L'histoire

Histoire médiévale - La vie telle qu'elle était


Dans les familles paysannes, tout le monde travaillait dur. En plus d'entretenir les terres du propriétaire, des hommes, des femmes et des enfants récoltaient, moulaient du grain et construisaient des ponts, des routes, des écuries et des moulins. Dans le même temps, ils cultivaient leurs parcelles et s'occupaient des animaux et de l'artisanat et des travaux ménagers.

Les paysans vivaient dans des huttes au toit de chaume avec des sols en terre battue et des intérieurs sombres, humides et enfumés. En général, les cabines n'avaient qu'une seule pièce, qui servait à dormir et à stocker de la nourriture et même des animaux. Le mobilier plutôt rustique se résumait à des tables et des bancs en bois et des matelas en paille.

Au déjeuner ou au dîner, ils mangeaient presque toujours du pain noir et une soupe de légumes, de légumineuses et d'os. La viande, les œufs et le fromage étaient trop chers, uniquement lors d'occasions spéciales. À divers moments, il y a eu une pénurie de nourriture et une famine qui s'est propagée dans de nombreuses régions d'Europe, faisant des victimes parmi les plus pauvres.

Sur la table noble, cependant, il ne manquait pas une variété de poissons et de viandes, souvent séchés et salés, à conserver pendant l'hiver. En été, pour masquer le mauvais goût et la puanteur de la viande gâtée, la nourriture était cuisinée avec des épices fortes et des assaisonnements rares et exotiques qui venaient de l'Est, étaient chers et difficiles à obtenir. Le sucre, une autre rareté, était considéré comme un luxe et utilisé même comme héritage ou pour le paiement de dot. Le vin était consommé en grande quantité dans presque toutes les régions, et les Européens du Nord buvaient également de la bière.


Véronèse, Paolo. Mariage de Cana.1563. huile sur toile: couleur. 6,66 x 9,90 cm. Musée du Louvre, Paris.

Les festivités, en particulier les mariages, ont duré des jours avec des boissons et une nourriture riche et diversifiée: ils ont servi des veaux, des chèvres, des cerfs et des sangliers, accompagnés d'oiseaux tels que des cygnes, des oies, des paons, des perdrix et des coqs. Il y avait aussi la présentation de bandes dessinées, acrobates, danseurs, troubadours, chanteurs et poètes, pour le divertissement des invités.

Le jeu et la boisson, assez courants dans les tavernes de toutes les villes, attiraient des hommes qui buvaient beaucoup de vin, jouaient aux dés et se battaient et s'embarrassaient. Pour cette raison, les prêtres ont maudit les tavernes, qui ont été dénoncées comme perverses, mais ils n'ont pas pu les achever. Au contraire, ces coutumes se sont de plus en plus accentuées avec la croissance des centres urbains. Sale et bruyante, sans eaux usées ni eau traitée, les villes sont devenues des foyers de propagation et de propagation de maladies et de ravageurs.

Dans les villes, toutes sortes de gens et de professions se rassemblaient et coexistaient: riches, marchands, tavernes, artisans, boulangers, horlogers, bijoutiers, mendiants, prédicateurs, vendeurs de rue, ménestrels, etc. Et à la périphérie des villes, largement discriminées par la majorité de la population, vivaient d'autres groupes: juifs, musulmans, hérétiques, lépreux, homosexuels et prostitués, qui étaient parmi eux persécutés et réprimés par l'Inquisition à partir du XIIe siècle.

Généralement analphabète, la population parlait la langue dominante dans leur région d'origine et les langues encore parlées en Europe se sont formées à cette époque à la suite de contacts avec des personnes et des langues germaniques ou d'autres régions avec le latin, la langue romaine.

Parce qu'ils ne savaient pas lire, ces personnes n'avaient accès à la littérature que par le biais d'artistes qui se produisaient en public pour lire et raconter des histoires, réciter de la poésie ou chanter et mettre en scène des représentations théâtrales sur les places, les rues et les tavernes des villages et des villes, souvent pendant les parties.

Les habitations nobles ont également beaucoup changé avec le temps. Jusqu'au XIIe siècle, ses châteaux étaient limités à une tour où vivait la famille du seigneur, et étaient en bois, ce qui la rendait très vulnérable aux incendies et aux attaques des envahisseurs. À partir des années 1200, les bâtiments en pierre et en brique sont devenus courants et les châteaux ont acquis de nouvelles dépendances, telles que granges, écuries, remparts, douves et tours de guet, pour leur défense. Le mobilier était également sophistiqué et les nobles ont commencé à utiliser de la tapisserie et de l'argenterie d'Orient.