Au combat de Wolfring (20 août 1796), il avança jusqu'au Naab en face de Schwandorf, forçant les Autrichiens à se retirer de Wolfring.

Ce fut le dernier succès lors de l'invasion de l'Allemagne par Jourdan. Il fut contraint de battre en retraite par l'archiduc Charles et, à la mi-septembre, il était de retour sur le Rhin. La cavalerie de Bonnaud fut parmi les premières troupes françaises à rencontrer les troupes de l'archiduc lors de la bataille d'Amberg (24 août 1796), lorsqu'elles furent repoussées vers la ville. Sa cavalerie a également été fortement impliquée à Würzburg (3 septembre 1796) où ils ont finalement été vaincus par une force beaucoup plus importante de cavalerie autrichienne, dans ce qui a été le tournant de la bataille.

Bonnaud a mené une action réussie à Giessen (16 septembre 1796), mais son fémur a été brisé par un coup de feu pendant les combats, et il est mort de ses blessures à Bonn le 30 mars 1797.

Page d'accueil napoléonienne | Livres sur les guerres napoléoniennes | Index des sujets : Guerres napoléoniennes


Voir la vidéo: Le Tiers Etat - Jacques Dutey (Août 2022).